Menu

Quatre leviers pour façonner le Maroc nouveau


Créer plus de richesses et promouvoir le capital humain, suivant une démarche global et multidimensionnelle, c’est la démarche proposée par la Commission Spéciale sur le modèle de Développement, qui sera gravée dans un ‘Pacte national’ pour sa mise en œuvre.



SM le Roi recevant une copie du rapport sur le NMD de la part du président du CSMD, Chakib Benmoussa
SM le Roi recevant une copie du rapport sur le NMD de la part du président du CSMD, Chakib Benmoussa
Une économie plus productive, plus diversifiée et plus compétitive.

Un capital humain mieux qualifié pour s’adapter à la révolution numérique, dans un Maroc plus inclusif pour tous ses citoyens, avec des territoires gérés selon le principe de subsidiarité.

Ce sont les quatre leviers que propose la Commission Spéciale sur le modèle de Développement (CSMD) afin de porter aux cimes le Maroc de demain.

Un ‘Pacte national pour le développement’ sera érigé sur la base des propositions du CSMD afin de fédérer les énergies.

Le double en 15 ans

16.000 dollars de Pib par habitant à réaliser, en 2035, si la croissance économique se situe dans une moyenne annuelle de 6%.

C’est l’objectif tracé par la Commission Spéciale sur le modèle de Développement (CSMD), dont le rapport tant attendu a été remis par Chakib Benmoussa, son président, à SM le Roi.

Le PIB par habitant, en parité de pouvoir d’achat, était de 7826 dollars, en 2019. Il s’agit donc de le doubler en 15 ans.

Pour la plupart des quinze indicateurs de résultat listés par le CSMD pour servir d’étalons dans l’évaluation des actions à mener, l’ambition affichée est de facteur 2.

La valeur ajoutée industrielle devrait passer de 28 à 50%, le taux d’activité des femmes de 22 à 45% et la part de l’emploi formel de 41 à 80%.

Le grand défi serait de porter l’indice d’efficacité du gouvernement de -0,12 à 1, ce qui reviendrait à la multiplier par dix !

L’état des lieux

Pour le CSMD, s’appuyant sur les séances d’écoute et les diverses consultations menées, quatre nœuds entravent l’essor économique et social du Maroc.

Il y a, d’abord, le manque de cohérence ‘vertical’ entre la vision annoncée et les politiques publiques mises en œuvre. En termes simples, les ambitions affichées sont mal traduites dans la réalité.

Horizontalement, non plus, les politiques sectorielles ne sont pas convergentes. Les contraintes des ressources et capacités sont également mal prises en considération.

L’économie nationale peine à réaliser sa transformation structurelle. Mal régulée, prisonnière des logiques de rente et d’intérêts étroits, elle n’offre pas suffisamment d’opportunités à l’innovation.

Le CSMD décrit un secteur public ne parvenant pas à offrir aux Marocains des politiques et des services de qualité.

Les décisions sont prises au sommet des administrations centrales, les citoyens ne sont pas consultés et les collectivités territoriales ne sont pas impliquées.

Le suivi et l’évaluation des projets laissent à désirer.


Transformer les mentalités

La transformation des mentalités, le chantier le plus difficile du NMD
La transformation des mentalités, le chantier le plus difficile du NMD
Encore plus crucial, parce que relevant du psychosociologique, le sentiment d’insécurité et d’imprévisibilité, qui est une véritable entrave à l’esprit d’initiative et d’entreprise.

Des législations obscures, un appareil judiciaire qui n’inspire pas confiance et une bureaucratie étouffante font que les énergies sont bridées.

Le rapport du CSMD met, en effet, l’accent sur les représentations culturelles négatives qui entravent l’impulsion du changement.

Une administration omniprésente, avec des contrôles suffocants, un manque de confiance entre les acteurs, qui annihile toute possibilité d’action collective, et des carcans socioculturels qui enferment les femmes et les jeunes dans une arrière-cour stérilisante, ce sont là autant de boulets, identifiés par le CSMD, qui enchaînent les esprits.

