Menu

Violences scolaires


Nécessité d’approches innovantes

Lors d’une une journée d’étude sous le thème : «Les violences de genre», organisée à l’ENSET par la Chaire académique Lalla Meryem pour la Femme et l'Enfant, M. Ahmed Abbadi, Secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, avait donné son point de vue sur cette génération et sur la nécessité d’approches innovantes, sur la même longueur d’onde que la vision de ces teenagers.



Les violences scolaires sont en expansion, en témoignent certaines statistiques auxquelles s’ajoutent les vidéos diffusés sur les réseaux sociaux. L’approche sociétale organique doit être intégrée pour éradiquer et comprendre le phénomène des violences dans les établissements scolaires et ne peut se faire à l’écart d’une réflexion académique.  Les résultats de la recherche théorique et pratique sont importants.

La prévention et « l’immunisation » contre la violence  ont besoin de tout un staff homogène, entre acteurs académiques, médiatiques et religieux pour passer le message aux familles. Surtout que la famille étendue d’avant (étendue aux grands parents avec leurs expériences) qui permettait un certain encadrement n’existe plus. La famille nucléaire est dépassée, ce qui a d’ailleurs permis la hausse des divorces et d’enfants dans la rue, mais aussi, l’apparition d’enfants de la vidéo et une ouverture à l’extrémisme. L’encadrement des parents est donc nécessaire pour empêcher les enfants de glisser vers la violence, surtout à travers les jeux-vidéos brutaux.

Il y a beaucoup à faire pour la construction d’un métabolisme sociétal contre la violence, a-t-il insisté. " On doit jouer avec les enfants dans leur espace bleu, selon de nouveaux concepts,  compte tenu que leur « cablage » (connexions cérébrales).  est différent. Ils sont accaparés et influencés par leur monde virtuel qui peut induire à la violence, ce qui nécessite la formation et le renforcement des capacités dans cette direction". Avoir des gens qui surfent sur internet et les réseaux sociaux est d’une importance capitale. L’investissement sûr à faire, au moyen ou au long terme, c’est pour ces jeunes producteurs. Et ces approches de la pensée (réflexion) doivent être prises en considération dans les efforts multisectoriels gouvernementaux pour contrecarrer la violence.  Car, les influenceurs(les relais d’opinions) ne s’achètent ni ne se vendent, et ne s’industrialisent pas.

La journée d’étude avait pour objectif d'étudier les aspects liés à la problématique de la violence basée sur le genre, aussi bien que les mécanismes permettant l’instauration  d’une culture de non-violence.






Rédigé par le Samedi 12 Décembre 2020
Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté