Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search




Le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance mondiale et énumère des priorités à l'action publique


Le Fonds Monétaire International vient de procéder à une mise à jour des perspectives de l'économie mondiale et parle, à cet effet, d'un "horizon sombre et plus incertain".
En guise d'argumentaire à ses propos, cette institution de Bretton Woods met l'accent sur un certain nombre de facteurs qualifiés d'influents et avance des chiffres.



Écouter le podcast en entier :


Tels qu'énumérés par le FMI, ces facteurs se rapportent à des risques commençant à se matérialiser et rompant avec la timide reprise observée au titre de 2021.

 
Il s'agit de la production mondiale qui s’est contractée au deuxième trimestre de cette année, du fait de ralentissements de l’activité en Chine et en Russie conjuguée, aux USA, à des dépenses des ménages étaient en deçà des attentes.


Le tout baignant dans une atmosphère conditionnée, dans le monde entier, par une inflation plus forte que prévu, un durcissement des conditions de financement et des retombées découlant du conflit russo-ukrainien.


Du coup, les prévisions de l’édition d’avril 2022 des Perspectives de l’économie mondiale sont revues à la baisse, à hauteur de 0,4 point de pourcentage.

Un chiffre est lâché : La croissance devrait ralentir  à 3,2 % en 2022 contre 6,1 % enregistrée une année plus tôt.


Et ce, au moment où, l’inflation mondiale est revue à la hausse du fait de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, ainsi que des déséquilibres persistants de l’offre et de la demande. Et devrait atteindre, au titre de cette année, 6,6 % dans les pays avancés et 9,5 % dans les pays émergents et les pays en développement.


Et sur la base d’un quatrième trimestre à l’autre, les projections de référence de l’inflation mondiale, telles que déclinées par le FMI, situent celle-ci à 8,3 % en 2022 alors que l’édition d’avril 2022 des Perspectives de l’économie mondiale retenait 6,9 %. Et ce, au moment où, dans les pays émergents et les pays en développement, au titre de la même base, l’inflation devrait atteindre les 10 % .


Et ce n'est pas tout

Partant du fait que les risques qui pèsent sur les perspectives sont très largement orientés à la baisse, le FMI signifie que dans un tout autre scénario qualifié de plausible et où les risques se concrétisent, l’inflation s’accroît encore et la croissance mondiale est ramenée à 2,6 % et à 2,0 % environ en 2022 et 2023.


Que faire alors ?

A ce stade, le FMI raisonne actions publique et lui identifie des priorités dont l'essentiel consiste à:

 

 Rétablir la stabilité des prix tout en protégeant les couches vulnérables de la population ;

 Se préparer à un resserrement du crédit et à l’instabilité financière ;

 S’attaquer à la crise alimentaire et à la crise énergétique ;

Écarter les risques liés à la pandémie tout en limitant les perturbations économiques ;

 Faciliter la transition vers une économie à faible émission de carbone.

 
En d'autres termes, le FMI estime que "la hausse des prix continue d’amputer considérablement les niveaux de vie dans le monde entier, il faudrait en priorité que les décideurs modèrent l’inflation".

 Et ce, parallèlement au fait qu' "un durcissement de la politique monétaire aura inévitablement des coûts économiques réels, mais tout retard ne fera que les exacerber".

 
Et qu'"un soutien budgétaire ciblé peut contribuer à amortir leurs effets sur les couches les plus vulnérables de la population. 
 
Toujours est-il que "devant des budgets publics déjà obérés par la pandémie et la nécessité d’adopter une politique macroéconomique globalement désinflationniste, il faudra compenser ces mesures par une hausse des impôts ou une baisse des dépenses publiques". 
 
Sans oublier que "le durcissement des conditions monétaires aura aussi une incidence sur la stabilité financière et obligera à recourir de façon judicieuse aux instruments macro-prudentiels", et qu'il " sera donc d’autant plus nécessaire de réformer les dispositifs de résolution des dettes. 

Et garder aussi à l'esprit que "les mesures visant à remédier à des conséquences particulières sur les prix de l’énergie et des produits alimentaires doivent être axées sur les catégories les plus éprouvées sans fausser les prix".





Noureddine Batije
Noureddine BATIJE est un journaliste spécialiste en investigation journalistique et traitement de... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 3 Août 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 3 Août 2022 - 14:17 Se méfier du tigre blessé

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.