Menu

Les Cancers : Pour une réduction de l’utilisation des médicaments toxiques

Quoi de neuf Docteur ?


Un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie. Un homme sur huit et une femme sur onze en mourront, selon les estimations publiées récemment par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) relevant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Partant de la base de données « Globocan », les chercheurs du CIRC et de l’American Cancer Society, ont analysés les chiffres pour 35 types de cancers provenant de 185 pays ( y compris le Maroc).



A lire ou à écouter en podcast :

les_cancers_pour_une_reduction_de_l_utilisation_des_medicaments_toxiques.mp3 Les Cancers Pour une réduction de l’utilisation des médicaments toxiques.mp3  (6.2 Mo)

Les estimations avancées pour 2021, ce que les spécialistes appellent la « charge mondiale du cancer », sont de 18 millions de nouveaux cas découverts et 9,6 millions de décès dus aux cancers.

 La pandémie du Covid ne doit pas nous faire oublier les autres fléaux qui guettent l’homme et l’homme.

Quelle est la situation des cancers dans le monde ?
Comment peut-on juguler la progression de ce crabe ?
Quoi de neuf dans le traitement des cancers ?


Sont autant de points qui seront développées avec Dr Faouzi HABIB, cancérologue à Rabat depuis plus de 35 ans et directeur scientifique de la revue marocaine de formation continue en cancérologie « Onconews »
                                                        
Les cancers représentent la deuxième cause de mortalité dans le monde a déclaré Dr Faouzi Habib, dans une déclaration récente à l’ODJ.

Il précise. Par ailleurs, que les progrès dans les traitements ont permis d'augmenter la survie.

La recherche sur le cancer donne de plus en plus de traitements et fait progresser la survie, mais on constate qu'il y a de plus en plus de malades. Le cancer, ou l'ensemble des pathologies qu'on regroupe sous ce nom générique, tuent environ 8,8 millions de personnes chaque année, selon l’organisation mondiale de la santé (OMS).

La charge Mondiale du Cancer

Et selon les estimations avancées pour 2020 par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) relevant de l’OMS, ce que les spécialistes appellent la « charge mondiale du cancer », sont de 18,5 millions de nouveaux cas découverts et 9,6 millions de décès dus aux cancers. Cela en fait la deuxième cause de mortalité mondiale, après les maladies cardiovasculaires. Le paradoxe, c'est que l'on survit de mieux en mieux grâce aux progrès de la médecine, mais que le nombre de cas augmente. D'après l'OMS, il devrait bondir de 70 % au cours des deux décennies à venir.

Comment alors peut-on juguler cette hécatombe ?

Pour Dr Faouzi HABIB :
On sait prévenir.
On sait dépister.
On sait guérir, de mieux en mieux.
On sait comment prendre en charge.

 


Mais le combat n'est jamais fini. Plusieurs facteurs expliquent la fréquence croissante de la maladie dans le monde.

D'abord le vieillissement de la population, puisque le risque d'attraper un cancer augmente avec l'âge. Ensuite, il y a des facteurs structurels. Les ravages de la cigarette, premier produit responsable du cancer dans le monde.

La « malbouffe », la généralisation dans le monde d'une alimentation industrielle qui fait progresser l'obésité, facteur de risque. Enfin l'industrialisation et l'urbanisation mal maîtrisées, à l'origine de cancers dus à l'exposition à des polluants comme l'amiante, les métaux lourds, les dioxines et les particules fines, etc.

Importance du diagnostic précoce

En absence de registres nationaux sur les cancers au Maroc, faisant un zoom sur les statistiques en France pour avoir une idée sur la fréquence des cancers. Actuellement, en France, 60 % des cancers du sein, 44 % des cancers du côlon et 47 % des cancers du rectum sont diagnostiqués à un stade précoce, notamment chez les personnes de moins de 75 ans. Concernant le cancer du sein, le plus fréquent avec plus de 59 000 nouveaux cas détectés chaque année et l'un des plus mortels avec 12 000 décès par an, seul 1 cas sur 10 est diagnostiqué à un stade avancé et 6 sur 10 le sont à un stade précoce.

Le stade du diagnostic est un indicateur capital  dans l’évolution d’un cancer 

Grâce a ce nouvel indicateur, précise Dr Faouzi Habib, intitulé « le stade du diagnostic », les spécialistes pourront affiner leur pronostic en fonction de l'extension de la maladie. Ils disposeront aussi de données de survie par stade au moment du diagnostic, par type de cancer. On commence au Maroc à voir de plus en plus de malades à un stade précoce de la maladie, particulièrement pour le cancer du sein, grâce notamment aux différentes campagnes de sensibilisation menées par la Fondation Lalla Salma de traitement et de prévention des Cancers

Quoi de neuf dans le traitement des cancers en 2021 ?

Selon des études publiées lors de la dernière rencontre mondiale de cancérologie, qui réunit plus de 10 milles médecins cancérologues de tout le globe (ASCO 2018), certains patients frappés par un cancer du sein ou du poumon peuvent éviter la chimiothérapie et ses effets secondaires. Actuellement, de nombreuses femmes subissent de la chimiothérapie après l'opération chirurgicale d'ablation de la tumeur, en plus de médicaments d'hormonothérapie, afin d'empêcher le retour éventuel du cancer. Mais une étude internationale conduite auprès de 10 000 femmes a conclu que le niveau justifiant le recours à la chimiothérapie pouvait être relevé sans risque.

Depuis des années, un test génétique réalisé sur la tumeur permettait de prédire la probabilité de récidive. Ce test donne un score, entre 0 et 100. Jusqu'à présent, la chimiothérapie était conseillée au-dessus de 25. En dessous de 10, elle ne l'était pas. Ce qui posait un dilemme aux femmes situées dans la zone grise, entre 11 et 25.

L'étude a montré que pour ces femmes-là, après neuf ans de suivi, la chimiothérapie n'apportait rien. Et lors de la dernière grande messe de la cancérologie mondiale, cette option thérapeutique gagne de plus en plus sa place et fera probablement reculer les thérapies toxiques, inutiles, très coûteuses et produisant de dangereux effets secondaires chez les femmes atteintes d’un cancer.

Par Dr Anwar CHERKAOUI

Rédaction
Lu 222 fois
Vendredi 5 Février 2021






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Février 2021 - 18:59 Connaissez-vous les bienfaits du laurier ?



Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.