Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Une chute sans précédent des IDE au niveau mondial : - 42% en 2020


​Les derniers chiffres qui viennent d’être publiés par la CNUCED (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement) relatifs à l’Investissement direct étranger pour 2020 sont sans surprise. Ils dégagent une chute de ces flux de -42% tuant ainsi dans l’œuf les signes de reprise constatés une année auparavant. Les pays développés ont été plus touchés que les pays en voie de développement. Qui plus est, les prévisions pour l’année 2021 ne sont guère réjouissantes. Pour le Maroc, la baisse attendue serait de l’ordre de 20%.



Par Abdeslam Seddiki

On rappelle que les IDE ont connu une phase de repli à partir de 2015. Ainsi, ils ont dégringolé de 2000 MM$ en 2015 à 1540 en 2019. Et suite à la  pandémie qui a mis en quasi-arrêt  la machine économique, ces investissements ont de nouveau chuté mais cette fois-ci d’une manière spectaculaire puisque leur montant ne dépasse guère 859 MM$. Un  niveau aussi bas a été observé pour la dernière fois dans les années 1990 et est inférieur de plus de 30 % au creux de l’investissement qui a suivi la crise financière mondiale de 2008-2009, précise la note publiée par la CNUCED.

 La baisse de l’IED s’est concentrée dans les pays développés, où les flux ont chuté de 69 % pour atteindre environ 229 MM$. Les États-Unis ont enregistré une baisse de 49 % de l’IED, tombant à environ 134 MM$. La baisse a eu lieu dans le commerce de gros, les services financiers et le secteur manufacturier. Les flux vers l’UE à 27 ont diminué de 70 % à 110 MM$ contre 373 MM$ en 2019. Rares les pays qui s’en sont bien sortis tels la Suède, l’Espagne, le Japon. 

Bien que les flux d’IED vers les économies en développement aient diminué de 12 % pour s’établir à environ 616 MM$, ils représentaient 72 % de l’IED mondial,  la part la plus élevée jamais enregistrée. Cette  baisse a été très inégale entre les régions en développement : -37% en Amérique latine et dans les Caraïbes, -18% en Afrique et -4% dans les pays en développement d’Asie.
Alors que les pays en développement d’Asie ont bien résisté à la tempête en tant que groupe, attirant environ 476 MM$ d’IED en 2020, les flux vers les membres de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEAN) se sont contractés de 31 % pour atteindre 107 MM$.

Par ailleurs, la Chine a été le plus grand bénéficiaire d’IED au monde, avec des flux vers le géant asiatique en hausse de 4% à 163 MM$. Les industries de haute technologie ont connu une augmentation de 11 % en 2020, et les fusions et acquisitions transfrontalières ont augmenté de 54 %, principalement dans les industries des TIC et des produits pharmaceutiques.

L’Inde, autre grande économie émergente, a également enregistré une croissance positive (13%), dopée par les investissements dans le secteur numérique.

L’analyse croisée des flux d’investissements entrants et sortants confirme bien une réalité établie sur le déséquilibre des forces au niveau mondial. C’est ainsi que parmi les vingt premiers pays destinataires, on ne trouve aucun pays arabe ou africain alors que du côté des pays émetteurs, seuls les EAU y figurent. Ce sont les pays développés et les pays émergents qui sont pour l’essentiel destinataires et émetteurs.  Qui plus est, l’Afrique dans son étendue  géographique et avec 20% de la population mondiale, attire moins de 3% des IDE  en moyenne! Pour l’année 2020, le Continent  est à la peine. Les financements de projets à l’instar des montages financiers de plusieurs partenaires pour des projets d’infrastructure ont chuté de 40 %.  C’est dans ce contexte qu’il faut lire et interpréter les données relatives à notre pays.

Ainsi,  d’après les données fournies par l’Office des Changes  à fin novembre 2020, le flux net des IDE au Maroc a  atteint 13,83 MMDH, (environ 1,5MM$) soit une baisse de 20% par rapport à la même période de l’année précédente. Ce résultat s’explique par une diminution des recettes des IDE de 23% à 23,8 MMDH, atténuée par le repli des dépenses de 27%. Cette tendance baissière s’applique également au flux net des investissements directs marocains à l’étranger (IDME) qui a reculé de plus de 4,65 MMDH. Les IDME ont ainsi atteint près de 6,8 MMDH à fin novembre, en baisse de 31,8%.

