Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le changement climatique et son impact sur le présent et l'avenir des nations


Les effets du changement climatique ne sont plus un effrayant croquemitaine qui nous rendra visite dans le futur. Les chercheurs ont établi l'opinion que ses effets sur les pays du Sahel, la Corne de l'Afrique, les pays du Moyen-Orient et des Caraïbes, et d'autres, sont très présents, évidents dans le temps présent, et peut-être même dans le passé récent.



Lahcen Haddad
Lahcen Haddad
Jared Diamond attribue le phénomène d'échec de pays comme la Somalie et Haïti face au changement climatique et à son impact sur l'écosystème et à l'incapacité des gouvernements et des sociétés à prendre les mesures nécessaires pour y faire face avec la rigueur requise (Jared Diamond, "The Fall" ). Ce modèle analytique peut être reconduit en Syrie, au Yémen, au Libéria, à Sierra Leone, en Afrique centrale, au Niger, en Guinée-Bissau, au Venezuela, au Soudan du Sud et à d'autres.

Il est possible que l'élévation du niveau de la mer résultant de la fonte des glaces polaires (causée par le réchauffement climatique et la hausse des températures au cours des dernières décennies) menace l'existence de certains pays, tels que les Pays-Bas, le Bangladesh, le Vietnam, la Thaïlande, l'Indonésie, le Japon et les îles du Pacifique. Cela s'ajoute à la destruction de la structure écologique des côtes, ainsi que des récifs coralliens des Caraïbes, de la Chine, des États-Unis, de l'Australie, du Myanmar, des Philippines et autres.

Les changements climatiques, en particulier en l'absence de politiques efficaces pour accroître la résilience et l'adaptabilité, auront une incidence négative sur la croissance démographique et pousseront de nombreuses personnes au bord de la pauvreté (en particulier ceux qui se trouveront incapables de faire face à l'élévation du niveau de la mer et aux conditions météorologiques difficiles) et contribuer au développement urbain non planifié ( Iberdrola, « Quels pays seront les plus touchés par le changement climatique » (2020).

Les sécheresses, les inondations et les violentes tempêtes détruiront les habitations, les ressources, les villages, les villes et les moyens de subsistance des gens partout dans le monde. Selon le Forum économique mondial, « le plus grand impact du changement climatique est de détruire 18 % du PIB mondial de l'économie internationale d'ici 2050 si la température augmente de 3,2 % » (Forum, « Voici comment les changements climatiques affecteront l'économie ” juin 2021) ).

L'Organisation mondiale de la santé indique que le nombre de personnes touchées négativement par la sécheresse s'élève à environ cinquante-cinq millions de personnes chaque année, mais le phénomène de la sécheresse représente un "véritable danger pour le bétail et les cultures agricoles partout dans le monde". La sécheresse conduit à "menacer les moyens de subsistance de la population et augmente le risque de maladies", et peut entraîner la mort et la migration d'un grand nombre vers les villes ou d'autres régions ("sécheresse" sur le site Web de l'organisation).

L'indice Palmer de sécheresse confirme qu'au premier semestre 2021, l'ouest des États-Unis a connu des vagues de sécheresse comprises entre 79 et 99 %. En plus de la rareté de l'eau, la sécheresse dans l'Ouest américain entraîne des incendies meurtriers et une détérioration des rendements agricoles.

Dans les pays du Sahel, la sécheresse qu'a connue la région sur une période de vingt ans de 1970 à 1991, ainsi que les années successives de sécheresse qui ont suivi, malgré les précipitations subies ponctuellement par la région, ont réduit le niveau d'eau de le fleuve Niger, a soulevé des différends liés à l'eau, et a fait connaître à des villes comme Niamey une grave pénurie d'eau et d'électricité, en particulier dans les saisons qui connaissent des chaleurs extrêmes, ce qui a affecté négativement l'activité pastorale et agricole.

La sécheresse chronique dans la Corne de l'Afrique a également entraîné la famine en Somalie et en Éthiopie, des migrations massives, la poursuite de la guerre civile en Somalie et l'insécurité en Somalie, au Kenya, en Éthiopie et en Érythrée. Au cours de la seule année 2022, le nombre de vaches mortes à la suite de la sécheresse a atteint un million et demi et le rendement agricole est tombé à son plus bas niveau (Al-Jazeera TV English "La crise de la sécheresse met la Corne de l'Afrique sur le au bord du désastre » 15 février 2022).

Le Maroc est un pays semi-aride, son nord est connu pour ses précipitations importantes, et son centre et son sud ont connu la circulation d'années de sécheresse et d'années pluvieuses pendant des décennies. Selon les Nations Unies, "le Maroc peut connaître de longues sécheresses (une fois tous les six ans), mais au cours des trente dernières années, cela a été réduit à une fois tous les trois ans" (Nations Unies, "Soutenir les efforts du Maroc pour gérer et réduire la rareté de l'eau" ) ).

L'année 2022 sera marquée par un manque alarmant de pluie au Maroc, car les injections dans les barrages sont tombées à leur plus bas niveau depuis des décennies, les puits et les sources se sont asséchés, les rivières se sont retirées et les eaux souterraines et de surface ont diminué. Cela a affecté les conditions de vie de la plupart des habitants des zones rurales qui vivent de pâturages et d'agriculture, et a conduit nombre d'entre eux à acheter du fourrage à un prix élevé ou à vendre leur bétail à bas prix.

L'intervention du gouvernement, à la demande et sous la direction du Roi Mohammed VI, prendra la forme d'un programme exceptionnel d'environ un milliard de dollars, comprenant «la protection des stocks d'animaux et de plantes et la gestion de la pénurie d'eau», «l'assurance agricole» et «la réduction des risques financiers», charges pesant sur les agriculteurs et les professionnels » (déclaration du Premier ministre, 17 février 2022).

Le programme aiderait les agriculteurs et les villageois à atténuer la gravité de la crise. Mais le phénomène de la sécheresse est devenu structurel au Maroc et dans de nombreux autres pays, et il a donc fallu apprendre à vivre avec en s'adaptant et en renforçant l'immunité de la population locale.
 
En outre, le Maroc doit accélérer la mise en œuvre de la Stratégie de l'eau 2020-2050, qui repose sur la poursuite de la mobilisation des eaux de surface à travers les barrages, le raccordement des villageois au réseau de distribution d'eau, l'investissement dans le dessalement de l'eau de mer et l'embouteillage de l'eau non conventionnelle, et la garantie de la la durabilité de l'utilisation de l'eau à des fins agricoles, la protection des écosystèmes aquatiques au niveau de la côte, des lacs, des sites Ramsar, des zones humides, etc.

Enfin, la sécheresse a un impact négatif sur les forêts, déjà vulnérables à une exploitation non durable par une partie de la population. Reboisement et protection des forêts, trouver des solutions pour les habitants des forêts extérieures et relancer les équilibres de la chaîne alimentaire au sein du domaine forestier sont des mesures qui permettront au couvert forestier de contribuer à créer une humidité suffisante pour contrer les effets de la sécheresse, de la désertification et de la empiétement de sable.

La sécheresse est un phénomène du changement climatique, et elle nécessite un traitement local, comme les cultures alternatives, l'utilisation rationnelle de l'eau, la mobilisation des ressources non traditionnelles, le maintien des équilibres écologiques et de la biodiversité, ainsi qu'un traitement inter-international, comme l'atteinte le niveau zéro des émissions de gaz qui causent le réchauffement climatique et la prévention. La température a augmenté de plus d'un degré et demi par rapport à la période précédant la deuxième révolution industrielle.
 
Oui, la sécheresse est un phénomène chronique dans le monde d'aujourd'hui, mais elle n'est pas inéluctable si nous prenons rapidement les mesures nécessaires localement et internationalement et donnons l'espoir à chacun d'assurer la continuité de la vie sur notre planète, la Terre.

Par Lahcen Haddad
 



Mercredi 23 Février 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Mai 2022 - 13:06 Le Civisme…une histoire de Lumières !

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.