Menu

Climat : des financements ou ça va chauffer !


Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, n’y est pas allé par quatre chemins pour rappeler les pays développés à leurs responsabilités concernant la lutte contre le changement climatique. Les pays d’Afrique en subissent plus les conséquences mais disposent de moins de moyens financiers pour y faire face.



A lire ou à écouter en podcast :

break_time500msclimat__1617272604.mp3 Climat : des financements ou ça va chauffer !  (595.59 Ko)

Lors de son intervention à la réunion ministérielle “Climat et Développement”, organisée par la Grande-Bretagne, Nasser Bourita a judicieusement indiqué que : « prévoir un nouvel objectif de financement collectif pour l’après 2025 sera un signal fort et concret pour soutenir nos efforts communs et préserver la crédibilité et la durabilité de l’action climatique ».

Cette réunion, tenue en perspective de la 26ème Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26), qui doit se dérouler à Glasgow, en Ecosse, du 1er au 12 novembre de l’année en cours, a également été l’occasion pour le chef de la diplomatie marocaine de rappeler quelques évidences.

Inégalités

« Notre continent (NDLR : l’Afrique) est soumis à plusieurs inégalités: inégalités dans les responsabilités, car notre continent qui émet le moins de gaz à effet de serre est le plus fortement impacté par le changement climatique, inégalités liées à la capacité d'expertise, à l'élaboration de solutions technologiques, à l'anticipation et à la réparation ainsi que et inégalités dans les ressources financières afin de mettre en œuvre des politiques et des stratégies conformes aux engagements soutenus par les pays africains », a tenu à souligner Nasser Bourita.

Avec le retour des Etats-Unis aux Accords de Paris et l’engagement de l’administration Biden à produire de l’énergie électrique à 100% décarbonée, à l’horizon 2035, et atteindre zéro émission de Co2, au maximum en 2050, il est effectivement permis d’espérer une meilleure coopération internationale dans la lutte contre le changement climatique.


Démographie

Cependant, si des moyens technologiques et financiers ne sont pas mis à la disposition des pays d’Afrique pour relever ce défi, toutes les déclarations d’intentions des leaders des pays développés sur la lutte contre le changement climatique ne seraient plus que des slogans creux destinés surtout à justifier la promotion d’instruments financiers dont les pays africains seraient les derniers à bénéficier.

Nul besoin de rappeler que l’Afrique est le seul continent à connaître encore une importante croissance démographique (2,7% par an contre une moyenne mondiale de 1%).

C'est-à-dire que tout en étant les moins responsables du réchauffement climatiques, les Africains seront de plus en nombreux à en supporter la malédiction en termes de désertification et de luttes pour les rares ressources hydriques, avec ce que la signifie en termes de migrations.



Ahmed Naji


Rédigé par Ahmed Naji le Jeudi 1 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 17 Avril 2021 - 01:49 La monétisation des complexes



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté