Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search






La sismothérapie ou traitement par l’électricité contre les dépressions récalcitrantes


La sismothérapie ou traitement par le courant électrique est une technique thérapeutique très pratiquée aux USA et dans les pays scandinaves, contre les dépressions qui échappent aux traitements conventionnels médicamenteux. Qu’en est-il chez nous au Maroc ?



Par Dr Anwar CHERKAOUI

Pr Dr Sakina YAALAOUI, Psychiatre dans le secteur libéral à Casablanca, l'électrochoc ou sismothérapie, appelée également électroconvulsivothérapie, a été découvert fortuitement.

Cela consiste à lancer un courant électrique d’intensité variable sur le cuir chevelu du malade dans le but de créer une crise d’épilepsie. Les médecins ont alors constaté que cela donne de bons résultats chez certains malades atteints de maladies psychiatriques, expLique Dr Sakina Yaalaoui
 
L’électroconvulsivothérapie a été découverte à la fin des années 1930. Le premier cas d’électrochoc a été appliqué en 1938 sur un malade schizophrène. Et on a constaté alors que le malade est devenu plus calme, plus sage et surtout moins délirant. La sismothérapie a été utilisée de façon empirique jusque dans les années 1970, mais son usage est aujourd’hui bien contrôlé, affirme Dr Sakina Yaalaoui.
 
Il faut préciser,  indique Dr Yaalaoui, que toute séance d’électrochoc se fait sous anesthésie générale en présence d’un anesthésiste réanimateur. Et elle obéit donc à tout examen pré anesthésique.

Dans ce sens, il faut faire tout un bilan sanguin, ophtalmique, cardiaque et neurologique, afin d’éliminer toute contre-indication ou risque de complication.

Il est donc impératif avant de réaliser un électrochoc, de réaliser un Fond d’œil et un scanner cérébral. Et ce n’est qu’en obtenant le feu vert des radiologues, qu’il n’y a pas de de processus évolutif, notamment tumoral au niveau cérébral, qu’on peut alors procéder à la réalisation de la première séance de sismothérapie
 
La principale indication à l'électrochoc en psychiatrie, c’est la résistance aux traitements conventionnels. Un malade qui ne présente aucune évolution favorable sous traitement chimique ( médicaments) et psychothérapeutique, donnés à la bonne dose et pendant la durée nécessaire, sont les premiers candidats à bénéficier du traitement par électrochoc.

Ainsi quand on donne un traitement neuroleptique ou antidépresseur à la bonne dose et la bonne durée et le patient ne présente aucune bonne évolution, l’électrochoc est fortement indiqué, insiste Dr Yaalaoui 

De même, dans certains cas de femme enceinte souffrant de dépression ou de schizophrenie, on propose la sismothérapie en première intention, étant donné que pharmacologiquement parlant on a les mains liées L’électrochoc est très efficace. Et il n’y a pas de risque ni pour la femme enceinte ni pour son bébé.
 
Il est important de relever que toute cause qui entraîner une hypertension intracrânienne, qui peut s’exacerber par un électrochoc est la principale contre-indication à cette technique thérapeutique. D’où la nécessité de procéder au maximum d’examens, parfois même, recourir à un IRM associée à un fond d’œil, afin d’éliminer tout risque pour le malade.

L’examen cardiovasculaire est également indispensable, car en cas d’antécédent d’infarctus de myocarde ( communément appelé crise cardiaque) ou en cas d’accident vasculaire cérébral (AVC), survenu il y a moins de 6 semaines, l’électrochoc est contre-indiqué.
Ce qu’il faut remarquer c’est qu’avec l'électrochoc, les résultats positifs se voient rapidement dès les premières séances, effectuées généralement durant une semaine.

Le malade n’exprime plus de façon intense ces idées noires pour le dépressif récalcitrant et il est moins délirant pour le schizophrène .
Pour cette psychiatre expérimentée, il y a un traitement de démarrage qui doit être intensif, pour obtenir de bons résultats. Ce sont quinze séances, à raison de 3 séances par semaine. Puis on diminue les séances en fonction de l’amélioration de l’état clinique du malade. Cela comporte par ailleurs un traitement d’entretien, à raison d’une séance par mois, voire tous les 2 mois. Pour certains patients, une séance semestrielle est largement suffisante pour maintenir l’équilibre thérapeutique.
 
Dr Sakina YAALAOUI, insiste sur le fait, qu’en tant que psychiatre, elle ne commence une séance d’électrochoc, qu’en présence d’un médecin anesthésiste réanimateur, afin de parer à tout incident lié à l’acte d’anesthésie générale.

A ce propos, Pr Mohammed ADIB GHASSANE, chef du service d’anesthésie réanimation au CHU de Marrakech, précise que l’électrochoc est une technique thérapeutique qui nécessite une anesthésie générale même de courte durée, afin de parer aux risques respiratoires et  cardiaques.

Donc cette acte thérapeutique doit obéir à toutes les conditions de sécurité, à savoir une consultation pré anesthésique, un lieu approprié avec matériel optimal : monitorage , ventilation , aspiration , defibrillateur..…

D’ailleurs, précise ce professeur d’anesthésie réanimation, les recommandations scientifiques de la société Marocaine d’anesthésie réanimation inclut également la sismothérapie.

Chaque séance dure environ vingt minutes. Une stimulation électrique est délivrée afin de provoquer une crise convulsive généralisée qui dure entre 20 et 120 secondes. Les effets de l’anesthésie se dissipent quelques minutes après la convulsion. Lorsqu’il a retrouvé conscience avec un état respiratoire et cardiovasculaire satisfaisant, le patient est conduit en salle de réveil et surveillé pendant environ une heure.

Pour les effets secondaires, précise Dr Sakina YAALAOUI, ils sont légers et éphémères. Il peut s’agir de maux de tête ou d’amnésie critique.

Le patient ne se souvient pas de l’instant juste avant l’acte. Mais c’est une amnésie de courte durée et réversible. Après la cure, très progressivement le malade récupère ses capacités cognitives.

En termes de résultats, Dr Sakina Yaalaoui, insiste sur le fait que cette technique est pratiquée chez les adultes et non chez les personnes âgées. Et en termes de bons résultats, Dr Yaalaoui, a comme indicateur : disparition des symptômes dont souffraient le ou la patiente.

On constate que pour le malade qui était en dépression, son humeur s’améliore, parfois même présente une certaine forme d'excitation et  pour le malade schizophrénique, il présente moins de délires.
 
 Dr Anwar CHERKAOUI 

 

Lu 134 fois
Vendredi 24 Septembre 2021





Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.







Les informations de ce portail sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de ce portail d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.


Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html















Partager ce site