Pour stimuler le développement global, ce ne sont pas les instruments publics qui doivent être remodelés, se sont aussi et surtout les mentalités qui doivent être transformées.

Mieux d’Etat

A nouvelle méthode, nouvelle doctrine, celle proposée par le CSMD tient compte de l’attente des citoyens d’un Etat fort, sentiment décuplé par la crise du Covid, et d’une société tout aussi forte, qui compense et complète l’action publique.

Le CSMD se réfère au concept de ‘responsabilité et d’essor’, développé par SM le Roi dans son discours du trône de 2019.

L’Etat se doit être visionnaire et stratège, protecteur et régulateur, mais surtout efficace.

N’ayant pas seul les moyens de porter le projet d’un modèle de développement multidimensionnel, conçu comme un projet de société, l’Etat se doit, donc, s’adjoindre la participation des acteurs privés et du tiers-secteur.

Encadré : Les 5 chantiers transformateurs

-le numérique, perçu comme un moyen efficace pour promouvoir la confiance entre les citoyens, les entreprises et l’Etat. Cinq défis sont à relever, à ce sujet : Adopter une stratégie de transformation numérique, mettre à niveau les infrastructures à haut et très haut débit, développer des plates-formes numériques de services aux citoyens et aux entreprises, former des compétences et parachever le cadre légal en la matière.

-L’appareil administratif, cheville ouvrière de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement, se doit de ganer en efficacité et améliorer ses performances, par simplification et allégement de ses procédures. Entreprises et établissements publics seront fortement mis à contribution.

-Le financement du NMD va nécessiter la réallocation de ressources de projets moins prioritaires vers ceux désignés comme tel par le NMD. La fiscalité sera mise à contribution, avec la mobilisation de ressources supplémentaires, à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, dans une proportion de 2 à 3% du Pib.

-Les Marocains du monde seront mis à contribution, en particulier les plus hautes compétences dans les domaines pointus, dans la perspective de structuration d’un écosystème recherche & développement. Des produits financiers adaptés aux objectifs de financement du NMD vont servir à mieux orienter les flux de transfert des MRE.

-Les partenariats internationaux d’un Maroc, résolument ouvert sur son environnement régional et international, sont un autre levier sur lequel il escompte promouvoir son NMD et attirer des investissements directs étrangers. Il est visé tout autant le transfert de savoir-faire et de technologies que l’élargissement des débouchés des produits ‘Made in Maroc’. L’Afrique est vue comme le continent d’avenir et la Zone de libre échange africaine offre de prometteuses perspectives.

Combien ça va coûter ?

Selon les premières estimations des concepteurs du rapport, la mise en œuvre des réformes et projets proposés va nécessiter des financements publics additionnels de l’ordre de 4% du Pib, dans ses préliminaires (2022-2025), pour arriver à 10%, une fois atteinte la vitesse de croisière, à l’horizon 2030.

Cela fait, dans une première étape, quelques 46 milliards de Dhs, en se basant sur les 1151 milliards de Dhs de Pib en 2019 (44 milliards de Dhs en se référant aux 1108,5 milliards de Dhs en 2020).

Une fois la dynamique lancée, ce chiffre devrait tourner aux environs de 110 à 115 milliards de Dhs.

La stratégie de financement est élaborée de manière à ce que le secteur privé prenne le relai. Il est escompté un stimuli positif de nature à dynamiser les activités productives, de manière à ce que le programme puisse s’autofinancer.

Les plus gros efforts budgétaires à consentir concernent le capital humain, à savoir les secteurs de l’éducation,  la santé, la protection sociale, etc.

Le but à atteindre est un taux de croissance de 6%, à partir de 2025, et de 7%, dès 2030.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 26 Mai 2021




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html






L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site