Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
search





La protection sociale sera-t-elle le créneau de prédilection du nouveau gouvernement ?


Les prémices du nouveau gouvernement s’annoncent, du moins pour ce qui est des partis politiques qui vont être au four et au moulin pendant quatre années(nprmalement), un laps de temps qui est largement suffisant pour asseoir certaines bases de protection sociale et valoriser les ressources humaines. Des créneaux auxquels devrait s’atteler le chef de l’exécutif M. Aziz Akhannouch, puisque le Maroc, dans son nouveau modèle de développement n’a pas lésiné sur ce dossier et lui octroyé une part assez importante.



La responsabilité incombe à ce gouvernement pour travailler sur le social. Si  le développement du monde des affaires et de la diplomatie « winwin » ont eu leurs lots dans l’ancien gouvernement, la facilitation des procédures administratives est une étape d’entamée, la réhabilitation des routes principales et des infrastructures est un chantier ouvert, le « relooking » et la revalorisation des villes sont en cours ; autant dire que la promotion des ressources humaines, le volet social, l’emploi des jeunes et leur épanouissement ainsi que  la promotion du monde rural peinent à suivent à suivre les rails du développement du Maroc.

Côté protection sociale,  il y a beaucoup à faire. Le renforcement des systèmes de sécurité et d’assistance sociales est primordiale et devrait être traité de fond en comble lors de ce mandat. Le bilan a été lourd pour les citoyens, surtout en cette période de crise sanitaire qui a mis à nu tous les systèmes défaillants.  Leur bien-être et leur sérénité se joue au cours de ce mandat !

Il est impératif que les mesures de protection sociale et sanitaire soient remises en question et bénéficient à toutes les classes sociales et professionnelles, comme promis d’ici à 2030. Le manque de protection sanitaire a été le plus ressenti en cette période de pandémie et l’est encore, face au manque d’accès aux soins au niveau des hôpitaux et au lobbying des cliniques.

Pour aller de l’avant, vers un Maroc démocratique, équitable, il est temps de casser avec certaines pratiques et législations rétrogrades, d’adopter de meilleures politiques publiques et de mettre en place des stratégies et plans d’action qui permettent de tirer l’humain vers le haut et favoriser sa protection sociale, jusqu’à, si l’on ose dire, sa promotion salariale

Edito sur le i-Mag 10 du mois de septembre 2021

Magazine créé avec Madmagz.






Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur
Samedi 2 Octobre 2021