Menu

Biden et la Chine




A lire ou à écouter en podcast :

break_time500msbiden_et_1615993091__1_.mp3 Biden et la Chine  (1.04 Mo)

« Je n'hésiterai jamais à faire usage de la force pour défendre les intérêts vitaux du peuple américain et de nos alliés lorsque ce sera nécessaire. Mais je pense que la force doit être un outil de dernier recours, pas le premier. » 
                                                                                                                                                                   Joe Biden
 
« En Europe, on porte trop d’attention à la menace venue de Russie. Il y a une menace venue de Chine, commerciale et militaire. Les Européens doivent se sentir autant concernés par l’expansion de cette menace que le sont les Américains. Le Parti communiste chinois et ses organisations associées, y compris l’armée (…), opèrent de plus en plus hors et loin des frontières du pays, notamment sur le continent européen. »
Mark Esper

 Plusieurs amis m’ont fait des remarques et des critiques sur mon dernier article, je vais tenter d’y apporter quelques réponses.
Lors de sa première visite au Pentagone, le président Biden avait annoncé la création d'un groupe de travail au sein du ministère de la Défense, chargé d'élaborer la stratégie à adopter face à la Chine, que les démocrates ont désigné comme leur adversaire stratégique numéro un.

Dans son allocution destinée aux militaires américains, il avait ajouté que ce groupe de travail allait permettre de décider d'une direction ferme sur les questions liées à la Chine.

C’est Ely Ratner qui dirige ce groupe composé de quinze conseillers civils et militaires, une task force sur la Chine au département de la Défense qui recherche « un effort coordonné de gouvernement et une coopération bipartisane au Congrès de même que des alliances solides et des partenariats ».

Lloyd Austin, le secrétaire à la Défense avait expliqué qu’il dirigerait un focus à l’échelle d’un laser pour s’assurer du fait que les États-Unis conserveront un avantage compétitif sur la Chine et pourront endiguer les efforts de Pékin pour devenir une puissance mondiale dominante. L’objectif stratégique ainsi défini, est d’empêcher l’accession de la Chine au statut de puissance dominante en maintenant UN AVANTAGE COMPETITIF.

C’est pourquoi, je m’étais permis de dire (dans l’article précédent) que la guerre était déjà là sous plusieurs formes, j’en avais cité quelques-unes.

Ce sont, à mon avis, des guerres aux avantages compétitifs sous la contrainte majeure de l’interdépendance des deux économies :
Le jeu des alliances :
 
Cela commence par le jeu des alliances, la stratégie Américaine déclarée serait d’abord de renforcer et de consolider les alliances acquises (Europe, Golf, Inde et Japon), d’empêcher les relations de la Chine en Asie d’évoluer en alliance stratégique et de freiner l’intrusion dynamique de la Chine en Afrique.
 
La guerre commerciale :

Les démocrates perpétuent la guerre commerciale. Mélanie Hart, la coordinatrice de la politique chinoise, avait co-écrit un rapport pour le think tank Centre for American Progress, elle y défendait une stratégie globale pour contrer les subventions publiques chinoises au géant chinois des télécoms Huawei.
Wally Adeyemo,( le numéro deux au Trésor) avait expliqué que les États-Unis considéraientla Chine comme responsable du non-respect des règles internationales et qu’il fallait garantir une concurrence loyale pour les entreprises américaines où qu’elles soient.

La guerre technologique :

Ratner avait appelé les États-Unis à adopter une panoplie de stratégies sur la Chine, notamment pour contrer l’autoritarisme de Pékin dans le domaine des hautes technologies. Tout est permis dans cette guerre technologique, barrières tarifaires, barrières non tarifaires, pressions sur les pays alliés, accusations d’espionnage …
 
La guerre idéologique :

En sortant triomphante de la crise du Covid 19, la Chine défiait par son modèle politique autoritaire et centralisé. Beaucoup d’observateurs en vantant la réussite de la Chine se sont laissés prendre par la propagande du parti communiste Chinois et oublié la réussite de certaines démocraties comme la Corée du Sud, le Taiwan ou encore la Nouvelle-Zélande.

Il faut ajouter que le spectacle de la transition offert par Trump est venu entacher l’image de la démocratie Américaine. Les images de l’attaque du Capitol sont difficiles à oublier.

Maintenant, le comportement des démocraties libérales dans cette guerre aux vaccins offre une piètre image de l’occident. Ce que les chaines Chinoises et même Russes n’arrêtent pas de décrier. La guerre idéologique bat son plein.

Si aujourd’hui, à Washington, la Chine est considérée unanimement comme l'adversaire stratégique numéro un des États-Unis, et leur principal défi sur la scène internationale, il n’y aurait de guerres que froides, une froideur de vengeance durable.

La fin de ces guerres froides serait, selon moi , semblable à la fin de la guerre froide, je pense que la Chine aura le même destin que l’URSS à moins qu’elle opte pour plus de liberté et moins d’inégalités.

Par Dr Samir Belahsen
 



La rédaction


Rédigé par La rédaction le Mardi 16 Mars 2021

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté