Menu

Marocains d’Israël : La tribu perdue enfin retrouvée


Welcome Jared Kushner. Ici, on ne refoule pas les juifs (pas besoin de vous rappeler de tristes souvenirs familiaux…). Encore plus quand ils ont, comme vous, bon goût (nous savons que belles plages et alléchantes opportunités ont été flairées à Dakhla).
C’est que nos dix ministres dans le gouvernement d’Israël se font toujours désirer. Pas la peine de fanfaronner, Amir Peretz, ta darija est devenue lamentable, tu devrais faire des efforts pour bien te faire comprendre à Bejaad.



SM Mohammed VI en compagnie des grands rabbins du Maroc et de Casablanca
SM Mohammed VI en compagnie des grands rabbins du Maroc et de Casablanca
Il paraît que le gendre du président sortant des Etats-Unis, Jared Kushner, va se pointer la semaine prochaine à Rabat. Ce sera trop tard pour la Hanouka, mais c’est de sa faute, il n’avait qu’à venir plus tôt. Sinon, comme ici, il y a aussi des pâtissiers palestiniens, il pourra toujours se régaler du Kaak El Qods. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

Ce jeune Kushner n’est, peut être pas, un de nos juifs marocains (il n’est même pas sépharade, ce qui se soigne), mais au moins, lui, il vient. Honte à vous, Marocains d’Israël. Pas plus de 70.000 vacanciers, en 2019, sur les plus 800.000 MRE (radins) que compte Israël. Quelle misère !

« Ftouh » accepté en shekel

Vous connaissez, pourtant, assez bien vos compatriotes musulmans, Marocains juifs d’Israël. C’est à la fois un devoir et un grand plaisir qu’on se fera d’alléger le poids de vos bourses (prière de dépenser sans compter), quand vous allez enfin daigner venir vous recueillir sur les tombeaux de vos saints et ancêtres, dont il semble que vous ne vous rappelez que très vaguement.

Ne vous inquiétez pas, Rabbi Amran de Ouazzane, si vos disciples se sont fait « ashkenazés », nous, vos compatriotes musulmans, on ne va pas vous oublier. Mais attendez un peu que ces Marocains amnésiques d’Israël retrouvent le chemin de la maison, on ne va pas manquer de leur rappeler que les Marocains musulmans ne sont pas des « goyim » comme les autres.

C’est qu’ils se croient malins, ces dix ministres au gouvernement de ce pirate de Netanyahou qui osent se pavaner en se disant d’origine marocaine ! Oui, c’est ça… Non, mais vous avez tout oublié ou bien ? Vous croyez vraiment que la marocanité, ça ne se mérite pas ? Les provinces du sud n’ont toujours pas vu l’ombre de votre « ftouh » (prière d’expliquer au Mossad que cet aspect pécuniairement explosif de la culture marocaine ne troue que les poches, j’avoue n’avoir nulle envie d’avoir le Kidon aux trousses pour mauvaise traduction).

Réapprendre la darija

L’autre jour, Amir Peretz, ministre maroco-israélien de l’économie (très intéressant, n’est-ce pas ?) nous a fait une de ses sorties vidéos en darija avec un accent à couper au couteau. Enfin, c’est toujours mieux que Miri Regev, la ministre israélienne des transports d’origine marocaine, qui ne la parle même plus (offre alléchante aux lecteurs maroco-israéliens de L’ODJ voulant s’initier au sublime dialecte de leurs ancêtres, c’est toujours possible de s’arranger sur le montant horaire de cours accélérés, à condition de ne pas cafter à cette sangsue de Benchaâboun qui taxe tout ce qui bouge).

Non, mais sérieusement, à l’exception notable des Marocains d’Israël récemment sortis manifester à Ashdod pour défendre l’intégrité territoriale de leur mère-patrie (test prouvant que leurs gènes marocains sont toujours actifs), les centaines de milliers d’autres ont vraiment besoin de sauter dans les premiers avions en partance pour Casablanca et venir se ressourcer, avant d’oublier totalement, eux et leurs descendants, d’où ils viennent et qui ils sont.

Dénominateur Noé

Les Marocains d'Israël fêtent la reprise des relations
Les Marocains d'Israël fêtent la reprise des relations
Bien sûr, il ne faut pas rêver, le sionisme n’est pas, loin s’en faut, en odeur de sainteté dans nos contrées. Toutes ces histoires herzliennes d’Alia en Terre promise avant même que le Messie ne soit là, c’est Moïse Nahmanide qui a du boire un verre de « mahia » de trop, Isaac Louria qui a cru comprendre la « kbala » (kabbale) comment signifiant tirer Yahvé par ses sefirots.

S’entendre autour des lois noahides est le mieux qu’on puisse faire, les parents d’Elie Benamozegh étaient, d’ailleurs, marocains.

Jared Kushner n’a fait que visiter, jusqu’à présent, les vestiges de la présence plus que bimillénaire juive au Maroc. Il n’a pu, donc, qu’entrevoir cette relation aussi particulière que toujours vivace entre Marocains musulmans et juifs.

Entre Sémites

Quand, en Europe, on dénonçait et livrait les juifs à ce qui est improprement appelé un holocauste (qui est un sacrifice religieux pour plaire à Yahvé), Feu Mohammed V, Sultan du Maroc, protégeait les siens. Il fallait bien se montres solidaires, entre Sémites, quand les Aryens ont été pris de crise de folie meurtrière.

Il est même un personnage dont Kushner pourrait s’inspirer, Eliezer Ben Kiki, ambassadeur du Maroc aux Pays Bas, au 18ème siècle, qui a du aussi s’adapter à un changement à la tête de l’Etat.

Le Maroc se distingue aussi, exceptionnalisme oblige, par ses juifs révolutionnaires, gauchistes et antisionistes, dont les Abraham Serfaty, Simon Levy, Sion Assidon et autres sœurs Bradley, preuve à quel point les Marocains constituent une population plurielle.

En fait, ou est passée Françoise Atlan avec sa voix à faire vibrer un pape ? Marrakech, c’est beau, mais là, il faudrait reprendre du service, svp. Il y a près d’un million de Marocains juifs en Israël, dont dix ministres, à qui il va falloir déboucher les oreilles. Kushner, pour sa part, en serait « sépharadé ».





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 17 Décembre 2020

Dans la même rubrique :
< >



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site