Menu

Le polisario n’aime pas le Hamas


Au petit matin du 16 mai, une dizaine de polisariens seraient passés de vie à trépas, aux environ de Mahbes, selon des informations en provenance des camps de Tindouf, en Algérie.



Soldat des FAR aux polisariens : "Approchez pour voir..."
Soldat des FAR aux polisariens : "Approchez pour voir..."
Un convoi de quelques véhicules armés et infestés de polisariens aurait vu pleuvoir des obus, à peine a-t-il pénétré la zone démilitarisée, aux environs de Mahbes, le 16 mai, vers 2h du matin. Aucune confirmation ou démenti n’a été avancé par les Forces Armées Royales (FAR) à ce sujet.

Dans les camps, on se demande quelle mouche a piqué les dirigeants du polisario pour envoyer leurs miliciens se faire tirer comme des pigeons par les FAR, la zone démilitarisée séparant le Mur de sécurité de la frontière algérienne ne dépassant pas, aux environs de Mahbes, les 3 kms.

Seraient-ils déboussolés, à ce point, par l'absence de Brahim Ghali ?

C'est la faute du Hamas !

Certains disent que Brahim Ghali a muté en un variant algérien du nom de « Benbatouche », après que le cancer qui lui dévore les entrailles se soit ligué avec le virus Srars-Cov2 pour révéler aux habitants des camps de Tindouf à qui va vraiment son allégeance.

D’autres sources, dans les camps de Tindouf ont une autre version de l’histoire. Si des polisariens sont morts en pénétrant dans la zone démilitarisée, c’est la faute du Hamas palestinien !

Tout aurait commencé quand quelqu’un est venu annoncer aux dirigeants polisariens, occupés à comploter en se demandant quel nouveau chef leur choisiront les caporaux d’Alger, qu’une vraie guerre était en train de se dérouler en Palestine.

La vue des missiles du Hamas s’envolant vers leurs cibles en Israël les a mis très mal à l’aise. Que vont penser les habitants des camps en voyant ça ?

Il ne serait plus possible de leur faire passer leurs communiqués quotidiens, annonçant des ‘batailles’ épiques ou des soldats marocains ‘meurent’ par paquets, pour une vraie guerre.

Il fallait agir et vite !

Pour quelques gouttes de carburant

Décision a été prise d’envoyer des véhicules armés escorter un camion citerne chargé de carburant (au prix subventionné sur les deniers du peuple algérien), pour être écoulé, en contrebande, en Mauritanie.

Si le convoi passe, ça fera un peu d’argent frais dans les caisses des polisariens, qui se vident depuis que les caporaux d’Alger sont devenus plus radins, Hirak oblige.

Et puis, il paraît que la facture d’hospitalisation du tortionnaire en chef des polisariens, recherché par la justice espagnole et caché par les autorités espagnoles (la schizophrénie de l’élite politique ibérique aurait atteint un stade très avancé), est assez salée. Parce que là encore, ce sont les citoyens algériens qui passent à la caisse.
Les polisariens ont entendu dire que les Algériens veulent désormais garder leur argent pour eux et pouvoir ainsi s’acheter de la semoule, de l’huile et du lait.

Mais si la citerne se fait transformer en un tas de fer calciné, dont la fumée a balafré le ciel aux environs de Mahbes toute la journée du 16 mai, ainsi que les véhicules armés qui l’escortaient, il y a toujours moyen de prétendre que c’étaient de vulgaires contrebandiers.

Territoires 'interdits'

Le problème, c’est que dans les camps, tout le monde sait que les seuls contrebandiers actuellement, ce sont les proches des dirigeants du polisario, et personne d’autre depuis que la pandémie du Covid et la soi-disant guerre ont servi de prétexte pour interdire toute sortie, sauf aux heureux porteurs d’autorisations.

