Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




Le 8 Mars et Balzac, le révolutionnaire…


« Tous ses livres ne forment qu'un livre, livre vivant, lumineux, profond, où l'on voit aller et venir, et marcher et se mouvoir, avec je ne sais quoi d'effaré et de terrible mêlé au réel, toute notre civilisation contemporaine, livre merveilleux que le poète a intitulé Comédie et qu'il aurait pu intituler Histoire […]
À son insu, qu'il le veuille ou non, qu'il y consente ou non, l'auteur de cette œuvre immense et étrange est de la forte race des écrivains révolutionnaires. »
Victor Hugo



Par Dr Samir Belahsen

Je suis revenu fouiller ce  8 Mars dans la vie de Balzac pour chercher une description d’une concubine Ukrainienne. Une façon légère de penser la femme en ces temps Ukrainiens. Il s’avère que mon imagination est plus « efficace » que ma mémoire et qu’il n’en est rien, aucune trace de la concubine Ukrainienne.

En fait,  le séjour de Balzac en  Ukraine ne lui avait guère réussi, il était déjà épuisé et sa santé se détériorait de plus en plus. 
Incapable de  voyager, il dut rester au repos de nombreux mois à Kiev avec  Mme Hanska de moins en moins agréable. La polonaise qui fut sa mécène épouse  ne supportait plus son amour de la dépense à outrance…Mme Hanska était en fait une noble Polonaise et non, comme imaginé, une belle créature Ukrainienne par l’adolescent que j’étais à l’époque ou j’ai fréquenté « La comédie humaine » et « les  Contes drolatiques » de ce grand auteur du 19ème.

J’en ai gardé un souvenir que des spécialistes confirment, Balzac avait une capacité à décrire les femmes difficile à trouver chez un autre auteur. Pendant une période je me plaisais à comparer les femmes du monde réel aux femmes de Balzac.

Je dois avouer que c’était mon petit jeu secret, comparer les personnes réelles de ma vie à des personnages de romans ou de films.(Je divulguerais un jour quelques profils de romans qui collaient bien avec des personnes que j’ai connues)
C’est dire le réalisme de ce Pionnier du roman moderne.

 Balzac décrivait la réalité, toute la réalité la totalité de la réalité, toutes les réalités même les plus laides et les plus vulgaires pour son époque. 

Un peu sociologue, il nous a décrit avec art la montée du capitalisme et la toute-puissance de l’argent, conduisant à la disparition de la noblesse et à la dissolution des liens sociaux. 

Les types humains de ses personnages sont si vrais et si réels qu’ils sont devenus des archétypes : (Rastignac : le jeune provincial ambitieux ;  Grandet : le tyran domestique avare, le père Goriot : l’icône de la paternité ; Vautrin : le hors-la-loi). Coté femmes, il décrit aussi bien les courtisanes de l’époque que des femmes admirables et angéliques. Ce qui donne aux personnages de Balzac cette dimension, c’est sa capacité à en approcher la complexité, son acharnement à ne rien négliger.

Je suis revenu en lire quelques passages pour le plaisir de me remémorer la discrète  jalousie  que je vouais à l’auteur, mais aussi pour en choisir un à partager avec vous :
Portrait de La duchesse de Langeais :
« C'était une femme artificiellement instruite, réellement ignorante ; pleine de sentiments élevés, mais manquant d'une pensée qui les coordonnât ; dépensant les plus riches trésors de l'âme à obéir aux convenances ; prête à braver la société, mais hésitant et arrivant à l'artifice par suite de ses scrupules ; ayant plus d'entêtement que de caractère, plus d'engouement que d'enthousiasme, plus de tête que de cœur ; souverainement femme et souverainement coquette, Parisienne surtout ; aimant l'éclat, les fêtes, ne réfléchissant pas, ou réfléchissant trop tard ; d'une imprudence qui arrivait presque à de la poésie ; insolente à ravir, mais humble au fond du cœur ; affichant la force comme un roseau bien droit, mais, comme ce roseau, prête à fléchir sous une main puissante ; parlant beaucoup de la religion, mais ne l'aimant pas, et cependant prête à l'accepter comme un dénouement. Comment expliquer une créature véritablement multiple, susceptible d'héroïsme, et oubliant d'être héroïque pour dire une méchanceté ; jeune et suave, moins vieille de cœur que vieillie par les maximes de ceux qui l'entouraient, et comprenant leur philosophie égoïste sans l'avoir appliquée ; ayant tous les vices du courtisan et toutes les noblesses de la femme adolescente ; se défiant de tout, et néanmoins se laissant parfois aller à tout croire ?........ »
Enfin, pourquoi Hugo a dit que c’était un révolutionnaire ?

Une réponse nous est offerte par certains auteurs de gauche : La perspicacité de Balzac sur les conditions de la classe ouvrière lui a valu le respect et  l’estime de nombreux socialistes. Engels avait bien dit que Balzac était son écrivain préféré.  Marx faisait également quelques références à certaines œuvres de Balzac. Il se dit même que Trotski aurait lu Balzac en pleine réunion du Comité central.

A mon sens, Balzac a surtout révolutionné le roman par son réalisme. 

Rédigé par Dr Samir Belahsen





Samedi 12 Mars 2022

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Août 2022 - 06:45 De la lucidité à l’action

Dimanche 7 Août 2022 - 19:39 Succès inconsistant d’Israël à Gaza

Billet



Magazine créé avec Madmagz.