Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search






Crise cardiaque, tout se joue dans les six (6) premières heures


Aujourd’hui, précise Dr Bounhir BOUMEHDI, médecin radiologue à Salé, grâce à l'imagerie par résonance magnétique (IRM), il est techniquement possible de déceler les infarctus du cœur "silencieux". Ceux-ci ne s'accompagnent pas d'anomalie à l'électrocardiogramme (ECG) et constituent un risque de mortalité important.



Dr Anwar CHERKAOUI

Pour Dr Samir ZTOT, Médecin spécialiste en cardiologie interventionnelle, l’infarctus du myocarde est une urgence cardiaque absolue.

Ce médecin cardiologue insiste sur l’une des principales recommandations de la société marocaine de cardiologie, à savoir, l'importance vitale de reconnaître les signes d'alerte d’un infarctus du myocarde : douleur dans le thorax, fatigue, sueurs, vertiges, palpitations, nausées, vomissements...).

La douleur peut être persistante en plein milieu du thorax (derrière le sternum), qui produit une sensation angoissante de serrement « comme dans un étau », d'oppression qui dure. Elle peut irradier dans le bras gauche, le dos et la mâchoire.

Néanmoins, certains infarctus ne donnent pas ces signes. Ils peuvent même être totalement « silencieux » et découverts a posteriori, lors de la survenue d'une complication.

Devant un des symptômes précédemment décrits, il faut immédiatement consulter un cardiologue. Un électrocardiogramme est effectué pour confirmer ou non le diagnostic.
Si le diagnostic se confirme, le patient sera dirigé vers une unité de cardiologie interventionnelle dans les plus brefs délais.

Selon la durée de temps écoulé entre le début des symptômes et l'hospitalisation, le patient recevra l'injection d'un agent « thrombolytique », capable de dissoudre le caillot sanguin qui obstrue l'artère coronaire.

Au-delà, le patient peut  bénéficier d'une angioplastie dans l'unité de cardiologie.
Un traitement médicamenteux complémentaire est administré pour limiter le risque de complications.

Et cela pour un seul objectif,  assurer une prise en charge thérapeutique efficace  dans les six ( 6) premières heures après la crise.
 
Ceci est d’autant vrai du fait que le pronostic s'est bien amélioré au cours des quinze dernières années et ceci grâce aux progrès thérapeutiques, à la vitesse d'intervention des équipes médicales d’urgence et à la disponibilité d'unités de cardiologie interventionnelle.
 
D’ailleurs, le centre hospitalier régional Moulay Youssef  à Rabat est le premier établissement de santé publique au Maroc doté d’un service de cathétérisme cardiaque, pouvant prendre en charge les infarctus du myocarde dans un délai de 6 heures, qui vient d'ouvrir ses portes le 28 Février 2022.
 
De même, il faut savoir que le gain de survie est d'autant plus important que le rétablissement du flux sanguin du myocarde soit précoce et complet : la mortalité diminue de 50% pour un traitement lors de la première heure et de 30 % à la deuxième.
 
Pour mieux comprendre la nécessité d’une prise en charge très urgente, Il faut savoir que l’obstruction d'une artère qui alimente le cœur en sang, et donc en oxygène, entraîne la destruction partielle du muscle.

Cela provoque des lésions irréversibles du tissu cardiaque.
En effet, toutes les cellules de la zone qui n'est plus irriguée, à la suite de l'obstruction d'une artère coronaire par un caillot, voire d'un spasme, meurent rapidement, faute d'oxygénation.
En fonction de sa taille, cette nécrose entraîne des problèmes de contraction du muscle cardiaque, se manifestant par des troubles du rythme, une insuffisance cardiaque, voire l'arrêt du cœur.

La seule solution est de déboucher l'artère le plus rapidement possible après le début des symptômes, pour rétablir le passage du sang.

Environ 10 % des victimes décèdent dans l'heure qui suit et le taux de mortalité à un an est de 15 %.
 
Pour Dr Aicha AOUAD, ancienne présidente de la société marocaine de cardiologie, les conséquences d'un tel accident sont liées à l'étendue de la zone asphyxiée et à la rapidité de la prise en charge.

Pour les évaluer, les médecins réalisent différents examens : un électrocardiogramme, pour détecter des troubles du rythme, une échographie et un Doppler pour visualiser le cœur et la circulation, une coronarographie pour observer les artères coronaires, une épreuve d'effort pour vérifier les capacités cardiaques.
 
Et si jamais une personne a été victime d’un infarctus du myocarde, Dr Samir ZTOT est catégorique, il faut agir vite et même très vite. A sa sortie de l'hôpital, le patient doit suivre une réadaptation cardiovasculaire, afin de favoriser la récupération des capacités du muscle cardiaque.

Le bénéfice est physique mais également psychologique, en facilitant la reprise d'une activité professionnelle.

L'année qui suit sera marquée par une surveillance médicale régulière.
Mais si des troubles du rythme cardiaque persistent malgré un traitement adapté, un pacemaker ou un défibrillateur cardiaque implantable peuvent être mis en place sous anesthésie locale.

Par ailleurs, si plusieurs artères coronaires sont rétrécies ou bouchées, un pontage permet d'améliorer la circulation. Enfin, en cas d'insuffisance cardiaque grave, une greffe du cœur peut être envisagée.

Lu 1267 fois
Lundi 21 Mars 2022





Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.







Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.


Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html















Partager ce site