Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





La Marche Verte, le rempart contre le projet expansionniste algérien


La Marche Verte est un évènement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Elle a consacré un long processus de décolonisation du Royaume du Maroc entamé dès 1956, l’année officielle de l’indépendance du Royaume du Maroc. D’ailleurs, l’Assemblée Général de 1957 a enregistré la demande officielle du représentant permanent du Maroc à l’ONU pour le parachèvement de l’unité territoriale du Royaume du Maroc lors de la 670ème réunion de la 4ème commission. Ce processus de décolonisation s’est étalé de 1956 à 1979.



En effet, le Maroc a récupéré le nord et le centre de ses territoires en 1956. Il a ensuite récupéré les régions de Tarfaya et environs en 1958. La région d’Ifni a rejoint la mère patrie en 1969. Ces territoires ont été légitimement rétrocédés par l’Espagne au Maroc par la négociation et après des efforts diplomatiques conséquents de la part de la communauté internationale. 

La décolonisation du territoire du Sahara Occidental est intervenue dans un contexte complètement différent des autres phases de décolonisation du Royaume du Maroc.

D’une part, l’Espagne de Franco ne voulait absolument pas rétrocéder la province du Sahara Occidental surtout après la découverte de gisements de phosphate dans la région en 1972. De son côté, le régime algérien aidé en cela par le bloc de l’Est, et à leur tête l’ancien leader libyen Kaddafi, avaient des prétentions inavouées sur le territoire, motivées par la guerre froide opposant les Etats-Unis d’Amérique à l’Union Soviétique.

L’idée pour le régime algérien et ses alliés était, et l’est encore de nos jours, de mettre en place une nano-république sous son contrôle absolue à l‘image de l’ancien modèle de gouvernance Syrie/Liban.

Devant l’acharnement de l’Espagne et les manœuvres libyenne et algérienne, Feu SM le roi Hassan II a jugé important de s’allier à la Mauritanie afin de porter la question à la Cour Pénale Internationale. Celle-ci devait se prononcer sur l’appartenance du territoire du Sahara Occidental et sur la légitimité du Maroc sur celui-ci.

L’avis consultatif de la CPI a établi que le territoire du Sahara Occidental n’était pas un « territoire sans maitre » (terra nullius) et que les tribus sahraouies avaient de tout temps prêté allégeance aux rois du Maroc.

Cette décision fût la motivation de Feu SM le roi Hassan II pour organiser, dans la discrétion la plus totale, la Marche Verte pour la libération du territoire du Sahara Occidental. 350 000 marocaines et marocains ont répondu à l’appel patriotique du roi Hassan II. Ils étaient armés du coran et d’une volonté inaltérable. Une logistique infaillible a permis le transport puis l’installation de ces populations volontaires aux frontières du territoire occupé du Sahara Occidental.

A la demande de Feu SM le roi Hassan II, la Marche Verte a démarré de la région de Tarfaya bravant les militaires espagnols et les barbelés aux frontières. Devant la détermination des marcheurs, l’Espagne n’avait d’autre choix que de se désengager de la région. Ce fût concret à la suite d’un courrier officiel envoyé par son représentant permanent à l’ONU le 26 févier 1976.

Suite à cela, une cérémonie de passation de pouvoir a été organisée entre le Maroc et l’Espagne. Elle a été filmée par plusieurs télévisons internationales. Lors de cette cérémonie, le drapeau du Maroc a été levé par un membre de la communauté du Sahara Occidental désormais Sahara Marocain. 

Il faut rappeler qu’au-devant de ces marcheurs, il y avait les sahraouis marocains dont certains étaient les parents des fondateurs du front séparatiste Polisario. Ce front qui a vu le jour au sein de l’université de Rabat, et qui avait comme objectif initial de poursuivre la lutte pour la décolonisation du Royaume du Maroc, a fini par être corrompu par le leader libyen et le régime algérien afin de mener la guerre au Maroc en leur nom et au nom de tout le bloc soviétique.

Entre 1975 et 1979, le Maroc et la Mauritanie ont mené la guerre conjointement dans le territoire du Sahara Occidental contre l’armée algérienne & ses alliés. En 1979, l’armée algérienne a mis un terme à l’alliance entre le Maroc et la Mauritanie pour la récupération du territoire du Sahara Occidental par l’organisation d’un coup d’Etat militaire en Mauritanie.

A la suite de ce coup d’Etat, Feu SM le roi Hassan II a ordonné à l’armée marocaine de récupérer la région de Dakhla qui était sous le contrôle de la Mauritanie dans le cadre de l’alliance liant les deux pays. Ainsi, le Maroc a pu récupérer tous les territoires sahariens occupés par l’Espagne dont le processus de décolonisation a commencé dès 1956 et s’est achevé en 1979.    

Sans la Marche Verte, le Maroc n’aurait pas pu parachever l’unité de ses provinces sahariennes. Les velléités expansionnistes algériennes auraient été renforcées et soldées par l’occupation du territoire du Sahara Occidental par l’armée algérienne.

En définitive, la glorieuse Marche Verte a mis un terme à l’entêtement espagnol et a tué dans l’œuf le projet expansionniste algérien.      

Adnane Benchakroun
 

أغنية نداء الحسن الفنان جنادة عبد الله






Samedi 6 Novembre 2021

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 25 Juin 2022 - 07:40 Le prix du blé a (enfin) chuté

Mercredi 22 Juin 2022 - 12:36 Le tournant africain

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.