Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search





« Himars* » qui y croit


La livraison à l’Ukraine de systèmes américains de lance-roquettes multiple M142 Himars peut-elle réellement modifier l’équilibre des forces sur le terrain ?



M142 Himars, Mlrs tirant des roquettes de calibre 155 mm
M142 Himars, Mlrs tirant des roquettes de calibre 155 mm
« J'ai décidé que nous allions fournir aux Ukrainiens des systèmes de roquette plus avancés et des munitions qui leur permettront de frapper plus précisément des cibles majeures sur le champ de bataille en Ukraine », a déclaré, le 31 mai, Joe Biden, le président des Etats-Unis.

Le petit monde des experts et observateurs du domaine militaire est, après cette déclaration, aussitôt entré en ébullition. Quelles munitions Washington pourrait-elle livrer à Kiev, avec le système de lance-roquettes multiple (Mlrs) M142 Himars ?

C’est le genre de détails auquel ne font généralement pas attention les non-initiés, mais qui en dit pourtant plus long sur la véritable politique appliquée par un Etat que moult déclarations de ses hauts gradés et responsables politiques.

Six Caesars n’effraient pas le Tsar

Ainsi, quand la France a récemment livré six canons autotractés Caesar, calibre 155 mm, à l’armée ukrainienne, les internautes russes pouffaient de rire, alors que ceux des pays occidentaux, ayant un minimum de culture militaire, étaient fort gênés.

Les médias occidentaux pouvaient bien, en effet, disserter en long et en large sur l’efficacité, indéniable, de ce système d’artillerie autotractée français et sur les soldats ukrainiens qui disent « merci à la France » pour cette livraison, il n’en demeure pas moins que l’impact de ses six pièces sur le déroulement des opérations militaires est presque insignifiant.

C’est, de toute évidence, très loin de répondre aux besoins en équipements, gigantesques, de l’armée ukrainienne pour avoir les moyens de faire face aux troupes russes. Les officiers de l’état-major français ne peuvent tout de même pas l’ignorer.

La propagande en temps de guerre est chose banale, mais un tel niveau de manipulation de l’opinion publique occidentale finirait par se retourner contre les marionnettistes.

Soutien à portée limitée

Pour en revenir au système d’artillerie américain monté sur camion M142 Himars, ce dernier peut tirer des roquettes ou missiles d’une portée allant de 80 kms à 300 kms, comme c’est le cas pour la dernière version du missile de précision Mgm 140 Atacms.

Or, avec des projectiles ayant 300 kms de portée, atteindre des cibles en territoire russe deviendrait accessible aux artilleurs ukrainiens.

Un pas que Washington n’a pas osé franchir, preuve qu’il reste encore des généraux jouissant d’un minimum de bon sens au Pentagone. La portée des roquettes qui seront livrées à Kiev ne va pas dépasser les 80 kms.

Satan et l’enfer nucléaire

RS28 Sarmat (Satan 2), missile balistique intercontinental volant à la vitesse de 7 kms/s
RS28 Sarmat (Satan 2), missile balistique intercontinental volant à la vitesse de 7 kms/s
Moscou vient, en effet, à peine de tester, en avril 2022, son nouveau missile balistique intercontinental RS-28 Sarmat. Il s’agit d’un colosse de 200 tonnes, d’une portée de plus de 10.000 kms, volant à 7 kms par seconde et capable d’atteindre Londres en 6 minutes.

Ce petit bijou de la technologie de la mort est capable de brouiller les radars et d’emprunter des trajectoires complexes et imprévisibles qui font qu’aucun système de défense aérienne ne peut actuellement stopper ce monstre.

Le Sarmat peut porter 12 têtes nucléaires, d’une puissance maximale de 50 mégatonnes. Un seul missile est suffisant pour vitrifier toute la France. Les états-majors des pays occidentaux l’ont baptisé « Satan 2 ».

Remplir le panier de l’artilleur

Comme pour le Caesar français, il faudrait doter l’armée ukrainienne de suffisamment de système d’artillerie Himars pour espérer peser sur l’équilibre des forces. Jusqu’à présent, Washington n’a pas donné de chiffres concernant le nombre de pièces qui seront livrées à Kiev.

Selon les chiffres de 2020, l’armée américaine ne dispose elle-même de pas plus de 420 pièces de ce lance-roquettes multiple.

Comme son panier ne contient pas plus de six lanceurs, il ne peut donc porter plus de six roquettes, ce qui veut dire qu’il faudra l’approvisionner assez fréquemment en munitions.

Les officiers ukrainiens chargés de la logistique vont s’arracher les cheveux, explique le journaliste allemand spécialiste des questions militaires et vétéran de la guerre du Viêtnam, Bernhard Horstmann.

Himars vs Smerch

Pour rappel, l’armée russe n’est pas en manque de systèmes d’artillerie similaires au M142 Himars. Le BM30 Smerch dispose d’un panier de 12 roquettes d’un calibre de 220 mm et d’une portée de 90 kms.

Les pièces de ce système d’artillerie, héritage de l’époque soviétique, qui se trouvaient en également possession de l’armée ukrainienne ont été presque toutes détruites par les frappes russes.

Au rythme auquel les Mig31 russes lancent des missiles hypersoniques Kinjal (khanjar), volant à la vitesse de 12.000 kms/h, il est évident que l’industrie militaire russe s’est bien préparé pour approvisionner correctement les troupes au front.

Mobilité ou puissance de feu ?

BM30 Smerch en action, l'artillerie règne sur les champs de bataille en Ukraine
BM30 Smerch en action, l'artillerie règne sur les champs de bataille en Ukraine
Dans un article consacré à l’usage de l’artillerie dans le mode opératoire des deux adversaires, salué par un écrivain et ancien militaire russe, Andreï Martyanov, Bernhard Horstmann souligne la différence fondamentale entre les stratégies russes et ukrainiennes, inspirées par leurs conseillers occidentaux, à ce sujet.

Un groupement tactique de bataillon du format Otan se distingue par sa manoeuvrabilité et compte deux escadrons blindés et une compagnie d'infanterie, l'ensemble étant soutenu, entre autres, par une unité d’artillerie. La composition du groupement tactique russe s’articule plutôt sur un rapport de un pour un, deux compagnies d’artillerie pour deux compagnies blindés ou d'infanterie. La puissance de feu dont dispose le groupement tactique de bataillon russes est supérieure, mais sa manoeuvrabilité est moindre.

L’efficacité de la stratégie basée sur la mobilité n’est sûrement pas à démontrer, mais cette doctrine perd toute sa pertinence quand le commandement ukrainien donne ordre aux troupes de ne pas reculer, ne serait-ce que pour opérer un retrait tactique afin d’éviter l’anéantissement et/ou mieux se redéployer.

Pluie d’obus et tapis de bombes

La stratégie militaire américaine s’est toujours essentiellement appuyée sur la supériorité et les frappes aériennes, pour briser la résistance de l’adversaire avant la progression des troupes au sol.

La culture militaire russe penche plutôt pour un usage intensif de l’artillerie, dans la probabilité d’avoir à faire face à des défenses aériennes infranchissables.

Et comme les forces aérospatiales russes ont acquis le contrôle total de l’espace aérien ukrainien, autant dire que l'armée ukrainienne, refaçonnée par les conseillers de l’Otan, s'est retrouvé en situation de faiblesse par rapport à son adversaire russe autant en matière de vecteurs aériens que de batteries d’artillerie.

Des mots pour cacher des maux

Vanter les performances de systèmes d’armement, livrés en version « downgradée » et en volume insuffisant, permet peut être d’induire l’opinion publique en erreur pendant un certain temps.

Ce sont toutefois les combats sur le terrain, dans leur insupportable réalité, qui décident du sort des armes.

Les nouvelles du front peinent à cacher un effondrement accéléré des forces ukrainiennes, les soldats étant épuisés par le manque de rotation des troupes, mal approvisionnés du fait des frappes russes en profondeur du territoire ukrainien et abandonnés seuls face à l’ennemi par des officiers le plus souvent absents, « en réunion ».

« Le guerrier victorieux remporte la bataille, puis part en guerre. Le guerrier vaincu part en guerre, puis cherche à remporter la bataille » (Sun Tzu).

*Himar signifie âne en arabe





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 2 Juin 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 09:44 La Françafrique rétrécit

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.