Dans l’absolu, bien qu’ils placent  le Maroc dans le peloton de tête des pays africains,  les  flux d’IDE peuvent être considérés comme insignifiants  puisqu’ils ne représentent  en moyenne que 0,2% des flux mondiaux. Mais en termes relatifs, ils sont loin d’être  négligeables  dans la mesure où ils représentent en moyenne 10% de l’investissement global du pays et autour de 3% du PIB. Année 2020 non comprise.

Il faut donc se préparer pour l’après- Covid  même si les prévisions  établies pour 2021 au niveau des IDE ne dénotent pas une reprise significative. Au contraire, on s’attend de nouveau, à une baisse  de 5 à 10% de ces flux. C’est dire que la concurrence va être rude. Mais notre pays a toutes les chances et suffisamment de  ressorts pour devenir à la fois  plus attractif (pour attirer les IDE) et plus compétitif (pour investir à l’étranger)  s’il arrive à fructifier comme il se doit les atouts dont il dispose. Sachant, on ne le dira jamais assez, que l’effort doit être essentiellement au niveau national. D’où la nécessité de poursuivre les  réformes structurelles et sociétales   à commencer par la réforme fiscale,  la moralisation des affaires  en mettant fin à l’économie de rente, la moralisation de la vie publique en combattant sans merci le fléau de la corruption… 

Des signaux forts doivent être  envoyés pour faire savoir que le Maroc est en train de changer.  Dans le bon sens s’entend. 

Par Abdeslam Seddiki
 



Mercredi 3 Février 2021

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html














L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution


Chèr Monsieur, Chère Madame

Je suis le Web Master de L'ODJ Média,

j’ai le plaisir de superviser le nouveau média “L’ODJ” pour le groupe de presse Arrissala 
 

L’ODJ est un bouquet de publication en format presse numérique : (7)
 

Nous lire : Portail Web   & Magazine mensuel

Nous écouter : Web Radio   & Portail Radio   & APP Mobile

Nous voir : Web TV    & Portail vidéos replay   & Youtube

Nous suivre : Instagram   / FaceBook    / TiK To  K / Linkedin   / Twitter

 

“L’ODJ” c'est quoi ?: « L’opinion des jeunes » de 7 à 77 ans 

 

L’esprit : Faire revivre l’esprit de l’Opinion Des Jeunes, sans nostalgie aucune, ni c'était mieux avant,  mais bien pour la nouvelle génération connectée avide de plus de liberté responsable, de changement durable, d'horizon positif, d'avenir partagé, d'ouverture soutenue et de culture sans modération.
 

Le Bouquet L'ODJ n'est pas un simple canal d'actualités ou d'informations en continu, mais un bouquet multimédia et multi-canal pour du contenu à l’ordre du jour.

 

Contenu : À travers des articles, des podcasts, des vidéos, des émissions Web TV, notre couverture médiatique cible des thématiques qui intéressent la jeunesse marocaine (Bien être, Santé, Culture, Environnement, Digital, Economie, Politique, Sport, Lifestyle, Musiques  .....), sans pour autant être dans l'information éphémère ni soumis à la dictature de l'actualité immédiate.

 

Soit, une actualité durable qui ne suit d'autre ligne que la volonté d'éclairer et d'approfondir les enjeux d'un monde, devenu plus complexe et parfois difficilement compréhensible.
 

L’ouverture (liberté et responsabilité): Le challenge et la réussite du projet restent, avant tout, l’ouverture vers les internautes (propositions en ligne), des partenariats Win Win, et des chroniqueurs invités à travers essentiellement trois rubriques :
 

Quartier libre : https://www.lodj.ma/Quartier-libre_r4.html   
 

Chroniqueurs invités : https://www.lodj.ma/Chroniqueurs-invites_r20.html   
 

Coup de cœur : https://www.lodj.ma/Coup-de-coeur_r11.html  



Partager ce site