Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search






L'infection HPV en gynécologie


Beaucoup de femmes ont la peur de leur vie dès qu’elles apprennent qu’elles ont été infectées par le virus HPV car elles se voient déjà avec un col du col utérin.

NON.

S’il est vrai que ce virus est très fréquent et qui est responsable de ce cancer, seul une infime portion des gens contaminés vont évoluer vers cette maladie grave, celles qui justement ne le dépistent pas aux stades de pré-cancer.



Dr H. BEN ABBES TAARJI

linfection_hpv_en_gynecologie1636658758.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (738.66 Ko)

L’infection à Human Papilloma Virus (HPV)  ou virus des verrues est fréquente, le plus souvent bénigne et asymptomatique. Parfois elle va se manifester par des verrues génitales ou condylomes sur la vulve et le vagin, voir l’anus, ou encore par des lésions au nom bizarre au frottis cervico vaginal (FCV) prescrit par votre médecin : dysplasie, koilocytes,…. kesako ??

Près de 70% des femmes en seront infectées au cours de leur vie, mais elles paniquent dès qu’elles entendent parler de cancer. Remettons les choses en place. C’est vrai que le cancer du col utérin est lié au HPV à 99,9%, mais cela n’arrive que dans un cas sur 100, ce qui est déjà trop quand on peut l’éviter.

En fait, le virus une fois transmis par contact cutané ou sexuel (le préservatif ne protège pas toujours) pénètre la peau ou la muqueuse cervicale pour se multiplier. Souvent il reste asymptomatique. Seule notre immunité nous permet de nous en débarrasser dans un délai variable de quelques mois. Parfois, le virus va rester endormi dans une  cellule et va au fil des ans, dérégler son génome pour la rendre de plus en plus folle et capable de se multiplier indéfiniment. C’est alors le cancer. Mais ce stade ultime n’arrive qu’après plus années voire des décennies ou les cellules deviennent d’abord précancéreuses et repérables par le FCV. Ces lésions découvertes tôt permettent ainsi des traitements qui permettent une guérison à 100% en gardant même l’utérus dans la majorité des cas. Ce n’est pas d’avoir une infection HPV qui est grave, c’est surtout de ne pas se faire dépister au moins une fois tous les trois ans  car le FCV a permis de faire reculer le cancer du col utérin aux derniers rangs des cancers les plus fréquents dans les pays développés.

Par ailleurs, la vaccination contre les HPV cancérigènes ou qui donnent les verrues génitales permettent actuellement de renforcer notre immunité pour mieux la protéger en cas d’infection. Il est souhaitable de vacciner nos filles (voire nos garçons, comme en Australie) dès l’âge de 9 ans où la réponse immunitaire est la meilleure, l’essentiel étant de le faire avant la découverte de la sexualité. N’écoutez pas ceux qui vous effraient à propos des effets secondaires des vaccins, ils sont infiniment moins fréquents que le cancer. Je rajouterai une dernière chose : les HPV sont également incriminés dans les cancers de l’anus, de la vulve, du vagin et de la gorge. Ainsi la vaccination permettrai également de protéger en partie contre ces cancers.

Cependant, la vaccination ne dispense pas du  FCV pour toute femme ayant déjà eu des rapports sexuel MEME ET SURTOUT si elle ne se plaint de rien.

Donc s’il vous plait mesdames, pensez à vous faire dépister. Le cancer n’arrive pas qu’aux autres et j’en ai marre d’en rencontrer.

Dr H. BEN ABBES TAARJI


Lu 61 fois
Jeudi 11 Novembre 2021





Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.







Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.


Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html















Partager ce site