Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




Cette gauche qui mange à toutes les minorités !




A lire ou à écouter en podcast :

cette_gauche_qui_mange_à_toutes_les_minorites.mp3 Cette gauche qui mange à toutes les minorités.mp3  (4.79 Mo)

La gauche pratique le sport des idées… adepte du renouveau, des transmutations de valeurs, idéologue, bonne gardienne des minorités, dernier recours des opprimés, non-conformiste, née dans les livres, folle de grandeurs,  la gauche est un croyant impatient.

La gauche est une idée qui s’ennuie.  Des attributs fanfarons, dantesques lui sont impartis dans un mélange de trouble et de lassitude. À quel saint se vouer ? À celui de gauche…

Une utopie prête à fouler de tête, de pied  les décombres d’une construction désuète, pavaner en faiseuse d’humanités, en garante d’égalitarisme au pluriel. Un levier d’Archimède au service de groupuscules fiévreux en quête de lumière, un relais légitime purificateur des jappements pauvres en façons, ce relais qui donne forme à un cœur primaire…

un ordonnateur d’angoisses pêle-mêle à même de vous fractionner un départ, de ces parasites humains très humains avorteurs de projets en  germe…

Un ciseleur de mots à la « démesure » des maux, un catalyseur de ferveurs endiablées, ce carburant « écolo » ?  d’une politique de récupération, allégorie d’une formule bateau retouchée: L’union de la désunion  fait la force.

Une politique qui tire profit d’une décohésion sociale, d’un monde qui se communautarise, d’une démultiplication de dictatures minoritaires, lesquelles dictatures, furent-elle à l’antipode de l’une l’autre eu égard des valeurs qui les font,  qu’elles seraient récupérées par les tentacules d’une gauche qui grossit ou plutôt s’hypertrophie de parcelles hétérogènes.

Une gauche situationniste,  de position plutôt que de valeurs. La politique serait une autre paire de manche, et que face au scrutin, on perd ses moyens…Une gauche qui fait feu et des immigrés, et des écolos, et des véganes,  et des musulmans, et de l’euthanasie, et du mariage pour tous…

Une gauche qui mange à toutes les divisions, mais une gauche elle-même divisée quoiqu’autour d’une seule et  même table, avec au menu : « Tout ce qui bouge ou dérape ».  Une gauche pour qui l’ouvrier,  la veuve et  l’orphelin ne font plus l’affaire, car dit-on, les ouvriers auraient viré à droite,  que la gauche ouvrière, valeur aujourd’hui, est une chimère.

Que la gauche « délirante » dans sa déraison-mange-tout  finit l’estomac retourné de par des « mets » qui se repoussent. Si, par exemple, la gauche française d’avant raisonnait son appétit, prenait fait et cause pour l’ouvrier, plutôt que pour l’immigré, c’est que ses valeurs primaient sur ses confusions.  

Que la gauche, au nom d’un « humanisme » penaud, ou d’un « quoi qu’il en coûte » devient un fourre-tout qui perd  en couleurs. Ou gagne en couleurs ?  Une gauche deux-poids-deux-mesures qui met à sa sauce insipide  cet  «  en même temps » tant vilipendé.

Comme qui dirait que cette gauche en tenailles, ouverte à tous les caprices, à toutes les furies, en proie à cet entremangement des contraires qui gagnent en genre et en nombre, serait l’allégorie d’un monde qui s’essouffle, en quête de repères, où le choc des idées retentit jusqu’à ce que s’entremêle le bien et le mal. 





Mercredi 14 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 7 Août 2022 - 19:39 Succès inconsistant d’Israël à Gaza

Samedi 23 Juillet 2022 - 16:33 Déni de réalité

Billet



Magazine créé avec Madmagz.