Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le Maroc et la migration : Entre leadership et défis


Le Maroc est un pays d’accueil et de transit pour les migrants ainsi qu’une source de migration régulière et illégale, en particulier vers l’Europe. C’est là que réside l’importance de la migration en tant que crise majeure dans les relations du Royaume avec l’Afrique subsaharienne, ainsi qu’avec les PAYS de l’Union européenne.

Par Lahcen Haddad



Lire ou écouter le podcast en entier :


La gestion des migrations exige une bonne et précise compréhension de ses complexités et de ses développements dans un format régional et régional général, caractérisé par les transformations sociopolitiques, sécuritaires et climatiques connues de la région du Sahel et du Sahara, ainsi que par les développements idéologiques et politiques que la plupart des pays européens traversent, en particulier en ce qui concerne l’asile, la migration et la politique de bon voisinage avec les pays du Sud.

La Constitution de 2011 a reconnu le Maroc comme un État multiculturel lorsqu’elle a déclaré au niveau du préambule que le Royaume du Maroc était saturé de « la cohésion de son identité nationale, unifiée par la fusion de toutes ses composantes, arabo-islamique, amazighe et désertion rationnelle, riche en affluents africains, andalous, hébreux et méditerranéens, ce qui signifie qu’il est un pays d’immigration avec distinction, et ce sont les multiples vagues de migration qui donnent à ce pays son unicité, sa richesse culturelle et sa diversité et la tendance de ses citoyens à la coexistence culturelle, à la tolérance religieuse et à la tolérance ethnique et ethnique.

Le Maroc est un pays africain au cœur et des vagues de migration sud-nord se sont produites pendant six siècles au cours de l’ère des Almoravides, des Saadiens et des Alaouites. Au cours des dernières décennies, cependant, la nouvelle vague de migration a concerné les Africains subsahariens, en particulier en provenance de pays Français, mais même d’autres pays, qui ont choisi de « résider » au Maroc et dont le statut a été résolu dans le cadre d’une politique d’intégration adoptée par le Maroc sous la direction du roi Mohammed VI depuis 2013.

L’approche est multiforme et a une dimension humaine et humaine, mais le retour dans le pays d’origine en partenariat avec les États concernés est également possible. Tous ceux dont le statut a été résolu sont engagés dans leur activité économique et professionnelle à travers le Maroc et contribuent à sa construction, et leurs envois de fonds à leurs familles et familles contribuent à l’économie de leur pays d’origine. Ce sont les avantages de la migration que beaucoup en Europe ne comprennent pas, en particulier ceux qui aiment défendre une patrie imaginaire caractérisée par une pureté ethnique et fantasmatique.

Le visage hideux de la migration sont les mafias, les réseaux de trafic d’êtres humains, les bateaux de la mort, la traversée des forêts de l’équateur, les déserts du Sahel, de la Libye et de l’Algérie. Oui, c’est un énorme « investissement » familial qui pourrait s’élever à des milliers de dollars pour payer le transit vers des réseaux organisés protégés par des éléments terroristes ou spécialisés dans la criminalité transfrontalière. La migration est le résultat du blocage de l’horizon dans les zones appauvries par le changement climatique, la désertification, la détérioration des moyens de subsistance traditionnels, les vestiges du colonialisme, les années successives de sécheresse, la corruption des élites politiques et locales, les conflits ethniques et locaux et les attaques des groupes armés.

La migration en provenance des pays subsahariens est le résultat d’une combinaison de la demande de migration par les personnes et les familles, ou de facteurs moteurs, et des offres migratoires de réseaux, d’intermédiaires, de courtiers et de personnes encadrées ayant une connaissance précise des États de transit et des collaborateurs en leur sein, c’est-à-dire des facteurs attrayants. L’interaction de ces facteurs rend la migration vers le Nord, en particulier l’Europe, et même vers des pays comme le Maroc, inépuisable. Avec l’été, la pression augmente à mesure que les mers sont moins agitées et que le temps est ouvert à la navigation sur des terrains accidentés, froids ou chauds.

L’organisation de la migration clandestine par des réseaux spécialisés subit de profondes transformations, allant de l’organisation du transit par le Sahara, la Libye et l’Algérie et l’organisation d’attaques non armées contre les clôtures de fer entourant Sebta et Melilia, les deux villes marocaines occupées par l’Espagne, à une réglementation plus stricte, à plus d’utilisation d’armes blanches et à un leadership plus « habile » par des éléments entraînés au combat.

