Menu
lodj lodj
lodj
Twitter
YouTube
Digital Radio
Digital TV
LinkedIn
Facebook



L’affaire Fayçal ‘Canaria’, une leçon pour les séparatistes de l’intérieur


Trahir son pays pour un séparatiste de nationalité marocaine n’est nullement garantie de bénéficier de la solidarité des polisariens quand il en vient à répondre de ses actes devant la justice. Il est temps pour les séparatistes de l’intérieur de se rendre compte qu’ils se font manipuler et jeter après usage par les mafieux de Tindouf.



Caricature de Mohammed Yassir Mouline (L'ODJ)
Caricature de Mohammed Yassir Mouline (L'ODJ)
Arrêté à la fin du mois de mars à Bilbao, en Espagne, pour incitation au meurtre et apologie du terrorisme, un séparatiste du nom de Façal Bouhlal, plus connu sur les réseaux sociaux sous Fayçal ‘Canaria’, ou ‘Boukhnouna’ pour les Marocains, vient d’être renié par ses parrains polisariens.

Ces derniers ont, en effet, fait savoir qu’ils n’avaient rien à voir avec ce triste individu et, plus encore, qu’il ternissait leur « image » (sic !).

Vite oublié le temps ou ce dernier était leur coqueluche sur les réseaux sociaux, avec des commentaires enthousiasmes des polisariens à ses vidéos d’une rare vulgarité.

Propagande et manipulation

C’est la triste histoire d’un pauvre imbécile originaire de la région de Guelmim-Oued Noun, qui, jusqu’en 2017, selon des informations collectées à son sujet, se sentait encore normalement marocain. C’était même un fan des Lions de l’Atlas.

Peu de gens ont conscience de l’effet dévastateur sur quelques jeunes des provinces du sud de la propagande polisarienne à dimension fondamentalement tribale, colportée à travers la musique et la chanson hassanie en provenance des camps de Lahmada, en Algérie.

Il y a également l’incitation à l’émigration en Espagne ou en France, sous couvert de refuge politique. Sauf que pour se faire reconnaître comme séparatiste par les polisariens auprès des pays d’accueil, il faut nécessairement insulter le Maroc sur les réseaux sociaux et se faire filmer en tain de manifester en brandissant le torchon du sandalistan.

Séparatisme migratoire

Les polisariens ont même un budget spécifiquement dédié à ce genre d’activités. Prière d’envoyer vos vidéos anti-marocaines à Rabbouni, dans les camps de Tindouf, en Algérie, et vous recevrez un peu d’argent pour acheter des recharges de téléphone et pouvoir continuer ainsi à insulter le Maroc.

Les ‘bons’ éléments estampillés tels par les polisariens peuvent espérer, par la suite, le statut de réfugiés en Espagne ou en France et mendier des aides humanitaires, en traficotant par-ci par-là, pour vivoter dans la misère. Là ou la dignité des sahraouis est réellement préservée, c’est bel et bien au Maroc.

Nombre de ces pauvres naïfs se sont crus malins et espéraient s’installer en Europe de cette manière, tout en continuant à se rendre au Maroc, même si c’est contraire à leurs statuts de réfugiés.

Et quand ils tentent de corriger leur erreur et manifester à nouveau leur marocanité, ils se font menacer par les polisariens de diffuser leurs vidéos ou ils vomissaient le Maroc. Ainsi se renferme sur ces pseudo-séparatistes vrais-migrants le piège des polisariens.


Grosse gueule édentée

Le cas Fayçal ’Boukhnouna’ est plus risible qu’autre chose. Une grosse gueule bourrée de mauvais vin, de barbituriques et de joints de haschich qui éructait sa haine pour le Maroc par vidéo, appelant à égorger les Marocains, à les empoisonner et à mettre les villes du sud du royaume à feu et à sang.

Il suffisait d’entendre sa litanie d’insultes ordurières et sa gestuelle de paranoïaque hystérique pour se rendre compte qu’il ne serait même pas capable de supporter le bruit de balles sans détaler comme un lapin. Le chien qui aboie ne mord pas.

Sauf que cette loque humaine a servi de porte-voix à ses manipulateurs polisariens et ses dangereux appels au meurtre ne pouvaient pas passer sans qu’il soit appelé à en répondre devant la justice.

Cet énergumène doit servir de leçon aux séparatistes porteurs de la nationalité marocaine. Pour les polisariens des camps de Tindouf, dont une bonne partie sont des sahraouis d’Algérie, de Mauritanie et du Mali, tout Marocain, aussi séparatiste qu’il soit, ne fait pas partie de leur clan.

Séparatistes, arrêtez vos bêtises !

C’est encore plus vrai pour les originaires de la région de Guelmim-Oued Noun, qu’ils soient de Guelmim, Tan-Tan ou Assa-Zag, pour la simple raison que ladite région ne fait pas partie des territoires dits contestés.

Le tribalisme des polisariens est poussé à son extrême, soutenu en cela par une Algérie qui préfère voir des sahraouis algériens tirer les ficelles en se cachant derrière les séquestrés marocains des camps de Tindouf.

Il est plus que temps pour les séparatistes de l’intérieur et ceux installés en Europe d’arrêter leurs bêtises et de prendre conscience que s’ils réfutent leur marocanité, les mafieux qui séquestrent leurs cousins en Algérie les considèrent quand même comme des Marocains et ne font que profiter de leur penchant tribal pour les manipuler.

Quant à Fayçal ‘Boukhnouna’, il va avoir désormais tout le temps pour se moucher en se remémorant les bons moments passés dans son pays avant de le trahir.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Lundi 5 Avril 2021

Dans la même rubrique :
< >




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG