Menu

Une présidence Joe Biden sous le signe (virtuel) de Mars*


Ceux qui s’attendaient à une politique extérieure de colombe du nouveau président des Etats-Unis, Joe Biden, devront déchanter. Quand le nouvel occupant de la Maison blanche déclare que « l’Amérique est de retour », l’humanité doit peut-être s’en inquiéter.



Saveurs d’Orient

Joe Biden : "L'Amérique est de retour"
Joe Biden : "L'Amérique est de retour"
Grand soulagement en Israël et dans les pays du Golfe. Le nouveau président des Etats-Unis n’a nulle intention de revenir à l’accord nucléaire avec l’Iran, celui que les Démocrates avaient pourtant critiqué Donald Trump d’avoir rompu, en 2018.

La narrative à ce sujet tourne autour des obligations contenues dans ledit accord, que l’Iran ne respecte plus. Pas besoin de souligner qu’un tel argument ne tient pas la route.

Ce sont les Etats-Unis qui ont dénoncé l’accord en premier, sachant aussi que ledit accord stipule que si l’une des parties ne respecte pas ses engagements, l’autre est en droit de revenir également sur les siens.

Mollahs Shahs

En fait, cette histoire de nucléaire n’est qu’un leurre. Le véritable sujet est l’influence iranienne au Moyen-Orient. Si les Mollahs acceptent de devenir les nouveaux shahs, le rôle de gendarme de la région est naturellement dévolu à l’Iran.

Tout entêtement de Téhéran à continuer de soutenir le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien, les Houtis du Yémen et autres joyeux lurons du même acabit sévissant en Irak ou ailleurs signifierait plus d’hostilité de la part de Washington.

Les 17 miliciens chiites irakiens tués dans le bombardement mené par les Américains, le 25 février aux frontières entre la Syrie et l’Irak, est un message adressé à Téhéran autant qu’à Tel-Aviv. La voie d’approvisionnement terrestre du Hezbollah par l’Iran est ciblée.

Faux calculs

Là où le calcul de Joe Biden peut s’avérer foireux, c’est au niveau de la direction politique de l’Iran. Les élections présidentielles dans ce pays sont prévues pour le 18 juin 2021. La tendance conservatrice, qui se revendique anti-impérialiste, écartée du pouvoir par la présidence Rohani, a de fortes chances d’y revenir.

Hassan Rohani s’était fait élire et réélire, en 2013 et 2017, sur la promesse d’un accord avec les Etats-Unis qui allait permettre la levée des sanctions et pouvoir relancer ainsi l’économie.

L’éventuel échec électoral du courant des réformateurs iraniens, que Rohani représente, sonnerait le glas de toute possibilité d’entente avec les Etats-Unis. Mais cela ne voudra pas dire pour autant une guerre contre l’Iran.

Les Américains savent parfaitement que les Iraniens sont capables d’infliger de lourdes pertes à leurs alliés dans la région. Et avec la présence prochainement renforcée de troupes de l’OTAN en Irak, la liste des cibles pour les missiles iraniens ne fera que s’enrichir.


Faîtes la guerre, pas la paix

L'Afghanistan a été surnommé le "cimetière des empires"
L'Afghanistan a été surnommé le "cimetière des empires"
Joe Biden ne s’arrête pas en si bon chemin. L’engagement de son prédécesseur à retirer les soldats américains d’Afghanistan, le 1er mai 2021, ne sera probablement pas tenu.

Depuis la conclusion de l’accord entre les Etats-Unis et les Talibans, le 29 avril 2020 à Doha, au Qatar, ces derniers se contentaient de s’en prendre aux (piètres) soldats de l’armée afghane, formés par les Américains.

Si les soldats et mercenaires américains ne ramassent pas leurs paquetages et détalent à la date convenue, ils vont redevenir des cibles pour les Talibans.

Quant à prétendre gagner cette guerre contre les insurgés afghans, il faut juste rappeler que même avec près de 100.000 paires de bottes sur le terrain, les pays de l’OTAN n’y sont pas parvenu, en quelque 20 années d’affrontements.

Ignorants de l’Histoire

Les Etats-Unis iront tout simplement rejoindre la liste des envahisseurs vaincus et chassés d’Afghanistan, en compagnie de l’Union soviétique et de la Grande-Bretagne.

Le grand problème qui se pose avec les insurgés afghans est qu’ils sont trop primitifs pour être sensibles aux chants de sirènes des médias et agences de communication d’Occident.

Ces incultes, au lieu d’écouter l’ode à la démocratie et d’y croire aveuglément, s’évertuent à voir les dirigeants afghans installés par les Américains au pouvoir, à Kaboul, pour ce qu’ils sont : des seigneurs de la guerre narcotrafiquants et corrompus.

Il faut avouer que les Démocrates ont été très déçus par la politique extérieure de Donald Trump. Contrairement à ses prédécesseurs, dont le Nobel de la paix Barack Obama, il n’a déclenché aucun nouveau conflit armé. Peut-on imaginer pire atteinte à la démocratie et aux droits de l’Homme ?

Dans les pattes de l’Ours

Aussi, Joe Biden veille à combler cette lacune. Avec son pote, le prétendant au titre de sultan néo-ottoman Erdogan, qu’il aime d’ailleurs tellement qu’il a déjà commencé à livrer des armes de pointe aux séparatistes kurdes, le président américain compte convaincre Volodymyr Zelensky, l’ancien comique devenu président de l’Ukraine, de rallumer le conflit du Donbass.

La déroute totale de l’armée ukrainienne, formée par les Américains, ne fait, pour les experts militaires, aucun doute face à l’armée russe. Il existe même un risque réel que Moscou refasse le coup de la Crimée, en 2014 : intégrer les provinces ukrainiennes russophones dans son territoire.

C’est ce qui fait que jusqu’à présent, les habitants des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk dorment encore en paix.


Les dollars de la gloire

Il y a plus d'un demi-siècle, le président Eisenhower prévenait du danger que représente le complexe militaro-industriel
Il y a plus d'un demi-siècle, le président Eisenhower prévenait du danger que représente le complexe militaro-industriel
De toute manière, au sein du complexe militaro-industriel américain, c’est quand même la joie. 740 milliards de dollars à dépenser cette année , dix fois plus que le budget militaire russe, trois fois plus que celui de la Chine.

Tant qu’on ne demande pas aux généraux américains de gagner une guerre contre une armée bien équipée, pourquoi se priver de bonnes commissions ? Pour amuser la galerie, il y a toujours moyen de taper sur des petits poucets.

Par Ahmed NAJI

(*) Mars est le dieu de la guerre dans la mythologie romaine



Ahmed Naji


Rédigé par Ahmed Naji le Vendredi 26 Février 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Avril 2021 - 09:10 Est-ce le Pjd qui dit la démocratie ?



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté