lodj
YouTube
Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Tiktok
Podcast
L'ODJ TV
Other





Il fut une fois Davos…


Temple du mondialisme, rendez-vous couru des plus riches et plus puissants, le forum de Davos semble, cependant, promit au même sort que l’hégémonie de l’Occident sur le reste du monde.



Écouter le podcast en entier :


La 53ème édition du forum de Davos s'est déroulée du 17 au 20 janvier
La 53ème édition du forum de Davos s'est déroulée du 17 au 20 janvier
A quoi sert encore le forum de Davos ? Le Forum économique mondiale (Fem), dont la 53ème édition a été tenue du 17 au 20 janvier, est désormais boudé par les leaders politiques des économies de premier rang.

La récente édition du forum a bel et bien connu la présence d’une cinquantaine de chefs d’États et de gouvernements.

Mais ni le président des États-Unis, Joe Biden, ni celui de la Chine, Xi Jinping, les dirigeants des deux plus grandes économies du monde, n’ont pris part à ce qui fut, pendant longtemps, considéré comme le « rendez-vous des riches et des puissants ».

Pas plus que le président français, Emmanuel Macron, ou le premier ministre britannique, Rishi Sunak. Signe des temps, le milliardaire controversé, George Soros, n’a pas, non plus, fait acte de présence à la station de ski helvétique.

Un monde fragmenté

Le thème choisi pour cette année donne, effectivement, le ton : « Coopérer dans un monde fragmenté ».

Pour un forum dont les promoteurs ont toujours fait, depuis sa création, en 1971, l’apologie de la mondialisation, le recours à la notion de fragmentation dont l’intitulé de la récente édition sonne comme un aveu d’échec.

Pour beaucoup de médias, tout a commencé à partir en vrille, le 24 février 2022, quand les forces russes ont envahi l’Est de l’Ukraine.

Les pays de l’Union européenne ont, du fait des sanctions prises contre Moscou, perdu l’accès à l’énergie fossile russe bon marché, leurs entreprises subissant ainsi une terrible baisse de leur compétitivité à l’international.

A hue et à dia

La Russie, pour sa part, a provoqué un véritable séisme, dont les effets commencent à peine à se faire ressentir à travers toute la planète, en asseyant la valeur du rouble sur l’or.

Poursuivant sur la même voie, l’Arabie saoudite a sérieusement ébranlé la position du dollar américain en acceptant de vendre son pétrole brut à la Chine en yuan.

L’avenir des monnaies « fiat » est ainsi promis à une radicale remise en cause du fait même de l’apparition de monnaies basées sur des matières premières et autres ressources physiques.

En raison de sa politique « zéro covid », la Chine a enregistré, en 2022, sa pire performance économique en près d’un demi-siècle, exception faite de l’année 2021, qui restera dans l’Histoire comme celle de la pandémie.

Probable récession

Deux tiers des économistes prévoient une récession en 2023
Deux tiers des économistes prévoient une récession en 2023
Le taux de croissance du Pib chinois n’affiche pas plus de 2,7% en 2022, alors que c’est l’économie chinoise qui a servi de locomotive au reste du monde lors des dernières années.

Pire encore, la perturbation des chaînes d’approvisionnement, due à ladite politique « zéro covid » de Pékin, est venue aggraver une inflation déjà provoquée par les politiques monétaires laxistes des banques centrales américaine et européenne de la dernière décennie.

Pour l’année qui commence, les deux tiers des économistes des secteurs privé et public estiment très probable que l’économie mondiale sera en récession.

Il s’agit là d’éléments palpables, expliquant la morosité ambiante, également perceptible au forum de Davos par les journalistes qui ont ouvert l’évènement.

Perspective cauchemardesque

L’autre facteur à prendre en considération est l’image que reflète le forum de Davos auprès de l’opinion publique internationale, temple d’une mondialisation qui est loin d’être synonyme du bonheur pour le plus grand nombre.

D’après le dernier rapport de l’Ong Oxfam international, les 1% les plus riches de la planète ont accumulé, en 2020 et 2021, deux fois plus de capital que le reste de l’humanité, appauvrie par la pandémie et l’inflation galopante.

Klaus Schwab, le fondateur et grand manitou du forum de Davos, a toujours été une cible privilégiée de la « complosphère ».

Aussi, quand son conseiller, l’intellectuel israélien Yuval Harari, prophétise, dans son ouvrage « Homo Deus, une brève histoire de l’humanité », publié en 2017, que le développement de l’intelligence artificielle allait générer des milliards de personnes « inutiles », par opposition aux « 1% » de privilégiés, qu’il est allé jusqu’à « diviniser », il ne fait que rendre encore moins attrayante la mondialisation telle que promue à Davos.

Troublante confusion

De mauvais plaisantins se demandent, sur les réseaux sociaux, si, dans un scénario catastrophe qui verrait une éruption solaire griller tous les circuits électriques et autres instruments électroniques, Yuval Harari saurait planter des légumes et élever des animaux de basse-cour pour ne pas mourir de faim.

La notion d’utilité est, en effet, très relative et dépend du contexte.

Aucune intelligence artificielle, aussi évoluée soit-elle, ne saurait remplacer l’accès à des matières premières et une énergie bon marché, pour produire des biens de consommation qui permettent la survie de l’humanité.

Quand Archimède a dit qu’avec un levier, il pouvait soulever le monde, il n’a, pour autant, jamais prétendu qu’il n’y avait nul besoin d’humains pour appuyer sur le dit levier afin d’obtenir l’effet désiré. L’outil prolonge le bras de l’homme, il ne le remplace pas.

L’arrogance précède la ruine

Toute idéologie s’appuie sur la promesse d’un avenir meilleur pour le plus grand nombre. Celle véhiculée par le forum de Davos voue, au contraire, la majeure partie de l’humanité à la décharge de l’Histoire.

Les adeptes du forum de Davos tentent, tant bien que mal, de maintenir l’illusion d’un souci de ses promoteurs pour bien être de l’humanité.

Plus de 200 millionnaires ont appelé, lors de la récente édition du forum, à une hausse des impôts pour les plus riches s’émerveillent les médias de masse.

Ce que ces mêmes médias évitent, toutefois, de préciser, c’est que cette proposition relève du « réchauffé ». Elle a, déjà, été faite l’année dernière…

« L’arrogance précède la ruine, l’orgueil précède la chute » (Livre des proverbes, Ancien testament).





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Samedi 21 Janvier 2023

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 5 Février 2023 - 15:35 99 Luftballons

L'ODJ Lifestyle | Les Chroniques Radio | Breaking news | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Room | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Quartier libre | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | L'ODJ Stories



Magazine créé avec Madmagz.