Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
search





Jamais sans ma tablette et mon PC : maudites taxes !


Dans un monde où toute activité ou recherche se déroule sur du matériel informatique, que chaque catégorie sociale, toutes générations confondues, se trimbale à longueurs de journées avec son gadget et que le virtuel devient « source » de joies ou de peines, de gains ou de pertes, de travail et d’études… ; voilà que notre cher gouvernement fraichement nommé, se permette une taxation des équipements informatiques. Une décision incongrue, et dans le contexte actuel, si incommode et intolérable, après une hausse des denrées alimentaires toute aussi « vertigineuse ». Autant dire que la loi sur la taxe des équipements informatiques est passée, comme sur des roulettes, à la va-vite. Elle a été votée par la Chambre des représentants, malgré les nombreux amendements des députés de l’opposition.



Pourquoi ne pas augmenter, par la même occasion, le prix des téléphones portables ? Ou cela affecterait-il quelques secteurs, générateurs de « liquidité » ou  « porteurs » d’intérêt ?

C’est comme qui dirait que toutes ces décisions « inflationnistes » étaient sur la table de l’ancien gouvernement, bien ficelées, et qu’il suffisait d’un clic pour que tous les dossiers se soient libérés et validés, sans aucune réflexion ni égard pour les citoyens.

L’augmentation des prix des premières nécessités et carburant ne suffisaient-elles pas ? Il fallait passer à autre chose.

Le motif relevé par la ministre des finances, en marge de la hausse de cet impôt est : « financer le travail de recyclage des équipements informatiques et lutter contre la pollution numérique » !!

On pense pollution numérique et l’on ne pense pas « éducation des enfants », « appauvrissement des Marocains »…

Que fait-on du pouvoir d’achat des citoyens ? On ne cesse de les appauvrir, ne leur laissant aucun répit. C’est toujours la classe moyenne qui souffre de la pénurie. Les sociétés et entreprises sont toujours gagnants, et à tous les coups.

La période est vraiment mal choisie. Maintenant que la « philosophie » du virtuel a gagné du terrain, s’est implantée dans les maisons, les bureaux et les écoles. Et que les enfants (avant 3 ans) ont leurs tablettes pour voir les dessins animés, écouter les cantines  et jouer ; que les jeunes ne peuvent plus se passer de réseaux sociaux, que les seniors communiquent avec enfants et petits enfants via internet, voilà, encore un blocage, qui va rapporter gros à l’Etat. Mais qui va se répercuter sur les consommateurs, donc les citoyens marocains. Les plus démunis sont toujours ceux qui paient les pots cassés. Ce sont des aléas et charges en plus aussi pour les startupers qui espèrent créer leurs petites entreprises.

Qu’adviendra-t-il de ces élèves que vous avez sommé d’acheter une tablette, il  y a tout juste quelques mois, pour suivre les cours en distanciel ?

Croyez-vous qu’une famille de 3 ou 4 enfants a la possibilité d’acheter un PC ou autre outil de travail si vous l’exigiez, dans peu de temps dans un prochain confinement ?

Les gens ne sont pas dupes.
Si l’Europe ferme ses frontières et se confine en ces jours, notre tour s’ensuivra. Cette conjoncture sanitaire n’est pas prête de disparaitre complètement. Il y aura toujours des orages et des nuages qui se dissipent par périodes.






Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur
Samedi 13 Novembre 2021