Menu

Net recul de la facture énergétique en 2020

Le Covid-19 tire l’effet prix&quantité vers le bas


L’évolution des échanges extérieurs au titre de l’année 2020 renseigne sur l’effet de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur le mouvement des flux de biens et services du Maroc avec le reste du monde et livre un certain nombre d’indicateurs.
Détails



Sous l’effet de la crise sanitaire mondiale, l’année 2020 étant marquée par un ralentissement de l’activité économique aussi bien au niveau national qu’au niveau international, les principaux indicateurs des échanges extérieurs du Maroc affichent des résultats contrastés. Cet énoncé émane de l’Office des changes qui, au titre de la même année, fait état d’une baisse tant des importations que des exportations.
Une baisse qui s’est soldée par un allégement de 23,1 % du déficit commercial et une amélioration de 4,5 points du taux de couverture.

Renchérissement de la facture céréalière

A part une augmentation des importations des produits alimentaires suite à un renchérissement de la facture céréalière, la baisse a concerné la quasi-totalité des groupes de produits à l’import y compris ceux énergétiques dont la facture a chuté de 34,7 % suite à l’effet prix et quantité des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils.
Parallèlement, la baisse des produits à l’export a essentiellement touché, l’Automobile, le Textile et Cuir, l’Aéronautique… Toutefois, cette baisse est atténuée par la hausse de l’agriculture et agro-alimentaire et des phosphates dont la part dans le total des exportations gagne 2,1 points passant de 17,2 % en 2019 à 19,3 % en 2020.


Les recettes voyages en chute libre

En ce qui concerne les recettes voyages, principale composante des exportations de services, elles atteignent 36.364MDH au titre de l’année 2020 contre 78.752MDH une année auparavant, soit une baisse de 53,8 %
Par ailleurs, les envois de fonds effectués par les Marocains Résidents à l’Étranger enregistrent une hausse de 5%, soit 67.997MDH en 2020 contre 64.779MDH en 2019. Et ce,au moment où, le flux net des Investissements Directs Étrangers (IDE) demeure quasiment stable atteignant 15.540MDH contre 15.379MDH un an auparavant.
Par Noureddine BATIJE





Rédigé par le Dimanche 7 Février 2021

Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site