Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





Entretien avec Nargisse Bennani, artiste peintre vivant aux EAU


L’émotion et l’intuition ont leur place dans une peinture et ne peuvent être emprisonnées par la raison et la logique

Nargisse Bennani est une artiste-peintre autodidacte originaire du Maroc et installée au Emirats Arabes Unis. Son savoir-faire artistique trace un pont entre deux pays frères, le Maroc et les EAU, et ses tableaux reflètent un métissage entre deux cultures, celle de son pays d’origine et du pays d’accueil où elle réside depuis de longues années.
Mme Nargisse est à l’exemple de nombreuses personnes, en particulier les femmes, qui se retrouvent du jour au lendemain, avec un pinceau à la main, en train de tracer un avenir, exprimer leurs passions, extrapoler leurs sentiments sur un tableau…, une façon comme une autre de briser le quotidien. Elles vaquent pendant leur temps libre, à cette activité qui devient leur violon d’Ingres. Des moments qui constituent une sorte d’« échappatoire » et d’isolement, conférant joie, détachement du monde réel et sensation de bien-être.



Lodj : Un parcours académique au Maroc puis un départ vers les Emirats Arabes Unis où vous avez changé votre mode de vie. Est-ce ce revirement qui a déclenché vos passions artistiques ?
 
Mme Nargisse BENNANI : Après un cursus Scientifique, soit un master en Biotechnologie et bio-industrie,  j’ai entamé une préparation de Doctorat PhD au laboratoire de microbiologie et biologie moléculaire à Rabat que j’ai dû arrêter mais que je ne regrette nullement tout autant, après mon mariage et le changement de cap pour les Émirats arabes unis. Dans ce pays d’accueil,  j’ai pu suivre finalement ma passion de toujours : l’Art!!!
 

Loddj : Votre cursus a-t-il pu guider votre travail et choix artistiques ?
 
Mme. N. B : Je ne crois pas que mon cursus scientifique ait vraiment affecté mon travail artistique, en termes de choix de sujets ou de thèmes particuliers, sauf qu’un esprit scientifique suit toujours une démarche d’observation, d’analyse et d’interprétation qui servirait aussi pour un artiste.  L’art est plutôt connecté à l’imaginaire et à la liberté d’expression. C’est un monde où l’on peut échapper à certaines lois, chose qu’on ne puisse se permettre avec les sciences. Cependant, l’émotion et l’intuition ont  leur place dans une peinture et ne peuvent être emprisonnées par la raison et la logique.
 
 
Lodj : Parlez-nous de vos tableaux, œuvres et créations ?  Quel est votre style, la matière que vous travaillez ? 
 
Mme N. B. : J’ai toujours été attirée par le monde en couleurs, d’où mon intérêt pour l’art et ma résolution à prendre des cours réguliers de peinture et depuis, je n’ai plus quitté mon pinceau. J’ai continué à perfectionner mon style et mes techniques en prenant des cours particuliers avec un imminent peintre libanais Dr Souheil Madi, inscrit dans l’encyclopédie Guinness en tant qu’Ambassadeur de l’Espoir.
Je travaille avec différentes techniques à l’acrylique, la peinture à l’huile, l’aquarelle, mixed media, café...
J'adore les couleurs qui procurent de la joie et je pense que cette positivité est commune à toutes mes peintures. A mon sens un tableau demanderait un peu de mystère et une touche de fantaisie.
J'aime aussi la diversité dans mon travail, je n'appartiens pas à une école d'art spécifique, même si je porte une affection particulière à l’abstrait et au surréalisme. À mon avis, l'émancipation laisse plus de place à la créativité.
En plus de mes toiles je peints sur différents matériaux comme les abat-jours de différentes formes que j’ai conçue, sur du bois aussi. J’ai également créé ma collection de masques en tissus « be chic be unique », à laquelle j’ai apporté une touche artistique. J’ai même imprimé quelques uns de mes tableaux sur du plexiglas pour en faire des produits dérivés, comme des sous tasses ou des petits souvenirs.
 
 
Lodj : Quelle est  votre source d’inspiration ?
 
Mme N. B. : Je m’inspire souvent d’une réflexion, d’un paysage, d’un événement, de toute beauté dans l’univers ou au fond de moi-même. Puis, je laisse place à ma créativité pour partager mon monde d’émotions que je ne saurai exprimer par la parole.
 Mes peintres préférés sont l’espagnol surréaliste Salvador Dali et le Russe Salvador Kandinsky, l’un des pionniers de l’art abstrait.

 


Lodj : Avez-vous déjà exposé aux EAU ou dans d’autres pays ?
 
Mme N. B : J’ai participé à une série d’expositions, tout d’abord dans de petits malls à Dubaï puis lors de grands événements tels que : L’exposition en groupe “Creative vision”- Royal central hôtel à Palm Jumeirah, Dubai et l’Exposition “Mom’s heart of tolerance” au care centre for special needs, Dubai, les deux sous le patronage de son Altesse Sheikha Dr. Hind bin Abdel Aziz Alqassimi. J’ai participé à la première exposition internationale d'art “Survivors”, pour soutenir les patients cancéreux à Dubaï, au Grand Millenium Hôtel, sous le patronage de son Altesse Sheikh Souhail Maktoum Ben Joumaa Al Maktoum. J’ai également participé à l’Exposition “Hope of Vision” à la galerie d’art Artisita à Dubai Design District.
J'ai eu la chance d'exposer quelques unes de mes œuvres à Dubai Miracle Garden, le plus grand jardin de fleurs naturelles du monde, du mois de novembre 2018 à mai  2019. Une petite collection de masques et de souvenirs a été également exposée dernièrement à Dubaï butterfly garden.
 
En dehors des EAU, j'ai participé à la Semaine mondiale de l'art, à Charm El-Cheikh en Égypte, terre de civilisations en décembre 2018,  là où j’ai rencontré une élite d’artistes arabes. Toujours en Egypte, j’ai  participé à l’exposition “L’histoire d’un artiste” au Caire.
 
Ma 1ère expo/vente personnelle à ma ville natale Rabat, au Maroc, était un vrai succès! J’ai reçu famille, amis, amateurs et artistes renommés tels que les artiste-peintres Rabiaa Bennani, Noureddine Ziyat et Atika Sayegh. 
 
 
Lodj : Vos tableaux se vendent-ils bien aux EAU ?
 
Mme N. B. : La vente des tableaux n’est jamais une priorité pour moi, ce qui compte, c’est le regard émerveillé face au tableau. Je ne cacherai pas, tout autant, qu’en tant qu’artiste, il est toujours encourageant d’avoir un « art lover » qui tombe amoureux de votre toile. 
 
J’ai l’impression qu’au Maroc les jeunes couples ont commencé à avoir cette idée d’introduire un beau tableau dans leur salon ou chambre de séjour pour embellir leur environnement et égayer leurs murs. Ici à Dubaï, comme c’est une ville cosmopolite, l’achat de pièces d’art varie selon les nationalités. Ce qui est remarqué, c’est que les russes et certains européens sont de bons acheteurs. 
 
Reste que, malheureusement, les gens n’ont pas encore ce reflexe d’offrir, par exemple, une pièce d’art, même à petit prix, à une occasion donnée ou de commander un joli tableau de dimensions et de  couleurs précises. Le facteur prix n’est même pas déterminant.

Lodj : Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur votre inspiration et sur votre travail d’artiste ? Y a-t-il eu des changements ?
 
 
Mme N. B. : La pandémie et les restrictions sanitaires ne nous ont pas arrêtés, bien au contraire. Tous les peintres ont pu participer, à travers leurs travaux, à envoyer un message d’optimisme et d’espoir à travers les social-media. Par contre ce qui nous a le plus manqué lors de cette période, ce sont les vraies rencontres entre artistes et art lovers lors d’expositions ou visites de galeries d’art, la meilleure manière d’apprécier de près des œuvres et d’échanger des idées et des valeurs culturelles.
 
En cette période de crise sanitaire, j’ai pu participer à plusieurs expositions en ligne, dont l’Exposition Visuelle Collective par Artisita Gallery “Corona n’arrêtera pas notre créativité”, dont l’événement a été publié par L’Observateur Magazine ;  l'exposition internationale "La couleur des roses" en Turquie qui a réuni plus de 500 artistes ainsi que l'exposition “Ensemble contre Corona", au sein du groupe de l'Union des artistes arabes.
J’ai participé également à l’exposition internationale en ligne, Morocco & Mauritius « Unis pour l’Art », et ce,  le 20 juin 2021 et,  à 2 expositions virtuelles internationales le 20 septembre 2021 : Morocco/Germany & Morocco/Argentina.
 
 
Lodj : Quels sont vœux pour l’an 2022 ?
 
 Mme n. B. : Je souhaite aux lecteurs de lodj une année 2022 en couleurs, prospère et fructifiante et  qu’elle soit le point de départ de beaux projets et de belles perspectives.  Mais aussi qu’elle apporte le bonheur, la  paix, la sérénité et surtout la santé pour toute l’humanité!





Dimanche 9 Janvier 2022

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.