Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





La Banque islamique de développement finance l'étude du gazoduc nigérian-marocain


La Banque Islamique de Développement, le Ministère de l'Economie et des Finances et l'Office National des Hydrocarbures et des Minéraux ont signé un accord de financement pour l'Etude de Conception Technique Frontale pour le projet de gazoduc Nigeria-Maroc.



la_banque_islamique_de_developpement_finance_l__etude_du_gazoduc_nigerian_marocain.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (2.59 Mo)

/a cérémonie de signature de l'accord a eu lieu pratiquement hier, lundi, en présence du ministre de l'Économie et des Finances, Nadia Fattah Alaoui, Mansour Mokhtar, de la Banque islamique de développement, et Amina Benkhadra, directrice du Bureau des hydrocarbures.

Un communiqué de presse publié par la Banque islamique de développement a annoncé que le projet de gazoduc aura un rôle majeur et stratégique dans le renforcement de la sécurité énergétique dans la région, et contribuera au développement économique et social des pays qu'il traversera.

L'énorme projet soutiendra la réalisation de l'intégration économique régionale, l'amélioration du commerce mondial et l'augmentation des exportations du continent africain. L'étude de conception technique en amont est essentielle à ce projet stratégique pour prendre la décision finale d'investissement d'ici 2023.

L'étude portera sur l'évaluation de l'impact environnemental et social pour s'assurer que le projet est conforme à toutes les normes environnementales et sociales locales et internationales, et l'aménagement des terres qu'il traversera, en accord avec tous les pays concernés, pour assurer le bon déroulement la mise en oeuvre.

Selon l'accord entre le Maroc et le Nigeria, les deux pays se partageront à parts égales le coût du projet d'étude, qui est estimé à 90,1 millions de dollars. La Banque islamique de développement soutiendra la contribution marocaine à hauteur de 15,45 millions de dollars dans le cadre du « Service Ijarah » . Pour la contribution nigériane, la Banque a approuvé un financement d'un montant de 29,75 millions de dollars, ce qui porte sa contribution à 50 % du coût total de l'étude d'avant-projet technique du projet.

Le Maroc et le Nigeria ont annoncé ce projet pharaonique en 2016. Il relierait des puits de gaz naturel au Nigeria et dans d'autres pays avec le Maroc. En 2018, ce projet est entré dans une nouvelle phase avec la signature d'accords de coopération bilatérale.

Selon les détails du projet, les pays qui ont des gisements de gaz pomperont leur production dans le pipeline ; Tandis que d'autres pays non producteurs de gaz en bénéficieront à des fins de développement. Le pipeline devrait s'étendre sur une longueur d'environ 5 660 km.





Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur
Mardi 21 Décembre 2021

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Mai 2022 - 23:15 Moscou coupe le gaz à Helsinki

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.