Menu

Comment le Maroc peut devenir la prochaine Start-Up Nation en Afrique?


Commençons tout d'abord par nous intéresser aux hubs qui se démarquent sur le continent afin de pouvoir positionner le Maroc.



Par Youssef Debbagh Startup Founder

En Afrique il y a 4 hubs qui se détachent clairement si on s'intéressent au volume d'investissement dans des Start-Ups sur l'année 2020:
Kenya avec $545m
Nigeria avec $416m
Afrique du Sud avec $293m
Egypte avec $131m

Ces 4 pays concentrent 86% du montant des levées de fond en Afrique (pour des levées de $500k+ uniquement) . A titre de comparaison, le Maroc n'as reçu que 2 investissements de plus de $500k sur l'année 2020. Or si nous croisons cela avec le classement des pays Africains qui reçoivent le plus d'IDE (investissements directs étrangers) où le Maroc est N°1 selon le Africa Investment Index 2018, il y a donc une aberration.

Voici les 5 chantiers prioritaires afin que le Maroc rattrape son retard sur le continent:

I-Devenir un Talent Hub

On ne le dit pas assez, mais la réussite de l'écosystème Start-up en Silicon Valley est grandement dû à la diversité culturelle de ses entrepreneurs issus de l'immigration. Autre exemple, le boom du hub de Tel-Aviv est intervenu après l'arrivée massive dans les années 1990 des immigrants juifs suite à la chute de l'Union Soviétique.

Le Maroc doit devenir la destination africaine des meilleurs talents d'Afrique à travers la mise en place de politiques d'immigration adéquates telles que les visas talents ou les visas Start-ups mis en place par d'autres pays. Le Rwanda a d'ores et déjà commencé une stratégie dans ce sens.

II- Avoir plus de fonds de VC

Actuellement, le nombre de fonds dédiés au VC dépassent à peine une poignée de main au Maroc. Or en l'absence de VC, il reste très compliqué de développer un écosystème de Start-Up car les fonds de VC pour une Start-up sont l'équivalent du fuel pour une fusée. Il faut donc que l'état joue son rôle pour allumer la mèche de l'industrie comme ce fut le cas avec le programme Yozma (initiative en Hébreu) dans les années 90 où l'état Israélien a consacré une enveloppe de $100m afin de convaincre plusieurs VC internationaux en co-investissant avec eux pour le lancement de 10 fonds de VC. Une fois l'industrie lancée, l'état s'est retiré.

III-Amélioration de l'environnement juridico-légal

Mais pour avoir une industrie de VC foisonnante il faut obligatoirement adapter le cadre juridico-légal pour:

Les Start-uppers qui galèrent toujours avec la réglementation des changes restrictive et le format juridique de la SA qui est actuellement utilisée lorsqu'une Start-up désire lever de fonds. Hors ce format de par sa lourdeur administrative n'est pas du tout adaptée à l'agilité et la flexibilité que demande une Start-Up.
Les VC continueront de préférer des juridictions plus flexibles et ouvertes avant de pouvoir décaisser leur argent, c'est pour cela qu'actuellement toute Start-Up marocaine qui attire des VC internationaux se voit imposer la création d'une filiale ou maison mère à l'international afin de pouvoir recevoir les fonds.

IV-Agir sur la culture entrepreneuriale

Une petite anecdote intéressante: dans les 1970 les hubs de la San Francisco (Silicon Valley) et de Boston (Boston Route 128) avaient les mêmes ingrédients pour réussir à savoir des talents, des investissements et une volonté de devenir leader dans le domaine des nouvelles technologies. Sauf que voilà 50 plus tard, très peu de gens ont entendu parler de la Boston Route 128 et cela est dû principalement à la culture entrepreneuriale. A San Francisco, c'était la culture de la transparence et de l'horizontalité qui primait contrairement à une culture plus d'opacité et de verticalité à Boston.

Malheureusement au Maroc, nous sommes plus proche de Boston dans le mindset entrepreneurial. Il faudrait un réel changement de mentalité notamment sur la question de l'acceptation des échecs. Tous les entrepreneurs qui ont réussi dans le domaine des Start-ups vous diront que c'est l'accumulation des échecs qui les a conduit vers le succès. Hors au Maroc, le "bien paraitre" et la peur du "qu'en dira-t-on" inhibe les entrepreneurs au moment de prendre des risques.

V-Leadership au plus haut sommet de l'état 

Que ce soit au Kenya, à Singapour ou en Israel, des agences ont été créées avec un lien direct auprès du Head of State afin que ça devienne une affaire d'état. Alors que le Maroc est en pleine réflexion sur son modèle de développement après que la phase de développement basé sur les grandes infrastructures soit arrivée à essoufflement, il est temps que soit créé une agence sur le même modèle que Tanger Med ou Masen. Et ce afin de donner un réel coup d'accélérateur en terme de prise de décision afin que le Maroc devienne la prochaine Start-Up nation africaine au risque de ne jamais pouvoir rattraper son retard.
 
Startup Founder | Raised $1M in equity with Talent2Africa | Stanford Seed Transformation Program Recipient | Digging on something to support Startups with Pan-African vision
Startup Founder | Raised $1M in equity with Talent2Africa | Stanford Seed Transformation Program Recipient | Digging on something to support Startups with Pan-African vision






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Février 2021 - 18:00 La démocratie et l’argent

Jeudi 25 Février 2021 - 09:58 L'homme Avatar




Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté