Menu

Bourita évoque le panafricanisme qui anime toujours la conférence de Casablanca




Article à écouter en podcast

bourita_le_panafricanisme_ayant_anime_la_conference_de_casablanca_trouve_sa_continuite_dans_la_nouvelle_generation_de_leaders_africains.mp3 Bourita - Conférence de Casablanca  (1.29 Mo)

Le panafricanisme qui animait le groupe de Casablanca, au début des années 60, trouve aujourd’hui sa continuité dans la nouvelle génération de leaders africains, c’est ce qu’a indiqué le ministre des Affaires étrangères, M. Nasser Bourita, lors des travaux par visioconférence de la 38ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA).

Il a rappelé que le 4 janvier 1961, feu SM le Roi Mohammed V réunissait à Casablanca une conférence internationale pour adopter la Charte de Casablanca et favoriser l’unité continentale.
Il a également souligné que l’ambition était de créer une Afrique intégrée sur tous les plans, y compris politique et économique.

Selon M. Bourita, la commémoration du 60ème anniversaire de la Conférence de Casablanca devrait donner un caractère intemporel à l’esprit et aux aspirations de cette conférence, en faveur d’une Afrique soudée, solidaire et unie.

Passant en revue les défis qui restent à relever, notamment au niveau du recouvrement économique et social, M. Bourita a fait observer que l’UA doit développer une vision et interagir avec ses partenaires pour que l’Afrique puisse se préparer au contexte post-Covid.

L’année 2020 a été une année “très difficile” sous l’effet de la pandémie de la Covid 19, mais grâce à l’engagement de la Commission de l’UA, des progrès importants ont été réalisés. Le ministre des affaires étrangères a cité notamment l’entrée en vigueur de l’Accord sur le libre-échange continental, les réformes institutionnelles importantes et les progrès enregistrés pour établir la paix et la sécurité dans le continent.

Des défis se posent également au niveau du renforcement du professionnalisme, de l’éthique et l’expertise au sein de la commission loin de l’activisme et du manque de professionnalisme, c’est ce qu’a conclu Nasser Bourita.

Avec MAP





Mercredi 3 Février 2021

Dans la même rubrique :
< >



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site