Menu

L’arrêté des comptes nationaux confirme la récession

Le taux du PIB non agricole passe de 3,7 % en 2019 à -6 % en 2020


Les chiffres officiels afférents à la situation économique de l’économie nationale au titre de l’exercice 2020 viennent de tomber. Et confirment, si besoin est, la récession, déjà ressentie, qu’aurait induit l’effet des conséquences de la pandémie conjugué à deux années successives de sécheresse.
En tant que principal producteur de l’information statistique économique, le HCP dévoile l’arrêté des comptes nationaux qui renseignent sur un certain nombre d’indicateurs ayant accompagné et ou façonné le déroulé de la conjoncture 2020.



l_arrete_des_comptes_nationaux_confirme_la_recession.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (3.37 Mo)

D’emblée, l’on retiendra de ces indicateurs, que suite à un recul de 5,8 % des activités non agricoles et une baisse de 8,6 % du secteur agricole, l’économie nationale s’est contractée de 6,3 % au lieu d’une croissance de 2,6 % enregistrée une année auparavant.

Avec la baisse de 7,6 % des impôts nets des subventions sur les produits au lieu d’une hausse de 1,9 % l'année précédente, le taux d’accroissement du produit intérieur brut en volume, hors agriculture, est passé de 3,7% en 2019 à -6 % en 2020.

Cette contre-performance s’est aussi traduite par une chute de 6 % de la demande intérieure avec une contribution négative à la croissance de 6,5 points et un recul de 14,3 % de celle de l’extérieur avec une contribution négative à la croissance de 5,6 points. Et ce, au moment où les importations de biens et services ont connu une forte baisse de 12,2 % au lieu d’une augmentation de 3,4 % en 2019, avec une contribution négative à la croissance de 5,8 points au lieu d’une contribution positive de 1,7 points l’année passée.

Le HCP fournit plus de détails

Les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une baisse de 4,1 % avec une contribution négative à la croissance de 2,3 points.
L’investissement brut (formation brute de capital fixe et variation des stocks) a enregistré un net recul de son taux d’accroissement passant de  -0,4 %  en 2019 à -14,2 % en 2020, avec une contribution à la croissance de -4,6.

En revanche, la consommation finale des administrations publiques a affiché un taux d’accroissement de 1,7 % en 2020 au lieu de 4,7 % une année auparavant.

Qu’en est-il du besoin de financement ?

A ce niveau, le HCP évoque un certain allégement dans la mesure où le besoin de financement de l’économie nationale est passé de 4,1 % du PIB en 2019 à 1,8 % en 2020. Eu ce, suite un certain nombre de facteurs dont une hausse de 24,2 % des revenus nets reçus du reste du monde, une épargne nationale située à 26,7 % du PIB et un niveau d’investissement brut qui a représentant 28,4% du PIB au lieu de 31,9 % une année auparavant.

En chiffres, le besoin de financement de l’économie nationale s’est ainsi allégé passant de 4,1 % du PIB en 2019 à 1,8 % en 2020.






Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Lundi 7 Juin 2021

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Juin 2021 - 11:41 RN : La claque des régionales




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site