L'ODJ Média




Les tatouages augmenteraient les risques de cancer du sang,


Conduite par des chercheurs de l'Université de Lund, cette recherche remet en question la sécurité à long terme d'une pratique devenue extrêmement populaire.



A lire ou à écouter en podcast :


Des préoccupations croissantes

Les tatouages, un phénomène de mode en plein essor à travers le monde, suscitent aujourd'hui des préoccupations croissantes.
 
Une nouvelle étude suédoise met en lumière un lien alarmant entre les tatouages et un risque accru de développer un cancer du système lymphatique.

Une tendance inquiétante

Menée par des chercheurs de l’Université de Lund en Suède, l'étude révèle une augmentation inexpliquée des cas de lymphomes en parallèle à la popularité grandissante des tatouages.

Les chercheurs, refusant de considérer ce constat comme une simple coïncidence, ont cherché à établir un lien entre ces deux phénomènes.

Méthodologie de l'étude

L’étude a porté sur 11 905 participants, dont 2 938 âgés de 20 à 60 ans souffrant de lymphomes.
« Ces personnes ont ensuite été appariées à un groupe témoin du même sexe et du même âge, mais sans lymphomes. Les participants ont répondu à un questionnaire sur les facteurs liés au mode de vie, notamment sur le fait d’être tatoué ou non », explique Christel Nielsen, professeure d’épidémiologie à l’université de Lund et auteure principale de l’étude.

Une proportion de 54% des personnes atteintes d’un lymphome et 47% des membres du groupe témoin ont répondu au questionnaire.

Résultats de l'étude

Les résultats montrent que 21% des personnes atteintes d’un lymphome étaient tatouées, contre 18% dans le groupe témoin.
« Après avoir pris en compte d’autres facteurs pertinents, tels que le tabagisme et l’âge, nous avons constaté que le risque de développer un lymphome était 21% plus élevé chez les personnes tatouées », déclare Christel Nielsen.

Les dimensions des tatouages écartées comme facteur de risque

L'étude a également exploré l'hypothèse selon laquelle la taille du tatouage pourrait influencer le risque de développer un cancer, mais cette piste a été écartée.
« Le risque demeure le même, quelles que soient les dimensions du tatouage. Un tatouage, quelle que soit sa taille, pourrait déclencher une inflammation légère dans le corps, qui à son tour peut entraîner un cancer. Le tableau est donc plus complexe que nous le pensions initialement », conclut Christel Nielsen.
 
En somme, cette étude suédoise suggère que les tatouages pourraient augmenter le risque de développer un cancer du système lymphatique de 21%, soulevant ainsi des questions cruciales sur les effets à long terme de cette pratique de plus en plus répandue.

L'odj avec Le360

tatouages, cancer du sang, lymphome, étude suédoise, Université de Lund, risque accru, inflammation, facteurs de risque, popularité des tatouages


Lundi 3 Juin 2024



Rédigé par le Lundi 3 Juin 2024


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.



















Revue de presse