Menu

Les séquestrés de Tindouf, des prisonniers à ciel ouvert




Article à écouter en podcast

les_sequestres_de_tindouf,_des_prisonniers_a_ciel_ouvert.mp3 Violations des droits humains à Tindouf  (1005.21 Ko)

Les camps de Tindouf représentent depuis plus de quatre décennies une prison à ciel ouvert pour des milliers de séquestrés sahraouis, c’est ce qu’a écrit le portail d’information indonésien “Kompasiana”.
Alors que les Sahraouis vivent paisiblement dans les provinces du Sud du Maroc, certains ont été emmenés de force dans les années 1970 à Tindouf.

Dans son article, le journaliste Veeramalla Anjaia a pointé du doigt le front « polisario » ainsi que l’Algérie qui refusent les demandes répétées du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, qui veulent recenser les séquestrés dans les camps de Tindouf.

Ce refus est expliqué notamment par les statistiques “biaisées et gonflées” véhiculées par le “polisario” pour l’obtention de l’aide internationale qui, dès sa réception, est détournée par les dirigeants de l’entité fantôme. Ils ont détourné plus de 100 millions d’euros en 10 ans, une somme colossale qui a atterrit directement dans les poches des séparatistes.

L’article précise que des militants ont appelé la communauté internationale à agir au plus vite pour que l’aide humanitaire puisse bénéficier à la population séquestrée. Le journaliste indonésien a ainsi déploré “ la pure dictature exercée par le “polisario” dans les camps des séquestrés”, et a exprimé sa compassion envers des milliers de sahraouis forcés à vivre dans des conditions inhumaines à Tindouf depuis plus de 45 ans.

Avec MAP





Lundi 1 Mars 2021

Dans la même rubrique :
< >



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site