Menu

Comptes régionaux : L’année 2019 reconduit le creusement de disparités


Les comptes régionaux au titre de l’exercice 2019, soldé par un taux de croissance de 2,6 %, viennent d’être dévoilés par le Haut commissariat au Plan. Un travail qui présente, en volume et en valeur, le PIB par région, les dépenses de consommation finales des ménages ainsi que les disparités qui en découlent.



comptes_regionaux__l_annee_201627396220.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (977.72 Ko)

D’emblée, l’on retiendra d’une note d’information produite, en ce sens, par le département de M. Lahlimi qu’en volume, seul sept régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale (2,6 %).

 Il s’agit des régions de Guelmim-Oued Noun (7,1 %), de Laâyoune-Saguia al Hamra (7 %), Drâa-Tafilalet (3,8 %), de Béni Mellal-Khénifra (4 %), de l’Oriental (5,5 %), de Dakhla-Oued ed Dahab (4 %) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (3,8 %).


Aux prix courants, trois régions à savoir, Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont créé 58 % de la richesse nationale, avec 31,8 %, 15,3 % et 10,9 % respectivement.


Contribution régionale aux activités économiques nationales

En termes de contribution régionale aux activités économiques nationales, le HCP révèle que les activités du secteur primaire restent l’apanage d’un nombre bien limité de régions dans la mesure où six régions (Rabat-Salé-Kénitra, Fès-Meknès, Casablanca-Settat , Marrakech-Safi, Souss-Massa et Tanger-Tétouan-Al Hoceima) ont créé un peu près des trois-quarts de la valeur ajoutée du secteur.


Et ce, au moment ou, d’une part, les activités du secteur secondaire sont concentrées dans les régions de Casablanca-Settat et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec une contribution de 56,8 % à la valeur ajoutée nationale du secteur en 2019. Et d’autre par, 59,4 % de la richesse crée par les activités tertiaires est à imputer aux trois régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.


PIB régional par habitant

En termes de PIB régional par habitant situé à une moyenne nationale de l’ordre de 32 394 dirhams en 2019, le HCP note le fait que la dispersion du PIB par habitant est en augmentation dans la mesure ou l’écart absolu moyen est passé de 13 106 DH en 2018 à 13 115 DH en 2019.


En détails, le HCP révèle que six régions présentent un PIB par habitant supérieur à la moyenne nationale. Il s’agit des régions de Dakhla – Oued - Ed-Dahab (86 166 DH), de Laayoune - Saguia al Hamra (51 202 DH), de Casablanca-Settat (50 075 DH), de Guelmim-Oued Noun (38 858 DH), de Rabat-Salé-Kénitra (36 596 DH), et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (33 367 DH). Alors que dans les autres régions, le PIB par habitant est situé entre 17 971 DH, enregistré dans la région de Drâa-Tafilalet et 27 197 DH au niveau de la région de Souss-Massa.


Dépenses de consommation finale

Au niveau des dépenses de consommation, finale des ménages par région, le même constat est relevé à savoir un creusement de disparités.
En chiffres, les régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Fès-Meknès ont accaparé un peu plus de la moitié (51,5 %) des dépenses de consommation finale des ménages au niveau national, avec 25 % , 14,8 % et 11,7 %, respectivement






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Lundi 26 Juillet 2021

Dans la même rubrique :
< >