Depuis 2016, les forces frontalières marocaines ont fait face à un total de 145 attaques sur Sebta et Melilia, mais n’étaient pas aussi fortes et combatives que le 24 juin 2022, lorsqu’environ 2 000 personnes ont été attaquées, encadrées par des éléments entraînés et lourdement armés. Avec des armes blanches, le point de passage entre les villes de Nador et Melilla, elles ont tenté de passer par la force depuis la zone de passage d’Al-Manirin, entraînant de fortes bousculades et des embouteillages, 23 morts et 78 blessés parmi les migrants; quelque 140 membres des forces de sécurité marocaines ont été blessés.

Ce passage de tentatives de transit organisées mais « semi-pacifiques » à des tentatives bien organisées et armées laisse présager un changement dans celles qui encadrent la migration clandestine et peut-être l’entrée d’éléments formés à la criminalité organisée et transfrontalière dans le domaine de la réglementation du transit illégal et violent vers l’Europe. Par conséquent, tous les États doivent assumer leurs responsabilités, ne pas jouer avec le feu et ne pas utiliser l’immigration clandestine à des fins politiques et stratégiques. Aucun pays ne peut aider les migrants à se déplacer vers les pays voisins et faciliter les passages transfrontaliers parce que cela est contraire aux normes internationales et au droit international de l’immigration.

Les efforts du Royaume du Maroc pour prendre en charge la réduction du flux de migrants clandestins ont donné des résultats bien connus : démantèlement de quelque 1 300 réseaux d’immigration clandestine au cours des cinq dernières années seulement, 256 en 2021, 100 en 2022, et empêchant quelque 360 000 migrants clandestins de traverser, 63 000 en 2021 et 26 000 en mai 2022.

Le Maroc utilise son propre potentiel; l’aide migratoire de l’UE ne représente qu’une fraction des équipements, des ressources humaines, de la formation logistique, des centres de suivi et de suivi, etc. Il s’agit d’un défi majeur, d’autant plus que les gardes-frontières et les forces de sécurité doivent surveiller les mouvements des personnes arrivant et sortant du Maroc sur 3 500 km par la mer et 3 400 km à sa frontière terrestre. C’est un défi que le Maroc et sa coopération avec l’Union européenne soulèvent dans ce contexte, le résultat d’un partenariat et d’une coopération conjointe et non le résultat d’un quelconque mandat, disent certains médias espagnols.

Mais l’approche sécuritaire seule ne suffit pas. La promotion de la migration légale et mutuellement bénéfique, la simplification des procédures de visa pour les professionnels, les hommes d’affaires, les étudiants et les travailleurs saisonniers des États africains vers l’Europe, ainsi que le développement durable et efficace des pays d’origine, grâce à des programmes d’assistance internationale efficaces et à la création d’une vaste zone de croissance et de prospérité autour de la Méditerranée, de l’Afrique du Nord et du Sahel sont des points d’entrée sûrs pour une mesure réelle et de grande portée des questions migratoires.

Il est donc temps de repenser les partenariats et les politiques de voisinage pour œuvrer en faveur d’une approche plus durable et mutuellement bénéfique, en Europe et en Afrique. Une nouvelle approche de la migration protège les frontières et la souveraineté nationale tout en ouvrant raisonnablement la porte à une circulation légale et durable des personnes entre le Nord et le Sud. La prospérité partagée est la clé de ce nouveau modèle de politique de voisinage entre l’Europe et ses partenaires méridionaux.

Tags et source

Émigration, Passeurs, Flux migratoires, Ressortissants, Demandeurs d asile, Irrégulière, Migrant, Frontex
Nombre de migrants, Réfugié, Politique migratoire, Situation irrégulière, Immigrants, Afflux, Migrantes
Contre l immigration, Schengen, Sans-papiers, Demande d'asile, Droit d asile, Lutte contre l'immigration
Politiques migratoires, Aquarius, Freiner l immigration, Vagues migratoires, Démographique, Lutter contre l immigration
Endiguer l'immigration, Vague migratoire, Nombre de clandestins, Contrôler l'immigration, Migrant clandestin, Migrations internationales, Arrivées, Fait migratoire, Émigrer

 Source: aawsat.com



Mercredi 13 Juillet 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Août 2022 - 10:09 Ruralité et Ruralisme

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.