Menu

Le PJD ou la politique de l’absurde...




le_pjd.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (3.48 Mo)

Le PJD, un sourire avorté...

 

Une page racornie ?chiffonnée ? bientôt arrachée et de vitesse ? reléguée aux archives-mauvaise-passe ? Deux mandats deux misères ? 

 

L’utopie populaire se pouponnant d’un référentiel-bonne-pratique, baigné dans le ciel...vire-t-elle au fiel ?

 

Le printemps arabe perd ses illuminés en chemin...une gifle-éveil lourde à contrer aussi joufflu le soit-on.

 

Une population qui confondait dans son « élévation »  la baguette de Moïse avec un parti sauveur-islamiste. 

 

La surenchère dribblait toutes les consignes, et les reserves...tenues à la réserve. 

 

Aux yeux d’une masse en « transe », un « rêve » affamé n’a point d’oreilles. 

 

Pour elle, nul parti n’eut cet « habit » blanc pour présider aux sacralités  d’un Maroc nouveau. 

 

Le référentiel islamiste, gage de tous les sur-passements. 

 

Dix ans passés, le constat , vu de l’œil le plus simpliste, ne prête à sourire aucun. 

 

Passage obligé pour une fougue...chargée en naïvetés à bout de flammes ? 

 

N’est-il pas temps de souffler ? De parler bon sens ?  

 

D’abord, un mauvais bilan... 

 

D’autant plus que la mouvance islamiste fit long feu là où elle fut portée aux nues... 

 

N’est-ce pas que ( bottom-line ) comme diraient les anglais, ou qu’en somme, nos pays du Maghreb se sont, dans leur « dérive »  romanesque, brûlés les doigts ? 

 

Qu’un printemps ne se fait pas en un jour ? Que la recette se veut comme ingrédient :  une évolution lente ? 

 

En sort un parti plus libéral que les libéraux, sapeur-pompier, non-visionnaire. Le triptyque d’une dégringolade. 

 

Une classe moyenne par terre, un pouvoir d’achat à la ramasse, une éducation à vous retourner  les sens, une caisse de compensation goupillée, les écarts creusés, ostentatoires, une décohésion sociale, un modèle de société à revoir...

 

Devait-on encore énumérer ce qui va de travers pour juger de la marche bancale, déclinante des êtres et des choses ? Non. 

 

 

Loin de tout euphémisme, certains mettent moins de temps à titrer d’opportuniste politique le parti en tête, pour que remonte jusqu’à vous de cette ivresse-pouvoir, sa propension à dissoudre les constances, seraient-elles des plus « ferreuses » . 

 

 

 

D’autres renchérissent sur la flexibilité d’un parti dit « rodé  au pragmatisme politique ».

 

Clin d’œil à la normalisation avec Israël signé du chef de l’éclaireur de la « lampe » , contrebalancé sur le tard de par une lettre hasardée ? Au chef de Hamas ? 

 

Quelle lecture peut-on en faire ? Quel message en tirer ? À quelle visée peut-on conclure ?

Le PJD coupera-t-il d’avec ses avancées « historiques » une fois boudé par les urnes ? 

 

À noter que cette affaire « venue d’Amérique » fit tapage dans le circuit interne...d’une lampe qu’on crut imploser...

 

Faut-il que le PJD se « case »  dans  l’opposition pour que transperce  ( à nouveau ? ) un parti  de positon ? Affaire à suivre. 
 

 L’incohérence au rendez-vous !

 

 

Et si on mesurait plus en avant la cohérence des actes « lampistes » ? 

 

De quel oeil peut-on juger un parti adopter un projet de loi, voter contre ce même projet de loi ? 

 

Ceci ne participe-t-il pas de l’absurde ? Clin d’œil au  projet relatif à la légalisation du cannabis... 

 

pouvons-nous seulement nous empêcher d’y voir  une « loucherie » ? 

 

Est-ce  sortir du lot, à tout prix ...à ses dépens ? Un populisme mal placé ? Une course  dernière minute pour se refaire à la va comme je te pousse ?

Une route barrée à Benky ? A la recherche d’une brèche ? Une brèche de retour ?  


Refuse-t-il d’en porter le fardeau symbolique ? Si tel est le cas  ne devait-Il pas s’affairer à couper la voie à d’autres substances illicites ? Pour un usage premier, loin d’être cosmétique, pharmaceutique...
 

Quels autres tours  le PJD sortirait-il de son chapeau d’ici Septembre ? 

 

 

,






Mardi 8 Juin 2021

Dans la même rubrique :
< >