Menu

France : La religion Laïcité


Le gouvernement français vient de présenter un projet de loi « confortant le respect des principes de la République ». Contre l’islamisme radical, comme prétendu ? Contre l’Islam, comme le dénonce ses détracteurs ? Ou, tout simplement, la laïcité, érigée en religion, qui casse la concurrence ?



Anti-fondamentalisme ?

Le gouvernement français a présenté son texte de loi « confortant le respect des principes de la République » le jour du 115ème anniversaire de la loi de séparation des églises et de l’Etat, se plaisent à rappeler les médias de l’hexagone. Il y a plus d’un siècle, c’était le Catholicisme qui posait problème, maintenant, c’est l’Islam.

La raison invoquée par le gouvernement français pour justifier la présentation de ce projet de loi controversé, ce serait de « protéger » et « émanciper » les croyants « face au fondamentalisme religieux », comme l’a déclaré le premier ministre français, Jean Castex. 
De ce côté ci de la Méditerranée, cet argument semble quelque peu étrange. Les mêmes problèmes de fondamentalisme islamiste et de terrorisme takfiriste se posent également au Maroc. Pourtant ils sont autrement combattus. Et c’est, de toute évidence, beaucoup plus efficace.

Fichés « S »

On se serait, franchement, attendus à l’annonce par le gouvernement français de nouvelles dispositions pour mieux surveiller les individus fichés « S » par ses services de renseignement. Ne voit-il pas problème à ce que des cas déjà identifiés suspects parviennent soit à passer à l’action, soit à parvenir à recruter, endoctriner et envoyer des imbéciles accomplir des actes terroristes ? 

Nul besoin d’alourdir l’arsenal législatif pour ce faire. Il suffit de mieux organiser la circulation du flux d’informations entre services de sécurité et instances judiciaires pour que les bonnes décisions soient prises à temps. 

Par ailleurs, est-il si difficile de tracer l’argent qui alimente les associations les plus douteuses ? Ce serait alors le rôle de la diplomatie française de faire fermer les robinets de financement en amont.

Intransigeants

Quand on s’arme d’un marteau pour écraser une mouche, c’est une autre cible qui serait, en fait, visée. L’Islam est la 2ème religion de France, après le Catholicisme, mais de loin beaucoup plus vigoureuse et, sans clergé, encore plus pénible à contrôler. 

Les chiffres vont d’une population musulmane de 4,1 millions, selon les estimations pour 2019 de l’Observatoire de la laïcité, à 8,4 millions, en 2017, d’après un démographe et sociologue français, François Héran.

« Musulman » est, bien entendu, à prendre au sens générique, agglutinant tous les Français dans leur diversité d’origine nationale et ethnique, sans distinction entre les différents courants théologiques qui traversent l’Islam. 

Leur particularité est qu’ils sont moins susceptibles de laisser passer quand ils considèrent que leur foi religieuse et leurs valeurs traditionnelles sont attaquées, alors que les Catholiques ont depuis longtemps baissé les bras.

Requiem pour le « Vicaire »

Même le Pape François a renoncé son titre de « vicaire du Christ », ou plus exactement relégué aux annales l’Histoire, comme c’est apparu à la publication de l’Annuaire pontifical 2020. Saint Pierre doit avoir l’impression d’être martyrisé une seconde fois, dans un silence assourdissant des Catholiques.

La Laïcité est la religion de la république, en France, ce qui différencie, par exemple, ce pays des Etats-Unis, ou existe une véritable liberté de croyance. Et, en tant que religion, la Laïcité ne saurait tolérer la concurrence d’autres croyances, encore moins quand elles rejettent son individualisme extrémiste, son matérialisme effréné, en franche opposition avec les valeurs traditionnelles.

Les Français musulmans sont, aujourd’hui, confrontés aux mêmes défis que les Français catholiques, il y a plus d’un siècle. Peut-être feraient-ils mieux de s’entendre pour défendre le monothéisme contre le déisme et l’athéisme conjurés au lieu de vainement se quereller.





Rédigé par le Jeudi 10 Décembre 2020


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site