Incitation à la baisse de la consommation électrique de Novembre et Décembre

Que faire et qu'en penser ?


Elaboré par « New Climate Institute« , le « Réseau International d’Action pour le Climat« , et « Germanwatch« , l’indice de performance climatique (CCPI), a très récemment attribué au Maroc la 4ème place au Maroc parmi les 60 pays classés pour 2023[1] (au lieu de 7ème l’année précédente).



Écouter le podcast en entier :


Ce classement se base sur les pondérations suivantes :

40% pour les émissions de gaz à effet de serre, 60% en 3 parts égales pour les « énergies renouvelables », la « consommation d’énergie » et la « politique climatique ».

Sans se pencher sur le détail des méthodes de calcul de cet indice, c’est sur sa partie « soft » que le Maroc obtient la 2ème note (15,09) après celle du Danemark (20.00) pour sa « politique climatique ». Sans faire de relation de cause à effet entre ceci et la décision récente d’inciter à la baisse de la consommation d’une électricité à 75% à base de charbon, on peut penser que cette dernière sera de nature à influencer favorablement cet indice.

Dans les circonstances actuelles, l’ONEE, en tant que producteur et acheteur unique d’électricité perd de l’argent dans chaque kWh vendu dans tout le Maroc, toutes tensions et créneaux de distribution confondus.

Sans même compter les économies d’achat de combustible en devises et de gaz à effet de serre d’une électricité fortement carbonée (environ 750 gCO2/kWh produit), il y a aussi une parfaite convergence d’intérêt dans l’incitation à limiter la consommation (l’ONEE pour limiter la casse et le MTEDD pour limiter la demande de subvention de la part de l’ONEE). Sur le fond, on ne peut donc que saluer toute initiative veillant à baisser la demande.

Les mesures permettant de limiter l’appel d’électricité réseau

Qu’il s’agisse d’usages résidentiels ou professionnels, les mesures qui permettent de baisser la quantité d’électricité demandée à son distributeur peuvent se décomposer en 4 familles :

Celles qui relèvent des comportements. Elles agissent surtout sur la lutte contre le gaspillage en supprimant (éteignant) ou en baissant manuellement la consommation des appareils consommant de l’énergie inutilement. Ces mesures ne demandent pas d’investissement et s’étalent depuis l’extinction manuelle d’éclairages inutiles jusqu’à la limitation de la durée d’ouverture des portes des réfrigérateurs et fours en passant par l’extinction du mode veille des appareils.

Celles qui relèvent de l’automatisation de la lutte contre le gaspillage grâce à des dispositifs qui le permettent. Ces mesures nécessitent l’acquisition de dispositifs de contrôle électronique plus ou moins intelligents et exigent donc des investissements qui, dans les meilleurs des cas, s’amortissent en quelques mois mais seulement lorsque le gaspillage évité est conséquent par rapport au coût des dispositifs de contrôle (comme, par exemple, pour l’éclairage les interrupteurs crépusculaires, les programmateurs ou les détecteurs de présence et leur combinaison).

Celles qui relèvent de l’amélioration de la conversion d’énergie des appareils en les remplaçant par des plus efficaces (même service énergétique à consommation identique). Ces mesures exigent des investissements qui s’amortissent d’autant plus vite que lesdits appareils sont fréquemment sollicités. L’électroménager comporte des « étiquettes énergie » (classes de A à G) et la baisse des prix des plus efficaces d’entre eux fait progressivement disparaître les autres du marché.

Celles qui relèvent de l’autoproduction d’électricité ou d’eau chaude et qui permettent, à consommation constante, de limiter l’appel d’électricité du réseau. Ces mesures exigent des investissements qui s’amortissent en quelques années. Ainsi, avec l’ensoleillement du Maroc et les prix pratiqués qui y sont pratiqués, les installations solaires photovoltaïques connectées au réseau s’amortissent en fonction de la capacité à absorber la totalité de la production diurne d’électricité : de 3 ans dans le meilleur des cas (si on consomme 100% de celle-ci) à 5-6 ans si l’abonné (résidentiel ou professionnel) n’arrive à absorber que 50% de celle-ci.

On voit bien que seule la première des quatre familles de mesures (celle liée aux comportements visant à lutter contre le gaspillage) peut avoir une influence dans les délais et les termes d’attribution de ce bonus annoncé par le MTEDD et l’ONEE.

 

Que penser de l’objectif de 5% d’économies annoncées ?


Même si l’on ne sait pas encore comment sera gratifié l’abonné sobre, on sait qu’il le sera d’autant plus qu’il aura baissé sa consommation des mois 11-12/2022 par rapport à celle des mêmes mois de 2021.

Quant à espérer que le total national atteigne une baisse de 5% de l’électricité appelée des mois 11-12/2022 par rapport à celle des mêmes mois de 2021, cela laisse dubitatif. D’autant plus qu’il y a des fluctuations interannuelles substantielles sur l’électricité nette appelée mensuellement, même désaisonnalisée.


Figure 1 Evolution de l’électricité nette appelée durant les mois novembre et décembre[2], [3] (disques rouges), notre estimation pour 2022 (cercle rouge) et l’objectif prévu par la mesure de bonification (diamant vert)

La Figure 1 nous montre qu’au lieu d’un appel d’électricité de 6’661 GWh en Novembre et Décembre 2022, le MTEDD table sur une baisse de 5% soit une descente vers 6’270 GWh. Ce n’est hélas pas la première que le MTEDD s’engage sur des objectifs déraisonnablement ambitieux[4].

N’y a-t-il aucun risque si l’objectif n’est pas atteint ? – On risque de gratifier des abonnés qui, pour des raisons circonstancielles et sans avoir pris aucune mesure, auront baissé leur consommation sans que ceux qui auront dépassé la consommation de 2021 ne subissent aucun malus, donc, finalement, d’ajouter des coûts à l’ONEE qui a déjà bien du mal à nous maintenir les prix de l’électricité à leur niveau actuel alors qu’ils flambent partout. J’espère seulement qu’on ne trouvera pas, encore une fois, un « moyen biaisé » pour nous expliquer, dans quelques mois, que l’objectif de baisse de 5% est atteint.


Rédigé par Amin BENNOUNA sur Ecoactu



Jeudi 24 Novembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 23 Novembre 2022 - 06:59 Un contre modèle au « choc des civilisations »

Mardi 22 Novembre 2022 - 07:00 Les diasporas, face aux enjeux d’avenir

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.