Menu

Méditerranée occidentale : Redistribution des cartes


Le Maroc en catalyseur de profonds changements géopolitiques en Méditerranée occidentale, il y a à peine quelques mois, personne n’y aurait cru. Entre sécurisation de la voie de communication vers l’Afrique subsaharienne, lune de miel post-Brexit avec les Anglo-saxons et nouvelles opportunités au Proche-Orient, suite à la reprise des relations avec Israël, le royaume anticipe pour mieux se positionner dans la région.



Carte de la Méditerranée occidentale
Carte de la Méditerranée occidentale
Le récent renforcement marquant des relations entre le Maroc et les Etats-Unis semble avoir enclenché tout un processus géopolitique de redistribution des cartes en Méditerranée occidentale. Il est, cependant, difficile de prédire la nouvelle configuration régionale qui va en découler.

La première remarque est que la décision américaine de reconnaître la marocanité du Sahara semble avoir pris de surprise la plupart des principaux acteurs de la région. Ce qui veut dire que les Etats-Unis et l’Union européenne, du moins ses pays du sud, n’y parlent plus d’une seule voix.

Alors que l’Algérie crie au loup, ce qui était prévisible, il est plus étonnant de constater que l’Espagne ne sait plus sur quel pied danser, pendant que la France semble plutôt occupée du côté oriental de la Méditerranée.

Pourtant, les germes d’un changement profond étaient déjà présents sur les deux rives de la Méditerranée occidentale, du fait de l’évolution interne de chacun des acteurs.

Savoir raison garder

L’Algérie ne semble pas avoir mesuré à sa juste valeur la portée géostratégique de l’introduction du système russe de défense contre-aérienne S-400, en raison de la portée de ses radars, dans l’équilibre des forces en Méditerranée occidentale.

Autant les Américains, les Espagnols que les Français n’ont pas du tout apprécié de voir ainsi leurs avions de chasse ainsi menacés dans cette zone. Parce que même le F-35 américain, avion furtif de 5e génération, pourrait ne pas échapper aux moyens de détection aiguisés du S-400. Quant aux Rafales français opérant au Sahel, ils seront tout le temps sur les écrans d’Alger.

La volonté du pays voisin de se doter, par ailleurs, de chasseurs russes de 5e génération Soukhoï SU-57, 14 appareils achetés en novembre 2020 pour 2 milliards de dollars, à laquelle Moscou s’apprête à répondre dans les plus brefs délais, prouve à quel point Alger n’a rien compris et s’entête dans le défi.


Épouvantail géopolitique

Ni la France, ni l’Espagne, ni le Maroc ne sont dotés de chasseurs de 5e génération, les Rafales français, Eurofighter espagnols et F-16 marocains sont de la 4e génération. Le fait de voir le régime d’Alger se complaire se surarmer et rouler des mécaniques, alors même que sa situation politique intérieure est loin d’être rassurante pose véritablement problème.

Quels que soient les moyens de pression dont disposent Paris et Madrid sur les dirigeants corrompus d’Algérie, il n’en demeure pas moins que les luttes de pouvoir et la situation confuse dans le pays voisin semble échapper à tout contrôle. C’est ce manque de prévisibilité qui inquiète le plus.

Dans sa manière directe d’aborder les situations confuses, l’ancien président Donald Trump a tout simplement tranché en faveur du Maroc, de manière à consolider la position d’un allié sûr et rationnel dans cette partie du monde face à un pays voisin de l’est en profonde crise et imprévisible.

Nouvelle configuration

Mais c’est également un message subliminal des Etats-Unis aux pays du sud de l’Europe : ils ne sont plus aussi incontournables pour Washington au sud de la Méditerranée, avec la montée en puissance du Maroc en tant qu’acteur régional influent.

La reprise des relations avec Israël n’a fait que donner plus de crédibilité et d’assurance quant aux capacités du royaume à remplir ce rôle.

Pragmatique, efficace et sans jamais forcer le trait, le Maroc, même sans grands moyens, parvient toutefois à se poser en partenaire de choix en Méditerranée occidentale et en Afrique.

Les prémices d’un glissement du centre de gravité de la Méditerranée occidentale vers sa rive sud ?

Par Ahmed NAJI








Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté