Menu

L’éternel retour du cumul des mandats électifs !




l_eternel_cumul_des_mandats.mp3 mp3  (4.75 Mo)

Faire revient à défaire ?
 
Un sujet tatillon, digne d’un horloger, cyclique, qui fait tic. Un marronnier type, bon train, bon souffle, qui laisse gamberger bon nombre, bon public sur l’éternel cumul des mandats électifs. Certains, d’un pas réglé, éculé, y vont de leur voltage,  sans lanterner, nous ressasse, à tort, à raison, que le cumul des mandats serait une aberration.

Qu’il sied que de parer, dans l’urgence, à cette affaire élective, qui sous-tend qu’un élu est de nature éclectique, touche-à-tout, peut dans le chaud de l’occasion, combiner, à titre d’exemple, sa charge de député, à celle de maire.

Que cette manie multitâche, ne pourrait, par dispersion, que porter préjudice aux tâches allouées. Que l’une se concevrait  de facto au détriment de l’autre, qu’elles pourraient, pour les téméraires, s’exclure l’une l’autre, que bâcler de ces devoirs citoyens serait immature, que  le conflit d’intérêt pourrait pointer du nez,  que faire à moitié serait défaire, qu’il sied de cadrer son appétit, la régler sur l’unique tâche, qu’un revenu devrait sauter, revenir à un autre, et de droit, et qu’assez c’est assez ! 
 

Ce cumulard bon sondeur !
 
D’autres, non-catégoriques, tout aussi fixistes, chaussant de l’absolu, un pied  de conviction, l’autre de surprise, peinent à percuter, et c’est là leurs dires, de par quelle étourderie, leurs rivaux, entêtés, hermétiques, se refusent à concevoir que deux tâches puissent se chevaucher sans entraves, qu’au contraire, et devant le niet de leurs rivaux majuscules, ces tâches se compléteraient, se nourriraient de l’une l’autre.

Et à l'instar des téméraires, de ceux qui rechignent à se rencontrer si ce n’est aux extrêmes, anguleux, irascibles,  pullulent autant de ce côté que de l’autre, ceux-là vous avancent, sans ciller, qu’un député n’atteindrait,  ne couperait son potentiel, vous abreuve, ici,  de droite et d’intersection comme pour mathématiser leur allégation, que si le député donc,  s’affairait  à la gestion locale de sa commune ou autre.

Qu’il est de par ses prérogatives,  plus à même de diagnostiquer les humeurs des locaux,  tâter leurs pouls citoyens,  porter leurs maux aux enceintes du parlement, puissent-t-elles accoucher  d’un remède au point. 



Travaillez plus, gagnez moins !
 
D’autres, aèrent de ces formules en bloc, réchauffées pour l’occasion, soufflent sur vos airs désemparés, vous disent que ces élus-là, pourraient, par hyperactivité, excès de zèle, volontariat, souci patriotique,  jumeler deux mandats, les ajuster à leur ubiquité, s’étaler par acquit de conscience, mais  concéder l’un des revenus à la caisse de L’État.

Un critère pour ces mesureurs-sondeurs de foi, qui gigotent, gesticulent, en leur âme et conscience, que tout ce qui est monnayable serait sujet à caution, qu’il faudrait exercer, charger,  garder l’œil, lever le pied sur ces appétits réputés  voraces, que si toute peine méritait salaire, une double peine se résout à l’une. Et c’est à prendre ou à laisser.

Et pour aider à placer le curseur, lorgner  cette course valeur aujourd’hui, les propositions, en nombre,  des partis politiques eu égard de la prohibition  du cumul des mandats fut approuvé par le ministère de l’intérieur. 
 
Hicham Aboumerrouane 








Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté