Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








L’investissement public, moteur de développement ?


​Un projet de loi de finances s’apprécie essentiellement par l’importance accordée aux dépenses de l’investissement. Ce sont ces dernières qui exercent plus d’impact sur l’économie et la société de par leurs « effets d’entrainement » tant à l’amont qu’à l’aval. Qu’en est-il dans le cas du Maroc ? C’est à cette question que nous tenterons modestement d’apporter des éléments de réponse dans la perspective de prolonger le débat qui se déroule actuellement au sein de l’enceinte parlementaire sur les orientations du PLF 2022. Un débat que nous voulons serein, sans parti-pris et sans agitation inutile.



Par Seddiki Abdeslam

Il serait bon de rappeler de prime abord  cette évidence : la loi de finances, dont le budget de l’Etat constitue une composante fondamentale, n’est pas un « amas »  de ressources et de dépenses. Comme une maison n’est pas un amas de pierres et de béton.

C’est une construction scientifique bien élaborée   dans le cadre d’une discipline académique portant le nom de « science des finances publiques ». 

Ainsi,  un budget est soumis au respect de quelques principes   généraux comme l’annualité, la spécialité, l’universalité  et l’unité. A ces quatre principes  de base  se sont ajoutés deux autres :    la sincérité et  l’équilibre budgétaire. 

Tout cela  pour permette plus de  visibilité et une meilleure lisibilité, afin que les gouvernements s’astreignent  à respecter la volonté populaire et à gérer sainement les biens  publics et l’argent du contribuable, une fois qu’ils aient obtenu l’autorisation  parlementaire pour lever l’impôt et  créer la dépense.   D’ailleurs, on a instauré au niveau international un classement de pays selon le niveau de leur transparence budgétaire. Le Maroc se retrouve dans une  position  proche de la moyenne mondiale.

Le budget est donc un ensemble de ressources  face à une série de dépenses. Intéressons-nous à ces dernières. 

Celles-ci sont de trois sortes : les dépenses de fonctionnement, les dépenses relatives au service de la dette et les dépenses d’équipement.  Les deux premières, surtout celles relatives au fonctionnement,  sont incompressibles et indispensables.  Les dépenses de fonctionnement, constituées par les salaires versés aux fonctionnaires  de l’Etat, les frais de fonctionnement de l’administration et un certain nombre de charges communes  relatives au soutien des  prix de produits de base,  appelées également dépenses  ordinaires, n’ont qu’un effet limité, qui s’exerce au niveau de la demande et du pouvoir d’achat de la population. Bien sûr,  un accroissement de la demande  a un effet favorable sur l’investissement et donc sur l’offre inversant  une loi selon laquelle « chaque offre crée sa propre demande » (Jean Baptiste Say).

En revanche, les dépenses d’investissement  sont celles qui ont le plus d’impact  sur l’économie. C’est à leur aune que l’on  juge un budget d’expansionniste ou d’austéritaire.  C’est  en fonction de l’importance de l’investissement public, que l’on apprécie la nature de l’Etat : libéral ou interventionniste, gendarme ou providence.  Cet investissement public pourrait  constituer un véritable moteur de l’économie  et un stimulant au développement d’une complémentarité  avec   l’investissement privé dans une stratégie de développement autocentrée et intégrée. 

L’on sait en effet que l’investissement public, de par l’effet du « multiplicateur keynésien »  produit une augmentation multiple du revenu. Un dirham investi aujourd’hui pourrait générer, à terme, un revenu de 5 DH ! Ce revenu additionnel  sera affecté, à son tour, soit à la consommation, soit à l’épargne et donc à l’investissement.  Il s’agit, dans ce cas, de l’effet accélérateur. Ces deux effets, multiplicateur et accélérateur,  ne jouent parfaitement que dans une économie autocentrée et intégrée.  Car, dans les économies  dépendantes et désintégrées, ces effets sont très réduits et s’exercent  dans  les économies du « Centre »  pour utiliser une notion chère à l’Economiste Samir Amin.

C’est pour cela que l’investissement public au Maroc, malgré son importance relative,  ne produit pas tous les effets escomptés. Il faut pour cela  des  réformes  de structure et un changement de méthodes de gouvernance.

D’abord, il convient de lever un certain nombre d’équivoques autour des chiffres avancés par le PLF.  On parle d’une enveloppe globale de 245 MM DH au titre de l’investissement public qui comprend l’investissement inscrit dans le budget général, de l’investissement des CST (comptes spéciaux du trésor), des SEGMA (services économique  gérés  de manière autonome), des collectivités territoriales (communes et régions), des EEP (entreprises et établissements publics) et du Fonds Mohamed VI pour l’investissement. 

Tel qu’il est annoncé, ce montant  de 245 MM DH nos parait  énorme. Il représente plus de 20% du PIB !  Mais en décortiquant ce chiffre à la lumière des faits, on revient à des proportions beaucoup plus modestes. D’abord, il y a une différence entre le prévu et le réalisé. Le taux de réalisation oscille dans une fourchette de 60 à 80 %. En  nous plaçant dans  une hypothèse optimiste, celle de 7O%, ce chiffre  est ramené à 170 MMDH. Ensuite, ce qui est réalisé ne se fait pas dans les règles saines de gestion en raison de multiples dysfonctionnements et anomalies  telles quelles ont été   relevées  dans les rapports  de la cour des comptes et d’autres organismes. Enfin, on rencontre plusieurs zones d’ombre dans les chiffres  et les transferts  du budget soit vers les EEP ou vers  les CST et surtout vers ces derniers appelés, non sans exagération « caisses noires ». 

C’est pour remédier à ces insuffisances et améliorer l’efficacité de la dépense publique et le rendement de l’investissement public que des réformes sont lancées notamment au niveau du secteur public.  Les choses sont encore à leur début. Mais l’intention est bonne : on préconise une gestion axée sur les résultats, une  reddition des comptes, un redimensionnement   et une restructuration du secteur public …. La création de l’Agence Nationale de gestion stratégique des participations de l’Etat a comme mission de vieller d’assurer la cohérence et la convergence entre les parties du puzzle.  

Ces réformes de fond, comme celles devant intéresser  le secteur privé en lui coupant les ponts avec les sources de la rente et les positions monopolistiques, pour le ramener  à jouer sur le terrain de la rationalité et de la concurrence,  sont des préalables à  la mise en place effective d’un NMD.  Ce faisant, on donnera  confiance aux citoyens   dans l’avenir en leur montrant que le changement  n’est pas une fiction, encore moins une parodie.  C’est un changement voulu et assumé. C’est du sérieux. Tout atermoiement dans ce  sens ne  ferait que courir à notre pays des risques dont il faut  bien se passer.  Nous avons d’autres défis à relever.

D’autres chats à fouetter. 

Par Seddiki Abdeslam




Vendredi 29 Octobre 2021

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | Revue de presse | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.