Menu

La candidature du Maroc à la Fédération Internationale des Acteurs, renouvelée


Le 22ème Congrès de la FIA, Fédération Internationale des Acteurs, retient encore une fois la Maroc en tant que membre du comité exécutif. Une réélection qui le met côte à côte avec des pays comme le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Inde, la Croatie, le Danemark, l’Argentine et la Turquie.



A lire ou à écouter en podcast :

la_candidature_du_maroc_a_la_federation_internationale_des_acteurs,_renouvelee.mp3 La candidature du Maroc à la Fédération Internationale des Acteurs, renouvelée.mp3  (2.7 Mo)

Le Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques est l'organe qui a représenté le Maroc lors de cette rencontre internationale via son président M. Messaoud Bouhcine.

Plusieurs sujets et problématiques ont été relevés lors de ce congrès, surtout que ce domaine de la culture a été très touché par la crise sanitaire et ses répercussions socioéconomiques. Le contexte n'a pas laissé une grande marge de travail aux artistes, les "confinant" dans leurs créativités aussi.

Parmi les sujets traités par les syndicats et autres opérateurs du secteur, outre ceux liés à la covid 19, certains, d'ordre professionnel, sont liés à la coopération mutuelle, à la production et à la coproduction internationale, aux droits fondamentaux des artistes, à la diversité culturelle et à la propriété intellectuelle.

Le Congrès a permis également l'approbation d'un ensemble de projets de motions dont l'un a été présenté par le Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques avec d'autres Syndicats de pays comme la France, la Turquie, le Portugal, l’Espagne, la Belgique, l’Ukraine, l’Irlande, la Suisse et le Canada.

Ces projets concernent la protection de la diversité culturelle ainsi que le statut de l’artiste pendant la période de la pandémie, notamment dans les domaines du théâtre, des arts vivants et du cinéma. Lesdits projets respectent la Recommandation relative à la condition de l’artiste (Belgrade 1980) et la Convention de la même organisation concernant la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005).

Cette motion a alerté sur les répercussions de la pandémie qui a poussé à l’arrêt de nombreuses institutions de spectacle dans de nombreux pays. Le plaidoyer a été lancé, au niveau national et international, pour une reprise du travail des institutions de spectacles, même sans public dans les cas les plus extrêmes, afin d’assurer la continuité et de préparer à la relance du mouvement artistique. Dans ce cadre, le congrès a aussi appelé la nécessité d'intégrer le secteur culturel dans des programmes destinés à la relance de la vie économique et sociale, allouant des budgets pouvant le faire émerger après la pandémie.

La Fédération a été également sujet de remous dans sa structure, à travers le renouvellement de six de ses membres du présidium, à savoir, la France, l’Uruguay, el Royaume-Uni, la Suède, le Canada et la Russie.







 






Mardi 11 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html






L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site