Des groupes parlementaires appellent le gouvernement à œuvrer à une "renaissance culturelle marocaine"


Les groupes parlementaires de la Chambre des représentants, lors de la session mensuelle d'interrogation du Premier ministre, ont convenu à l'unanimité de la nécessité de promouvoir la culture et d'en faire un pilier du nouveau modèle de développement.



Le groupe parlemntaire du RNI, chef de file de la coalition gouvernementale, a estimé qu'il y avait un "recul remarquable dans le domaine artistique et culturel, même si l'État était et est toujours celui qui a fourni les moyens matériels des activités artistiques et culturelles et de la télévision et des productions théâtrales ».


Malgré cela, le groupe a estimé, selon la parlementaire Fatima Khair, qu'il y a des théâtres qui "ne disposent pas des moyens techniques pour le travail créatif, en plus de la fermeture des salles de cinéma et des théâtres", notant que l’offre culturelle manque d'attraction pour les jeunes.


Khair a poursuivi en qualifiant les statistiques liées au développement du champ artistique et culturel de « choquantes dans le Maroc du troisième millénaire », soulignant que la culture « est encore perçue comme élitiste, alors que dans les pays développés la culture fait partie du quotidien ».

Khair a appelé le Premier ministre à investir dans la richesse et la diversité urbaines et culturelles du Maroc, afin de promouvoir le secteur de la culture, ajoutant que le gouvernement "est tenu d'avoir un projet culturel en harmonie avec la mémoire nationale, d'établir un une industrie culturelle forte qui contribue au développement et à la création d'opportunités d'emplois et constitue un moteur de croissance." Une économie forte.

Le groupe socialiste a critiqué l'absence de programmation culturelle. Le chef du groupe ittihadi, Abd al-Rahim Chahid, a souligné que dans d'autres pays, notamment en Europe, les petites institutions culturelles, y compris les théâtres et les galeries, ont un programme annuel respectable qui génère des retours financiers importants pour les municipalités.

Le groupe socialiste a souligné la nécessité d'adopter une vision stratégique dans le domaine culturel "qui coupe avec des programmes de situation et évite de privilégier un secteur au détriment d'autres secteurs, et traite les domaines artistiques et culturels avec équité et égalité", critiquant l'adoption par le gouvernement de programmes à durée limitée au lieu de développer une stratégie à long terme.

Le même groupe a également critiqué ce qu'il a appelé « le retrait des gouvernements successifs du débat public » sur la questionculturelle . Seuls trois débats se sont tenus depuis 1986, appelant à l'ouverture urgente d'un dialogue national sur lequel reposent les grands déterminants de l'action gouvernementale dans le domaine culturel.

En ce qui concerne l'avancement du tamazight, le groupe socialiste a souligné que "la culture marocaine n'a pas besoin de se contenter de procédures et d'engagements limités, mais plutôt de l'audace d'activer", exprimant sa crainte que les cadres qui seront formés dans les tribunaux se transformera en la situation des professeurs chargés d'enseigner le tamazight, où ils sont affectés. Un nombre important d'entre eux enseignent d'autres matières.

Le groupe Authenticité et Modernité a critiqué l'absence de la culture dans les politiques publiques des gouvernements précédents et ne lui a pas donné la priorité, estimant que le secteur de la culture "a connu un véritable recul en raison de la suspension de ses activités suite à la propagation de la pandémie du virus Corona". , alors que des milliers de travailleurs du secteur se sont retrouvés au chômage en raison de la crise.

Le groupe, qui appartient à la majorité gouvernementale, a critiqué "la baisse du taux de lecture, le manque de salons du livre organisés dans tout le pays, et le faible budget alloué aux manifestations artistiques et culturelles, qui la rend incapable de conduire le train de la culture », exprimant sa confiance « dans le fait que le gouvernement actuel fera de la culture une locomotive du développement durable », rompant avec les politiques antérieures qui traitaient de ce secteur.

Le groupe haraki, dans l'opposition, a choisi de diriger une critique globale du bilan des cent jours de travail du gouvernement Akhannouch. Il a estimé que la présentation faite par le Premier ministre sur ce qui a été réalisé dans le secteur de la culture, "est un état des lieux des actions antérieures réalisées grâce aux initiatives royales".

Mohammed Ouzzine, député parlementaire du groupe haraki, a déclaré que le gouvernement "est passé de la vitesse de la lumière dans le processus d'élaboration et d'approbation de la loi de finances à la vitesse d'une tortue dans la mise en œuvre de son programme", décrivant son résultat comme "honteux".

Le groupe haraki a souligné que la réussite du modèle de développement passe par la prise en compte de l'identité nationale, avant de s'interroger sur ce que le gouvernement a prévu pour les dimensions identitaires que la constitution accompagnait, estimant qu'elle n'apportait pas ce qu'on attendait des hassani, africains, et les dimensions hébraïques, et les deux langues et les cultures arabe et amazighe.

Une altercation verbale a éclaté entre des membres de le groupe haraki et des députés du groupe Authenticité et Modernité, après qu' Abdellatif Wahbi ait été accusé d'"insulte à l'identité nationale", suite à la réponse qu'il a donnée, il y a quelques semaines, à une parlementaire du MP qui posait une question en amazigh.

Les altercations entre les deux parties ont duré environ une demi-heure et se sont intensifiées quand Ouzzine s'est adressé au Premier ministre en disant: «Nous avons entendu un ministre de votre gouvernement appeler à combattre la pensée ‘ wahbiste ‘, et le cas est que cette pensée doit d'abord être corrigée. », en référence au secrétaire général de l'Authenticité et de la Modernité.

 






Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur
Mardi 1 Février 2022

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2022 - 14:46 Joe Biden et les gaz à effet de guerre ..

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.