Par ailleurs, depuis que deux jeunes des camps ont été brûlés vifs par la gendarmerie algérienne, courant mois de mars, les candidats à la Géhenne sur terre se font moins nombreux.

Maintenant, les dirigeants du polisario sont bien embêtés. Les esprits taquins leur demandent quand-est ce que devrait se dérouler une quelconque manifestation dans les ‘territoires libérés’ à laquelle ces dirigeants vont assister. Cela vaut condamnation à mort.

La réunion entamée par les dirigeants du polisario, depuis que la mauvaise nouvelle est tombée, ne serait toujours pas achevée.

Il serait question d’émettre un nouveau communiqué, mais cette fois pour annoncer des tirs de missiles sur Gaza, pour punir le Hamas, coupable de faire passer la guerre virtuelle du polisario pour de la mauvaise plaisanterie.


Terroristes déclassés

Les combattants du Hamas font passer les polisariens pour des guignols
Les combattants du Hamas font passer les polisariens pour des guignols
Les dirigeants du polisario auraient demandé le numéro de téléphone de Netanyahou pour l’assurer de leur total soutien contre le Hamas. Ils se seraient fait répondre que les Israéliens n’ont jamais entendu parler du ‘sandalistan’.

Aucun contact n’a été tenté par les polisariens avec Gaza. Ils se sont déjà fait signifier que le plagiat du drapeau des Palestiniens, même bariolé de l’étoile et du croissant de lune algériens, est déshonorant pour leur noble cause.

Alors delà à demander aux factions palestiniennes de cesser de tirer des missiles sur Israël parce que ça réduit à néant la propagande polisarienne sur une pseudo-guerre contre le Maroc, il y a un pas que les polisariens n’oseraient pas franchir.

La déprime est à son comble parmi les dirigeants du polisario. Ils ont beau appeler les habitants des provinces du sud à commettre des actes de terrorisme, c’est sans écho.

Les seuls ‘séparatistes de l’intérieur’ qui les courtisent sont aussi vénaux que Sultana Khaya et Aminatou Haïdar. Mais les polisariens n’ont plus de pétrodollars algériens à distribuer.

A escroc, escroc et demi

Pourquoi faire, d’ailleurs ? Les quelques brèves vidéos ou l’on voit des jeunes désœuvrés agiter le torchon polisarien, avant de décamper, agacent à Rabbouni.

Au lieu de bêtes sanguinaires qui sèment le chaos dans les provinces du sud du Maroc, les polisariens n’ont que des opportunistes qui veulent leur soutirer de l’argent.

Pour ne rien arranger, les caporaux d’Alger sont trop occupés à rosser les manifestants du Hirak. En plus, ils sont ‘à sec’, après avoir dévoré leurs réserves de devises.

Maintenant que les caporaux d’Alger savent qu’ils ne pourront jamais pêcher des sardines aux environs de Lagouira, ils sont même devenus grognons.

Parce qu’ils les ont quand même payées des centaines de milliards de dollars, ces sardines… Pour rien !

Pas de 'Alya' avec un passeport algérien

Les dirigeants du polisario ont demandé à un vieux sage sahraoui séquestré dans les camps de Tindouf s’ils pouvaient prétendre que leurs tribus sont celles perdues de l’antique royaume d’Israël et pouvoir ainsi y faire leur ‘Alya’.

Il leur a déconseillé d’aller se placer sous les missiles du Hamas et qu’ils feraient mieux de disparaître dans la nature, avant que les habitants des camps ne les lynchent. Mais pas avec des passeports algériens, mêmes diplomatiques, devenus partout douteux.

Selon des rumeurs, le vieux sage sahraoui se serait fait arrêter et jeter dans une cellule de la tristement célèbre prison d’Errachid, pour avoir été surpris en train de faire sa prière du ‘Maghrib’, considérée par les polisariens comme preuve d’attachement à sa marocanité.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Lundi 17 Mai 2021

Dans la même rubrique :
< >