Menu

Vaccin chinois : le débat s’enflamme




Le sujet est sur toutes les lèvres, dans toutes les bouches, sur WhatsApp, au téléphone, en famille, au bureau et dans terrasses de café.

Ecouter ou continuer à lire 

 
vaccin_chinois_le_dEbat_s_enflamme.mp3 VACCIN CHINOIS LE DÉBAT S’ENFLAMME.mp3  (4.96 Mo)


Les sorties du ministre de la santé se suivent et se ressemblent, il se veut rassurant, serein et pédagogue. Il est dans son rôle.
Les émissions Télé et Radios jouaient le jeu avec les réserves d’usages et en bons pères de familles.
Les portails Web relaient sagement l'imminente la campagne de vaccination
Le téléphone arabe avait une tonalité positive et cela ne sonne pas faux
La presse étrangère tresse des lauriers à l’audace et à la pertinence de la stratégie de vaccination marocaine.
Cela ressemble à un fleuve tranquille malgré les réserves des anti-vaccins et les amateurs des complots éternels. 
Une campagne de communication institutionnelle est probablement en Starting-block
 
Puis soudain des experts marocains à l’étranger, faisant partie du réseau international des Compétences Médicales des Marocains du Monde (C3M), adressent une lettre ouverte au ministre de la santé.
Avec les mots et les phrase d’usages de bonne volonté et de respecter les formes, Dr Samir Kaddar et président du C3M :
 
  • "Notre objectif est de contribuer à informer les citoyens et de renforcer leur confiance dans le vaccin via une communication factuelle, soutenue par des données cliniques robustes".
  • “Nous réaffirmons notre engagement sincère à collaborer avec votre département scientifique et restons disponibles pour une discussion scientifique avec vous et avec les membres du comité scientifique pilotant ce vaccin au Maroc. Nous serons honorés de contribuer à enrichir le débat autour de ce vaccin"
 
 
Ce groupe d'experts soulève, donc, 5 questions formulées ainsi dans leur courrier :
 
 
- Bien que le virus soit resté relativement stable au niveau génétique, des mutations plus ou moins importantes ont été détectées y compris dans la région codante pour la protéine de surface, S, cible principale des anticorps neutralisants. Il serait important de s’assurer que la souche vaccinale utilisée dans le vaccin Sinopharm (prélevée en Chine très tôt après la déclaration de l’épidémie) soit protectrice contre les souches circulantes au Maroc.
- Afin de renforcer la confiance des citoyens dans le vaccin, il est important que Sinopharm communique de manière officielle sur les résultats de la phase III, à l’instar des autres laboratoires pharmaceutiques. Ce vaccin a semble-t-il été utilisé chez des militaires en Chine ; il serait opportun d’accéder à ces données.
- L’histoire du développement des vaccins nous apprend que même pour des technologies considérées comme maitrisées, l’on n’est jamais à l’abri de surprises. En effet, le Vaccin RSV dans les années 90 s’est transformé en catastrophe sanitaire aux USA (2 enfants décédés à cause du vaccin) pour des raisons peu connues ; mais les procédés d’inactivation ou d’adsorption sur l’adjuvant à base d’aluminium ont été suspectés. https://www.nature.com/news/2008/081212/full/news.2008.1302.html
- Selon les informations dont nous disposons, l’essai clinique au Maroc a englobé environ 600 volontaires ce qui semble statistiquement insuffisant pour permettre de calculer l’efficacité en termes de protection contre la maladie. Par ailleurs lors de votre interview par le média Alyoum-24, il nous a semblé que vous comptez considérer la bonne immunogénicité (anticorps neutralisants induits sur les volontaires marocains) du vaccin comme suffisante pour approuver le dit-vaccin au Maroc ? Si tel était le cas, nous souhaitons entreprendre une discussion avec le comité afin de l’avertir sur les risques et danger d’une telle approche.
- Nous estimons qu’un plan pharmacovigilance mis en place au Maroc comme dans les autres pays est crucial pour détecter les effets secondaires à long terme, surtout au vu de la nouveauté de ce virus. Pouvez-vous nous parler de ce plan ? Nous sommes disposés à collaborer avec le comité pour lister les effets potentiels et proposer les approches permettant de les détecter
Immédiatement après les interrogations des ces experts marocains du monde , Lux Radio ouvre le bal dans son émission Avec Ou Sans Parure” de Mehdi Touassi et notre confrère medias24 invite Pr Azeddine Ibrahimi (directeur de Medbiotech, laboratoire de biotechnologie de la Faculté de médecine et de pharmacie de l'Université Mohammed V à Rabat) à répondre à ses interrogations et reprend la publication du Pr Ahmed Rhassane El Adib sur sa page Facebook qui donne la contradiction aux les experts du C3M.
Les autres suivront !
A charge et décharge , les Marocains méritent le débat et la transparence pour démontrer , encore une fois s’il le faut , la chance d'avoir une clairvoyance de la plus Haute Autorité de l'Etat.
A suivre sans modération
Si vous avez eu la gentillesse de lire cet article jusqu’ici, vous vous demandez peut-être “Et vous allez-vous vous faire vacciner ?”. Question légitime en soi.
Alors après avoir beaucoup lu , écouté sagement les sachants et posé les questions à mon entourage médical tout en respectant mon doute raisonnable , alors Oui je vais me faire vacciner en toute confiance .
Adnane Benchakroun
 








Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté