Dakhla : une coalition mondiale de scientifiques pour le lancement du campus international de l’excellence.


Rédigé par Rédaction le Vendredi 9 Décembre 2022

Une coalition mondiale de scientifiques, d’anciens chefs d’états et d’experts, se sont réunis à Dakhla, ce jeudi 8 décembre 2022 sur le thème du «rôle de la connaissance, de la science et de l’éducation dans la construction d’un monde nouveau ». Parmi les scientifiques invités, huit d’entre eux, sont lauréats du Prix Nobel.



Écouter le podcast en entier :


Par Taoufiq Boudchiche, économiste.

La rencontre s’est déroulée en présence, notamment,  de MM. Younes Sekkouri, Ministre de l’inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, et de Driss Guerraoui, Président de l’Université ouverte de Dakhla, initiateur de cette rencontre et maître de cérémonie lors de la première matinée.

Plusieurs sujets en lien avec l’impact de l’éducation et celui la recherche scientifique dans les processus d’innovations et de transformations économiques, sociales et culturelles ont été passés en revue. La corrélation est de plus en plus forte entre éducation, croissance économique, développement, résilience individuelle et collective… face aux enjeux d’avenir (santé, climat, compétition économique, mobilité, transformations technologiques et industrielles…).

Les réflexions convergeaient en effet sur l’ère de changement profond que nous vivons. Elle ne résulte pas seulement de la crise sanitaire ou du conflit en Ukraine mais les transformations en cours révèlent les limites du « modèle universitaire et scientifique » conçu pour les besoins de développement post-seconde guerre mondiale. Un modèle qui a sous tendu une croissance au coût écologique exorbitant que les générations futures vont devoir assumer. La nécessité de nouveaux modèles globaux s’imposent  qui vont sans doute s’appuyer sur l’économie verte digitale pour atténuer ce coût écologique.

Face à cela, il y aurait selon certains intervenants, à repenser le « modèle transformationnel du savoir ». Le modèle ancien hérité de l’après seconde guerre mondiale reposait sur une linéarité « science-ingénierie-marché » dans un sens et/ou dans l’autre. Autrement dit, on fait de la science pour produire de la technologie afin de répondre aux besoins du marché. Ou à l’inverse on définit des besoins et on mobilise les moyens pour produire de la science et de la technologie à l’effet de répondre au marché. Ce modèle est en passe d’évoluer pour laisser la place à de nouveaux modèles fondés aussi sur l’intérêt d’investir dans la « recherche de découverte ».
A titre d’exemple, la chaîne Hilton avait  développé dans le passé une recherche en marketing très poussée pour répondre aux besoins du marché. Puis en 2008, la start up Air-BNb est arrivée avec un nouveau modèle marketing fondé sur les nouvelles technologies. Ce nouveau modèle  a permis à AirBnb de générer très rapidement un chiffre d’affaire trois fois supérieur à celui de la chaîne Hilton. L’analyse de ce modèle montre que c’est la technologie qui a engendré de l’innovation laquelle, à sont tour,  a crée un nouveau marché.

 

D’autres exemples ont été évoqués relatifs à la distinction entre « recherche fondamentale » mue par la curiosité scientifique et intellectuelle » qui est autant à encourager que la « recherche appliquée ». 

Celle-ci est actionnée pour répondre à des besoins précis. Par exemple, la recherche sur les vaccins, les radars, l’industrie spatiale, etc. répond à une démarche scientifique motivée par des besoins dans la santé, dans la défense,…

D’un autre côté, la recherche fondamentale de découverte basée sur une « logique de curiosité scientifique et intellectuelle » peut engendrer des innovations insoupçonnées et ouvrir la voie à de nouveaux domaines d’innovation. A titre d’illustration,  la recherche sur les génomes, était au départ une recherche fondamentale de curiosité de la part de quelques scientifiques passionnés, non motivés par des besoins précis.

Elle a finalement  donné lieu à une nouvelle science sur le génie génétique  qui a révolutionné le domaine de la santé. Un autre exemple, les recherches de découverte dans le domaine de la météorologie ont donné naissance à l’émergence du GPS. Par conséquent, selon les experts présents, il faudrait investir autant dans les domaines de la recherche appliquée que ceux de la recherche fondamentale pour permettre la créativité et l’innovation.

L’ancienne Présidente de l’Equateur, S.E. Mme Rosalia Artaega, a souligné quant à elle le rôle essentiel de l’éducation primaire et secondaire. Les groupes de recherche auxquels elle appartient ont mis en évidence par exemple que la qualité professionnelle du directeur d’établissement comptait pour  au moins 20 % dans la réussite scolaire et autant pour l’instituteur.  Donc, selon elle, il faut investir dans la formation des instituteurs et des cadres scolaires pour garantir un enseignement de qualité.

L’importance d’un accès à une éducation de qualité a été mise en relief successivement par plusieurs intervenants. Parmi eux, celle du Ministre Chakib Benmoussa, intervenu à distance, car se trouvant au Qatar qui a  évoqué le plan marocain intitulé « Education de qualité pour tous» couvrant la période 2022-2026. Un plan fondé sur une approche d’apprentissage holistique et inclusive en développant un « écosystème apprenant ». A ce titre, le plan incite, par exemple, à une nouvelle approche territoriale d’apprentissage qui encourage les villes marocaines à intégrer le réseau mondial des « villes apprenantes ».

Le Ministre Younes Sekkour a quant à lui mis en perspective dans ses propos inauguraux la vision royale de faire du Royaume un espace ouvert à l’innovation. Une démarche structurée et stratégique entamée depuis plusieurs décennies dans le cadre entre autres des stratégies sectorielles. Pour l’avenir, il a indiqué l’importance de l’ouverture de son département à œuvrer à une  nouvelle génération de partenariats, d’écosystèmes d’innovations et de projets inclusifs pour faire face aux défis actuels et à venir tels que soulignés plus haut.

Le Ministre a rendu hommage à l’initiative du Professeur Driss Guerraoui de réunir à Dakhla une coalition mondiale de très haut niveau, preuve s’il en est de la reconnaissance des efforts du Royaume, en matière de promotion du savoir et de la connaissance comme moteur du développement. La Ville De Dakhla était représentée par le Wali de Région et le Vice-Président du Conseil Régional qui ont exprimé la fierté d’accueillir une rencontre de prestige à ce très haut niveau de représentation. Selon eux, le « campus international de l’excellence » enrichit les projets de développement visant à concrétiser la vision royale de faire de Dakhla un hub régional et intercontinental dans l’axe « Afrique-Europe-Amérique-Asie ».





Vendredi 9 Décembre 2022

Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | Éducation | Musiczone | L'ODJ Média | L'ODJ i-Magazine | Stories | Chroniques Vidéo



Magazine créé avec Madmagz.

/center>





























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala

Menu collant à droite de la page