Les réfugiés syriens, victimes du séparatisme kurde


La Turquie a été frappée au cœur, le 13 novembre, à travers l’attentat meurtrier commis dans la principale rue marchande d’Istanbul, Istiklal. Mais les victimes collatérales seront à comptabiliser, par la suite, parmi les Syriens.



Écouter le podcast en entier :


L’analyse des enregistrements vidéos de 1.200 caméras installées autour du lieu de l’attentat a permis à la police turque de procéder à l’arrestation de 46 suspects, parmi lesquels Ahlam Albashir, la poseuse de bombe syrienne, réputée proche du Parti des travailleurs du Kurdistan (Pkk).

Ledit mouvement séparatiste kurde a, toutefois, nié tout lien avec l’attaque terroriste d’Istanbul, qui a fait 6 morts et plus de 80 blessés.

L’opinion publique turque, déjà très remontée contre les réfugiés syriens, ne va cependant pas attendre les résultats de l’enquête criminelle pour désigner ses derniers comme boucs émissaires.

Des réfugiés devenus encombrants

La Turquie accueille, depuis le début de la guerre civile en Syrie, en 2011, quelques 3,7 millions de réfugiés syriens. Leur présence est devenue, toutefois, insupportable pour une large frange de la population turque.

Cédant à la pression des partis d’opposition, qui appellent au rapatriement des réfugiés syriens, puisque les affrontements armés ont cessé dans la majeure partie du territoire de leurs pays d’origine, le président Erdogan en a fait expulser des centaines, selon Human Right Watchs.

Pour les réinstaller dans le Nord de la Syrie, en partie contrôlé par des milices islamistes à la solde d’Ankara, le président turc s’est même engagé à y construire 250.000 logements.

Après avoir très énergiquement soutenu la rébellion contre le régime de Bachar Al Assad, en vain, Ankara, frustrée dans ses ambitions néo-ottomanes, est de plus en plus portée à clore définitivement cette affaire ratée, en trouvant un terrain d’entente avec Damas, mais sans perdre la face.

Sus au séparatisme kurde !

Comme rien ne vaut un ennemi commun pour sceller une réconciliation turco-syrienne, les miliciens kurdes des Forces démocratiques syriennes (Fds), qui tiennent le Nord-est syrien sous la protection du parrain américain, remplissent tous les critères pour jouer ce rôle.

Autant les Syriens que les Turcs sont pressés de supprimer la présence des Fds du Nord-est de la Syrie, les premiers pour récupérer cette portion de leur territoire perdue depuis une décennie et stopper le pillage de ses ressources pétrolières, les seconds pour se débarrasser de la menace du séparatisme kurde à leurs frontières.

Pendant longtemps, les séparatistes kurdes des Fds ont finassé dans leurs négociations avec les représentants du régime de Damas. Les Fds ont bien besoin de se mettre sous le parapluie protecteur de l’armée syrienne contre l’ennemi turc, bien décidé à les annihiler.

Mais, conseillés par les Américains, qui ne veulent surtout pas la fin définitive du conflit en Syrie, les Fds ne permettent pas à Damas d’exercer à nouveau sa souveraineté sur le Nord-est de la Syrie.

L’ombre des Etats-Unis

D’ailleurs, à en croire les services de sécurité turcs, la poseuse de bombe, Ahlam Albashir, aurait été formé dans les camps des Fds, dans le Nord-est syrien.

C’est dans ce contexte qu’il faudrait situer la déclaration du ministre du ministre de l’intérieur turc, Süleyman Soylu, le lendemain de l’attentat, à propos du rejet par Ankara des condoléances présentées par les Etats-Unis.

La Turquie n’a jamais caché sa frustration de voir ses alliés de l’Otan offrir refuge et tribune aux séparatistes kurdes, tout en exigeant sa totale solidarité dans les conflits où les intérêts des pays occidentaux sont engagés.

C’est, d’ailleurs, ce qui explique ce qui s’apparente à un double jeu de la part d’Ankara concernant la guerre Russie-Ukraine.

Erdogan, l’équilibriste

La Turquie vend des drones militaires à Kiev, tout en se positionnant en intermédiaire entre cette dernière et Moscou. Un exercice d’équilibrisme dans lequel le président Erdogan semble particulièrement briller.

A moins d’une année des élections présidentielles en Turquie et dans le contexte d’une économie turque très mal en point, avec une livre turque dont le cours peine à se relever, le président Erdogan est peu disposé à se laisser humilier par les séparatistes kurdes des Fds et leurs commanditaires devant son électorat.

Bachar gagne et perd

Ostracisé sur la scène internationale, incapable de rétablir son autorité sur le Nord-est de son pays, où les Américains, protecteurs des Fds, squattent à Ifrin, le président syrien Bachar Al Assad, ne jubile pas forcément.

Si les Turcs ne vont pas manquer d’exercer une forte pression militaire sur les Fds, les amenant à se mettre sous l’autorité de Damas, pour éviter leur élimination complète, ils vont également déverser des milliers de réfugiés syriens dans le gouvernorat d’Idlib, sous contrôle de Hayat Tahrir Sham (Hts, branche syrienne d’Al Qaïda).

Alors que le bilan macabre de l’attentat d’Istanbul est presque arrêté, la Syrie va juste commencer à en comptabiliser les victimes indirectes.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mardi 15 Novembre 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Mercredi 30 Novembre 2022 - 03:38 Maroc - Canada : Rendez-vous avec l'Histoire Inchallah

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.