Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search







Des marocains contribuent à la valorisation des plantes médicinales en Méditerranée


Des chercheurs marocains participent au projet « MULTI-VAL-END », comme moyen de développer la filière des plantes médicinales et aromatiques endémiques des deux côtés de la Méditerranée.



 Ce projet ambitieux vise à l'exploitation durable des plantes médicinales et aromatiques dans les secteurs agro-alimentaire, horticole, ornemental et cosmétique ainsi que dans le domaine médical, et à soutenir et faciliter la coopération entre les jeunes chercheurs de trois pays méditerranéens, à savoir le Maroc, Tunisie et Grèce. Cela comprend les chercheurs Mohamed El-Hisoufi, Abdel-Majid Khabbash, Mohamed Lebayad et Fatima Lamchouri du Maroc, Nikos Kregas et Giorgio Tsectoridis de Grèce, en plus des chercheurs Somaya Borgo, Wedad Makdish Kasuri et Zainab Ghorabi Kamar de Tunisie.
 
Ce projet s'inscrit dans le cadre des projets de recherche sélectionnés dans le cadre du programme/accord de recherche ARIMNET 2, qui est financé par un réseau d'agences de financement et d'organismes de recherche nationaux et internationaux chargés de promouvoir la coordination des activités de recherche et d'identifier des programmes de recherche communs dans le La région méditerranéenne; Le Secrétariat d'Etat chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a financé l'équipe marocaine.
 
Le projet envisage d'établir une feuille de route pour la conservation et l'exploitation durable des plantes cibles dans les régions méditerranéennes concernées par ce projet de recherche, tout en identifiant les principaux obstacles, opportunités et attentes fondamentales pour le développement de produits agricoles innovants avec un label exclusif et local.
 
Le projet vise également à créer une banque de semences dans chaque pays, avec la production de documents scientifiques et de nouveaux travaux sur la multiplication de ces plantes et de leurs composants et composés naturels, ainsi que les caractéristiques des espèces végétales sélectionnées qui ont été évaluées afin stimuler leur exploitation durable, en plus de mener des activités de sensibilisation et de sensibilisation sur l'importance de ces espèces végétales au profit des citoyens, des groupes cibles tels que les associations et coopératives…, ainsi que les agriculteurs, les consommateurs, les parties prenantes et le grand public scientifique.
 
Le lancement du projet « MULTI-VAL-END », qui s'étend sur trois ans, exceptionnellement prolongé en raison des conditions de la pandémie de Covid-19, a été donné le 23 juin 2018 à l'Institut de la multiplication des plantes et des ressources génétiques (IPBGR ) à Thessalonique, en Grèce, où des ateliers ont été organisés pour discuter et développer une méthodologie de travail liée à divers lots du projet. Cela a permis le développement d'une méthodologie scientifiques pour évaluer les différentes espèces végétales endémiques des zones d'étude.
 
La deuxième réunion du comité scientifique du projet s'est tenue à la Faculté pluridisciplinaire de Taza, du 1er au 6 avril 2019, a été consacrée à l'évaluation des progrès réalisés dans la réalisation des différents lots de travaux  pour le projet, et en identifiant les problèmes qui doivent être résolus, avec la réalisation d'une évaluation progressive des espèces végétales endémiques pour les trois zones d'étude.
 
Quant à la troisième réunion, qui était prévue en Tunisie les 28-29 juillet 2020, il n'a pas été possible de la tenir en raison de la propagation de la pandémie de Corona dans le monde, pour être compensée par une réunion à distance grâce à la symétrie visuelle technologie, afin de faire le point sur l'état d'avancement de la réalisation du projet, et de répondre aux difficultés rencontrées dans sa mise en œuvre, Et l'approbation définitive de la méthode d'évaluation des plantes endémiques des zones d'étude…
 
Le résultat initial du projet se reflète dans l'inventaire du nombre de plantes endémiques des zones d'étude dans les trois pays, représentées par 94 espèces dans les régions du Rif et de la Méditerranée au Maroc, 82 espèces en Tunisie et 223 dans l'île grecque de Crète. L'importance de ces espèces végétales dans les domaines de l'agriculture alimentaire, de l'horticulture, de la décoration et de la cosmétique, en plus du domaine médical, a également été évaluée sur la base d'un réseau d'évaluation qui comprend 48 critères.
 
Sur la base dudit processus d'évaluation, des espèces végétales prometteuses ont été identifiées pour chaque filière et pour chaque zone cible, des opportunités et des obstacles ont été identifiés dans ce domaine, et les mesures nécessaires pour combler les lacunes liées à l'utilisation durable des plantes cibles (banques de graines, analyses phytochimiques, expériences de germination des graines, entretiens. Avec des spécialistes en sciences végétales et avec la population locale).
 
À ce jour, ce projet a été couronné par la publication de sept articles scientifiques de grande qualité dans plusieurs revues scientifiques indexées, en plus de la présentation des résultats scientifiques du projet dans trois conférences scientifiques internationales.
 
Il est à noter que l'équipe de recherche marocaine a effectué plusieurs visites de terrain pour découvrir et collecter des échantillons de plantes, au cours desquelles des entretiens ont été menés avec la population locale de la zone d'étude, afin de déterminer l'étendue de leur utilisation et leur intérêt pour les plantes endémiques de la Campagne marocaine et côte méditerranéenne.
 
En plus de valoriser les plantes endémiques dans les zones d'étude, le projet vise à faire connaître l'importance de ces espèces endémiques à une zone limitée. A cet effet, une page a été créée sur le site de réseau social « Facebook » sous le nom de Plantes sauvages uniques de Grèce Maroc-Tunisie : Valorisation et Conservation, contenant des publications liées aux activités mises en œuvre dans le cadre du projet en arabe, français, anglais et grec.
 
Les mêmes données indiquent qu'une journée d'étude sera programmée sur les plantes endémiques des campagnes marocaines et du littoral méditerranéen, afin de communiquer avec les groupes cibles. Au cours de cette journée seront conviés des scientifiques, des organismes intéressés par le secteur de la valorisation des plantes, des décideurs, des associations et coopératives agricoles, ainsi que la presse locale et nationale ; Être l'occasion de présenter le projet aux participants, présenter les principaux résultats atteints à ce jour et discuter des perspectives d'avenir.
Mardi 28 Décembre 2021


Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.