Menu

L'ANME dénonce l'atteinte à l'image de SM le Roi par la chaine algérienne Echorouk


Après la diffusion du programme de la chaine algérienne Al-Shorouk, comportant un contenu offensant pour les symboles du Royaume du Maroc, à leur tête le Roi Mohammed VI, l’Association nationale des médias et des éditeurs (ANME), a fait part de ses regrets face au niveau bas et immoral de ce média.



L’Association a dénoncé le manque de respect à l’égard de la personne du Roi, qui jouit d’une grande considération aux plans national et international, mettant en garde la chaîne concernée et avec elle le reste des médias officiels en Algérie, que ces attaques immorales et vulgaires contre les institutions marocaines, en premier lieu l’institution royale, constituent un acte condamnable et en contradiction totale avec l’éthique du journalisme.
 

L’ANME met également en garde contre les conséquences de la persistance de cette démarche provocatrice qui touche le père de la nation, garant de sa stabilité et de son unité, car toute atteinte à la personne du roi, l’est aussi à tous les Marocains à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.
 

Tout en rappelant que la fonction principale des médias lorsqu’ils traitent des affaires extérieures et de la relation avec les voisins, est de fournir des contenus destinés à servir le rapprochement et la coopération fraternelle, et dans le pire des cas, d’éviter de sombrer dans l’insulte. 
 

Ces dépassements sont arrivés aujourd’hui à oser s’en prendre personnellement au Roi, ce qui ne peut en aucun cas être toléré ou ignoré sous prétexte de la liberté d’expression, car la dernière chose dont l’Algérie peut parler est justement la liberté d’expression.
 

A cet effet, l’association nationale des médias et des éditeurs appelle tous les médias marocains, publics ou privés, à continuer à défendre l’unité du Royaume et à soutenir les institutions du pays, à leur tête l’Institution royale, dans la bataille sacrée pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume.
 

L’ANME adresse aussi un appel aux sages algériens dans le domaine médiatique pour condamner ce comportement vil d’Al Shorouk, et faire prévaloir l’éthique de la profession de journaliste, et le respect du minimum professionnel requis dans le traitement des affaires marocaines, notamment l’institution royale, que les Marocains considèrent comme une ligne rouge à ne pas franchir.


L'ANME






Rokia Dhibat
Jeune journaliste, lauréate de l'ISIC. En savoir plus sur cet auteur
Samedi 13 Février 2021



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site