Menu

Affaire Pegasus : Et les ennemis du Maroc de gagner en bêtises...




N'est-ce pas aller vite en besogne que de crucifier le Maroc sur la seule croix d’allégations, ignorent-ils que le Maroc se chauffe d’un tout autre bois ? Des allégations qui font fi du  « conditionnel », pas qu'à l'occasion... 

Nous assistons à l’impératif de la bêtise. Une époque que conjugue « vitesse », « biais », « foi mauvaise »,  « court-circuit » à vous sauter le fusible de la raison. Si l’entrée de jeu est marquée de littérature, cette nébuleuse éprise du Maroc et de ses institutions l’est autant.

Faut-il rappeler le fameux adage qui dit que les témoignages ne valent que par les témoins ? Et de voir défiler les inimitiés usuelles, et sans couverts. Le mot clé ? « Liste ».

Suffit-il de  brandir ? même pas, puisque seul le "mot" est maître, permet d’embrigader à tour de bras des journaleux prêts à se brûler les doigts en amateurs…et l’effet d’entrainement de grossir la meute.

Le fameux «  De quoi s’agit-il ? » du maréchal Foch, n’est-il pas d’abord français ? Ou n’est français que ce qu’on veut « tel » ? Le seul argument qui tienne dont on peut créditer sans nous abuser les « incendiaires » est : «  je veux ».

Peut-on gober sans nous accuser de tous les torts, ce « baratin » qui repose sur la seule « fuite de données », qui débouche à son tour sur une « liste » concoctée de par on ne sait quel soin ?

On fait l’impasse sur les questions, pour nous arranger des conclusions… veut-on nous faire avaler, ce gros morceau indécent, qu’Amnesty International, secondé par son seul « Security Lab » ait pu se faufiler dans les interstices sinueux du bouclier sécuritaire du NSO group ?

« Bravade » à mettre en perspective d’avec   « ladite »  défaillance du « tout » service de renseignement Français…Sinon qui aurait fuité cette « liste » dont on ne connait que l’hypothèse ? Facile d’avancer «  le secret des sources », ou de collaborer avec ceux qui ont en font profession…

De deux, l’ambivalence est de mise, qu’est-ce qu’il faut les serrer de près, ces haineux nés d’hier, pour leur arracher le mot «  potentiel », et le conditionnel qui s’y rattache. C’est que cette « liste » décline(rait) de ces « cibles potentielles »,  visées, entre autres, par le Maroc. Ah la belle affaire !

En gros, ceux-là que le Maroc a dans l’idée de «  tracer » ou de « filer » à la convenance de nos détracteurs…Mais la bascule fait vite de prendre sur le « tout », et de voir les nuances sauter, car ces « cibles potentielles », à force de radotage malveillant, finissent par se convertir, par le seul aval de ceux qui les ont en bouche, en cibles filochées de fait.

C’est que ce fameux « consortium », en somme, très sélectif, qui mit l’essentiel de sa « campagne » sur le Maroc, loin de corroborer ses « illuminations » sous forme de « liste » de par une expertise appliquée aux téléphones des concernés, se suffit de « lister » et « gueuler » les noms desdites cibles.

Frilosité ? sûrement. Nous nous en voulons pour preuve que certaines « cibles », ayant eu vent de l’affaire, une fois accourues au tintamarre du consortium, aurait vu leur nom…sauter de la liste. Pourquoi ?

Ceux-ci, n’ayant pas leur langue dans leurs poches, ont commis le sacrilège de poser une question terre-à-terre : Comment l’aviez-vous su ? Passons sous  silence, de ceux qui dérangèrent terre et ciel à la seule vue de leurs noms, piégés dans un journal, n’ayant cure de la véracité du propos, pourvu que ça paye en visibilité…

Ceux titillés par les cabrioles de leurs égos, que sous-tend le fameux «  Je suis espionné, je suis important ».  Rajoutons à cet écheveau de non-sens, la présomption hors pair du dit consortium, qui aurait mi son point d’honneur à détrôner cette « tête de liste » en la matière du nom de NSO, et dont il vante sous cape toutes les subtilités avant-gardistes de sa créature « Pegasus ».

Un « maliciel » « no-click ». Vous suffit-il d’être muni du  numéro de votre cible et le tour est joué ! Vous, l’État, cela s’entend, car la démocratisation technologique a ses limites, et c’est « tout » l’aval du gouvernement israélien qui vous est requis !

Il aurait suffi donc  que le consortium médiatico-associatif  s’emmêle, et de tracer ce qui « serait » sans trace, de mettre en pièces le joujou chéri des israéliens…de remonter jusqu’au commanditaire, et le dénoncer par le truchement de journaux complices… n’est-ce pas simpliste ?

Et que même un ingénieur à ses balbutiements vous parlerait brillamment de sournoiseries techniques visant à masquer la source…en langage plus docte certes, mais avec un rire de malice.

Il faut voir pour croire… Une autre question, ce groupuscule si imbu de son doigté à l’investigation, croit bonnement surclasser les renseignements en place ?

Si le Maroc, qui rejette formellement ces piètres accusations,  espionnait le président Français… que font ces mêmes services ? D’ailleurs, les médias, faiseurs de l’opinion publique, se sont vus retoqués et leurs présomptions, par le gouvernement en place. pour ce dernier, les faits ne sont pas avérés, et ces allégations mériteraient  enquête « sérieuse ».  

Suffit-il de rendre présent la dernière bourde médiatique en date qui "rêvait" d'une droitisation d'une bonne masse française, illico presto démenti par les régionales, pour dire aux médias "défaiseurs" de l'opinion : Ça ne marche plus ! 

Nous ne parlerons pas ici de  ce Maroc qui dérange, de par sa donne nouvelle, nommément,  géostratégique, des velléités allemandes, espagnoles, algériennes... car nous créditons d'un minimum de sérieux, de par sa neutralité, l'État Français, qui jusques-là balaie les accusations infondées...  

Travailler n'est pas rêver ! 

 





Hicham Aboumerrouane
Je ( encore une fourberie grammaticale...le « ça » serait plus honnête...) suis un... En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 22 Juillet 2021

Dans la même rubrique :
< >



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site