Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
search





Feu SM le Roi Hassan II, l’homme et le Roi , quels enseignements tirer ?




Feu SM et les ingrats…
 
« je veux que mon comportement soit un livre duquel on puisse tirer quelques enseignements » Disait Feu SM le Roi Hassan II… quels enseignements tirer de cette journée du 10 Juillet ? Ce putsch raté le jour du 42ème anniversaire de Feu SM.

« Il y a l’homme qui a souffert de l’ingratitude…et il y a le Roi du Maroc » n’est-ce pas faire la part des choses ? comme nous pouvons prolonger le premier pan de cette réflexion, d’un complément que nous trouvons ailleurs : « je ne prétends pas changer la nature humaine, car il y a eu des ingrats, il y a des ingrats, et il y aura toujours des ingrats », puis d’un autre «  Un homme qui n’a pas d’ami, n’est pas un homme » ou encore «  je préfère que l’on dise que je fus victime d’une amitié plutôt que l’assassin d’une amitié ».

Une introspective dont Feu SM nous fit part pour nous dire de l’homme qu’il fut…et plus loin, du Roi qu’il fut, et de dire «  La pluie lave…tout était par terre mais tout était propre » et de continuer «  C’est comme si Dieu voulut faire la toilette de ce pays » ou encore «  Je le dis encore plus royalement, car je suis plus Roi aujourd’hui qu’hier… »  en référence aux coups d’États, et celui du 10 juillet et celui du 23 Aout. 
 
 
Fervent croyant, modéré et conciliant
 
La « Baraka » fut au rendez-vous pour révéler en plein jour, comme un cadeau du ciel, de ces ingrats qui voulurent intenter à la vie de Feu SM, et par là instaurer un régime militaire, «  grâce à Dieu » comme aimait à le répéter Feu SM, leurs projets tombèrent à l’eau.

Feu Hassan II fervent croyant, portait en lui la conviction de sa mission, ne dit-il pas «  Ce que Dieu m’a donné, seul Dieu peut me l’enlever » en référence à l’homme qu’il fut, plutôt au Roi qu’il fut, comme il l’a signifié à Anne Sinclair lors d’un entretien. 

Oui fervent croyant, ne dit-il pas une fois «  il arrive un moment où l’on est seul, où l’on se tourne vers le grand patron, chacun l’appelle à sa façon et de sa façon… »,  et de rajouter «  Notre religion n’est ni meilleure ni pire que les autres » n’est-ce pas faire preuve d’un esprit de conciliation prônant humilité et vivre ensemble ?

Ne répétait-il pas aussi cette phrase de Pascal «  Vérité au-delà des Pyrénnées, erreur en-deça » ? 
 
Le Roi de la nuance 
 
De retour au Putsch l’homme et le Roi du Maroc sortirent fortifiés de ces « cyclones » essuyés en moins d’un an, « cyclone » fut le mot duquel Feu SM usa pour décrire les deux putschs.

Oui, Feu SM nous enseigna l'art de la nuance, tiraillé entre ses responsabilités qui supposent une carapace à toute épreuve et l’homme dans sa « chair », il ne manquait de faire le distinguo là où le besoin se pressent.

Un autre exemple ?  Feu SM à l’adresse du journaliste Albert Le Roy dit «  D’abord il ne faut pas oublier que j’ai deux familles, ma petite et ma grande famille », encore un parallèle entre l’homme qu’il fut et le Roi qu’il fut, et de continuer «  Pour ce qui est de ma grande famille, je ne prends jamais une décision, seul… par contre quand il s’agit de ma petite famille… ».

Et pour ceux qui croyaient que l’homme qu’il fut ne jouissait du respect et de la déférence que par sa position de Roi, Feu SM, maître de la nuance, répondit «  Le respect est dû mais il n’est que quand on est une personne respectable…C’est une question de déontologie et de conduite… ».

Feu SM composait brillamment avec les deux côtés de sa personne. 
 
 
Un Roi optimiste, et patriote !
 
En homme, ne disait-il pas sans complexe «  Nous sommes tous contradictoires vis-à-vis de nous-mêmes » ? et de finir «  Qu’est-ce l’équilibre, c’est que nos sentiments n’arrivent jamais à exacerbation » et de dire ailleurs en bon sondeur des complexités humaines :  «  plus on découvre l’homme, plus on se demande comment il n’est pas plus fou qu’il n’est ».

Oui, Feu SM connaissait les défaillances de la machine humaine, mais ne badinait pas avec la charge qui incombe aux responsables à quelques échelons qu’ils soient : « Tout entrepreneur, tout chef d’État se doit d’être optimiste…s’il n’est pas optimiste qu’il prenne sa retraite définitive…dans un couvent ou quelque part ».

Comme le Roi qu’il fut ne badinait pas avec les constances du Maroc : «  Vous acceptez à ce qu’un allemand puisse trainer le drapeau français par terre… » chose pour nous passible de prison… et de dire plus loin «  le Sahara, c’est notre Alsace Lorraine ». 

SM le Roi Mohammed VI, auquel Feu SM Hassan II, selon ses dires n’arrêtait pas de lui ressasser cette phrase de Pascal «  Le style, c’est l’homme », s’inscrit dans cette lignée à la fois optimiste et patriote, oeuvrant pour un Maroc à la fois authentique et moderne. 

Hicham Aboumerrouane 





Mardi 13 Juillet 2021