Menu


L’éducation Dans Le Nouveau Modèle De Développement : Inflexions Et Ruptures Majeures Au Niveau Des Politiques Publiques


Le 25 Mai 2021 le rapport de la Commission Spéciale Chargée du Nouveau Modèle de Développement fut présenté à la Haute attention de SM le Roi, par Monsieur Chakib Benmoussa en sa qualité de Président de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement ; et reçu l’approbation Royale pour sa mise en œuvre et est de ce fait devenu la feuille de route pour l’entreprise des chantiers qui devront contribuer au développement économique et social de notre pays.



Par Dr. Abdelilah Kadili

©cmconjoncture
©cmconjoncture

Retenant comme PREMIER CHOIX STRATEGIQUE : UNE EDUCATION DE QUALITE POUR TOUS, le rapport devait souligner avec force (à très juste titre) ce faisant « que le renforcement du capital humain de notre pays exige d’opérer des inflexions et ruptures majeures au niveau des politiques publiques dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’enseignement supérieur » 

Le rapport devait également souligner avec tout autant de force et de clarté que « l’ambition du nouveau modèle de développement est d’initier une véritable renaissance éducative marocaine ». 

C’est donc loin des terminologies éculées, telle que celle de réforme du système éducatif de manière particulière, des plans d’urgence, ou autre action ponctuelle de conception hâtive, de portée incertaine et de résultats limités, que le nouveau modèle, mettant le doigt sur les composantes de la problématique de l’éducation dans notre pays, sur leur complexité, et sur les défis que leur entreprise présente, que le nouveau modèle a arrêté, avec conscience, clarté, pragmatisme, détermination, et engagement les axes de développement d’une véritable politique éducative, une véritable renaissance de l’éducation nationale.

Cette nouvelle renaissance éducative marocaine, considérée, en fait, un préalable au "renforcement du capital humain de notre pays", exige (au terme même du constat traduit par le rapport) d’opérer des inflexions et ruptures majeures au niveau des politiques publiques en la matière. 

Inflexions et ruptures majeures sont des termes que le rapport consacre dans ses développements et notamment pour ce qui est des politiques publiques dans le domaine de l’éducation, déclarée par SM le Roi Deuxième Priorité Nationale après l’Intégrité Territoriale, et son corollaire l’enseignement supérieur, sont reconnues et consacrées les seules dispositions à permettre une renaissance de notre système éducatif.  

Jamais auparavant un document, et pas des moindre, celui de la Commission Spéciale sur le Nouveau Modèle de Développement, n’a été aussi claire, et aussi direct sur la situation du système éducatif de notre pays, la crise dans laquelle il se débat depuis des années, son impact et ses conséquences si elle devait perdurer, et par là aussi conséquent sur les voies et moyens pour en sortir et les objectifs ultimes à atteindre lesquels sont exprimés de manière toute aussi claire et tout aussi conséquente que le constat lui-même.

Au centre de cette nouvelle approche, en totale rupture avec celles des années antérieures, avec l’ambition d’initier cette véritable renaissance éducative marocaine, le nouveau modèle de développement propose d’« Investir dans la formation et la motivation des enseignants pour qu’ils deviennent les garants des apprentissages » ; de « Réorganiser le parcours scolaire et le système d’évaluation pour assurer la réussite de chaque élève » ; de « Rénover les contenus et les méthodes pédagogiques pour un enseignement efficace et épanouissant » .Chacun de ces axes, décliné en actions spécifiques, représente en fait un chantier gigantesque aux dimensions multiples et dont la mise en œuvre requiert une mobilisation tous azimuts ainsi que la participation, la contribution et la collaboration de toutes et de tous. 

A cette obligation d’investir dans la formation et la motivation des enseignants pour qu’ils deviennent les garants des apprentissages, à celle de reconsidérer les programmes, leurs contenus, comme ceci est préconisé par la feuille de route du nouveau modèle de développement, nous pensons qu’il y a également lieu de reconsidérer le temps que nos élèves passent à l’école, au collège, au lycée voir à l’université ; leurs interactions non seulement entre eux, mais également avec les enseignants, les diverses administrations à commencer par l’administration pédagogique, les modes de ces interactions et les moyens mis à la disposition des uns et des autres pour ce faire. 

Alors que la virtualisation gagne du terrain dans tous les secteurs, non seulement du fait de la pandémie, mais également du fait de celui des transformations que connaissent nos environnement régional, continental et international, l’éducation est appelée à non seulement s’associer à la dynamique mais à être à l’avant-garde de l’utilisation des nouvelles technologies de l’Information et de la Communication ; collèges, lycées, facultés connaitrons la transformation préconisée par le nouveau modèle de développement en disposant de salles multimédia, de laboratoires de recherches, de connections très haut débit, et élèves, étudiants, enseignants et autres membres des corps d’encadrement pédagogique disposeront des ressources numériques de qualité, à l’utilisation desquels nos enseignants seront initiés et seront de ce fait en mesure d’en faire le média pour l’apprentissage, la communication, l’encadrement, l’orientation, l’accompagnement et l’interaction entre eux et les apprenants. 

En effet, à l’heure où les Technologies de l’Information et de la Communication, où réalité virtuelle et réalité augmentée deviennent des données des systèmes et des dynamiques et processus de formation, de soutien, d’encadrement, d’orientation et de renforcement des compétences des apprenants dans des pays où, hier encore, leurs systèmes éducatifs étaient loin derrière celui de notre pays ; et où cette adoption et cette utilisation ont permis à ces pays de réaliser des transformations totales de leurs systèmes éducatifs les propulsant aux devants des systèmes éducatifs les plus performants sur la planète; le nouveau modèle de développement en cours de mise en œuvre dans notre pays, se fixant comme ambition une véritable renaissance de l’éducation nationale, laquelle requiert, selon les termes mêmes de sa feuille de route sur l’éducation, « que L’école marocaine doit permettre à chaque élève d’acquérir les compétences fondamentales pour assurer son insertion sociale, favoriser sa réussite académique et professionnelle. Elle doit devenir le creuset de formation de jeunes épanouis qui façonneront l’avenir du Maroc, en leur transmettant le sens de l’autonomie et de la responsabilité, une éthique empreinte de valeurs humanistes ancrées dans l’identité marocaine, une ouverture d’esprit et une capacité d’adaptation dans un monde en mutation accélérée » ; le nouveau modèle ne pouvait pas ne pas reconnaitre que celle – ci exige d’opérer des inflexions et ruptures majeures au niveau des politiques publiques dans les domaines (……), de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

Rédigé par Docteur Abdelilah Kadili, Président de la Fondation Tamkine 

Mercredi 16 Mars 2022



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Mai 2022 - 10:50 Métavers : l’avenir de l’éducation ?

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.