Menu

Dr BOUMEHDI BOUNHIR : Maltraitances des enfants

Entretien avec Dr BOUMEHDI BOUNHIR, Médecin radiologue à Salé


Le médecin radiologue a son mot à dire dans les maltraitances des enfants.
90 % des enfants marocains seraient victimes de violences



Dr BOUMEHDI BOUNHIR
Dr BOUMEHDI BOUNHIR
Les maltraitances  des enfants sont fréquents au Maroc. Ils sont souvent sous diagnostiques. Les témoins de ce type de violences ne portent pas plainte. Pourtant les registres des urgences des hôpitaux regorgent de cas de violences contre les enfants. Pour mieux appréhender cette problématique médico-juridique, l’oipinion des jeunes LODJ, a demandé l’expertise d’un médecin spécialiste en radiologie, Dr BOUMEHDI Bounhir, qui démontre que certains examens radiologiques, peuvent aider à diagnostiquer des lésions en rapport avec une maltraitante.

Propos recueillis par Dr Anwar CHERKAOUI


Dr Anwar CHERKAOUI : Quelle est l’importance du phénomène de la violence sur enfants au Maroc ?
 
Dr BOUMEHDI BOUNHIR : Dans son rapport "Progress for children with equity in the Middle East and North Africa", l’Unicef s’est interessé à la situation des enfants dans la région. Dans cette étude d’une centaine de pages, on apprend notamment que 91% des enfants marocains seraient victimes de violences. Ces enfants sont généralement âgés de 2 à 14 selon l’Unicef, et sont victimes de plusieurs formes de violence : physique, verbale et psychologique.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : Quels sont les lésions physiques les plus fréquentes lors de maltraitance des enfants ?
 
Dr BOUMEHDI Bounhir : Le diagnostic de maltraitance physique des enfants n'est pas chose aisée. Généralement ce sont la peau et l'os qui sont les plus touchés. L'imagerie médicale est d’un apport capital pour diagnostiquer ce genre de lésions. Ainsi, en cas de forte suspicion de maltraitances physiques, “l'American collège of radiology” recommande de faire systématiquement les radiographies du crâne, thorax, bassin et rachis. Des radiographies de l'humérus des 2 os de l'avant-bras, du fémur, et du tibia seront aussi réalisées et chercheront des fractures anciennes ou passées inaperçues.
Si le bilan radiologique fait en urgence revient normal, on refait un autre bilan radiologique après 15 jours à la recherche de réaction de l’os, secondaires aux traumatismes.
Il faut savoir que les fractures occupent la 2éme position dans les lésions liées à la maltraitance chez l'enfant juste après les lésions de la peau.
Et le nombre de fractures doit attirer l'attention, habituellement on retrouve plusieurs fractures à âges radiologiques différents, en cas de maltraitante.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : Quelle est la fréquence de maltraitance chez les enfants au Maroc ?
 
Dr BOUMEHDI Bounhir : la maltraitance physique des enfants ou le syndrome des enfants battus est responsable de plus de 75.000 décès par an en France. Au Maroc, comme c’est le cas de plusieurs problèmes de santé publique, on manque de chiffres. Mais, une simple consultation du registre des urgences de l’hôpital universitaire d’enfants  de Rabat, on constate l’affluence régulière d’enfants battus. Ce problème de santé publique reste sous diagnostiqué au Maroc et dans le monde.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : Quelles sont les différents formes de maltraitance chez l’enfant ?
 
Dr BOUMEHDI Bounhir : Pour rappel, le syndrome de maltraitance de l'enfant regroupe la maltraitance physique, psychologique, sexuelle et sociale infligés à l'enfant par une tierce personne. C'est un grave problème de société et de santé publique, 40 millions d'enfants sont touchés dans le monde. Ce problème touche les enfants de tous les âges et de tous les milieux. Tout un chacun et surtout les jeunes médecins doivent être sensibilisés à ce problème pour mieux le diagnostiquer devant une symptomatologie souvent diverse et peu spécifique.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : Poirqoui le diagnostic de maltraitance des enfants est complexe ?
 
Dr BOUMEHDI Bounhir : D’autant plus que le diagnostic de maltraitance physique n'est pas toujours facile. Aucune lésion n'est spécifique. Toutes les études rapportent que la peau et l'os sont les plus touchés. La règle en médecine pédiatrique est de se fier à la parole des parents mais ces derniers mentent souvent sur les circonstances de survenue des lésions. Ajoutez à cela que les enfants maltraités parlent peu et peuvent parfois mentir par craintes des abuseurs. Et, les témoins sont rares car ces maltraitances surviennent souvent dans un contexte familial.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : : Quel est l’apport de la radiologie dans le diagnostic de la maltraitance des enfants ?
 
Dr BOUMEHDI Bounhir : Après un excellent examen médical de l’enfant battu, il est indispensable d’avoir recours à des examens complémentaires. Ces derniers ont pour objectifs de rechercher des étiologies aux lésions constatées et de faire un bilan lésionnel précis. Lorsque l'enfant est âgé de moins de 2 ans et en cas de forte suspicion de maltraitances physiques, “l'American collège of radiology” recommande de faire systématiquement les radiographies du crâne, thorax, bassin, et rachis. Des radiographies de l'humérus des 2 os de l'avant-bras, du fémur, et du tibia seront aussi réalisés et chercheront des fractures anciennes ou passées inaperçues à l'examen. Si le bilan radiologique fait en urgence revient normal, on refait un autre bilan radiologique après 15 jours à la recherche de lésions spécifiques qui orientent beaucoup plus vers une maltraitance
 
La tomodensitométrie cérébrale (scanner) est très utile en cas de traumatisme crânien ou lorsqu’ un syndrome du “bébé secoué” est suspecté. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est d'utilisation fréquente surtout en cas de traumatismes crâniens. 
 
Et si les signes cutanés de la maltraitance physique chez l'enfant siègent volontiers au niveau des joues, cou, thorax, abdomen, fesses, région lombaire, organes génitaux, face interne des cuisses, il n’en demeure pas moins qu’il faut chercher de façon minutieuse les lésions osseuses. Car, les fractures occupent la 2éme position comme lésions spécifiques de la maltraitance chez l'enfant. Le nombre de fractures doit attirer l'attention, habituellement on retrouve plusieurs fractures à des âges radiologiques différents.
 
Dr Anwar CHERKAOUI : En conclusion ?

Dr BOUMEHDI BOUNHIR : la maltraitance des enfants est un problème de plus en plus fréquent dans notre société. Elle est souvent le résultat d'une colère ou d'une situation ponctuelle. Une parfaite coordination doit être installée entre le pédiatre, l’orthopédiste, le radiologue, le psychologue, le médecin généraliste, l’assistance sociale et les autorités, afin d’assurer aussi bien le volet médical, le volet psycho-social et le volet juridique, afin d’aider à dégager des pistes pour que ces maltraitances des enfants ne se reproduisent plus.  

Par Dr Anwar CHERKAOUI
 

Dr Anwar CHERKAOUI
Lu 83 fois
Dimanche 7 Mars 2021





Dans la même rubrique :
< >


 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.