Menu

Quand le Maroc se réveille, la vieille Europe s’offusque


Le récent communiqué du ministère des affaires étrangères du royaume relatif aux basses manœuvres de l’Espagne a littéralement fait le ‘buzz’ auprès de l’opinion publique nationale.



Le ministère de la justice d'Espagne ne sait pas ce que fait le ministère de l'intérieur du même pays
Le ministère de la justice d'Espagne ne sait pas ce que fait le ministère de l'intérieur du même pays
Le Maroc n’a pas l’habitude de taper aussi fort sur la table. Là, il menace littéralement de la renverser, en hurlant en espagnol ‘Ya basta !’ (Assez !).

Les vents du nord sont porteurs d’une odeur nauséabonde de malversation.

Madrid a été prise le faux passeport du chef polisarien Brahim Ghali, alias ‘Benbatouch’ l’algérien, à la main.

Plus précisément, le pouvoir politique du Royaume d'Espagne a introduit d’une main, sur son territoire, un individu recherché, d’une autre main, par le pouvoir judiciaire du même Royaume d'Espagne.

Schizophrénie ou double jeu ? Sur la scène internationale, l’Espagne donne l’impression de s’être elle-même rétrogradée au rang de république bananière.

Etranges accointances

Les réjouissances pour les médias des coups de gueule de la diplomatie marocaine ne s’arrêtent pas là. Le texte incendiaire adressé à l’Espagne a suivi de peu le rappel de l’ambassadrice du royaume en Allemagne.

Il s’est avéré que Berlin, qui prétend à un rôle dans le règlement du conflit en Libye, pays maghrébin gangréné par le terrorisme jihadiste, a livré des informations, qu’elle détient des services de renseignements du royaume, à salafiste marocain.

Il s’agit de Mohamed Hajib, condamné, en 2010, à la réclusion pour ‘création d’une organisation criminelle’ et ‘financement du terrorisme’.

A partir de l’Allemagne ou, après sept ans de détention, il a trouvé refuge, en 2017, le salafiste se sent suffisamment protégé pour lancer des appels au carnage au Maroc.

Jihadisme 'SS'

Gerhard Von Mende (1904-1963), l'allemand qui a conçu le 'Jihadisme moderne'
Gerhard Von Mende (1904-1963), l'allemand qui a conçu le 'Jihadisme moderne'
Ce n’est pas sans rappeler que l’Allemagne a une vielle tradition, très peu connue, de manipulation des Musulmans au service de ses intérêts, pensée et appliquée par Gerhard Von Mende (1904-1963).

Ce professeur universitaire, considéré par de nombreux spécialistes comme le concepteur du ‘Jihad moderne’, avait d’abord mis ses compétences au service de l’appareil nazi, avant de continuer son œuvre au service de la République fédérale d’Allemagne et de la CIA.

Son étoile a commencé à décliner quand Saïd Ramadan, gendre du fondateur des Frères musulmans Hassan Al Banna et père du surmédiatisé Tariq, a pris sa relève auprès des services de renseignements américains.

Comme quoi le monde est bien petit.

Si c’est là le modèle de ‘paix’ que propose Berlin aux pays de la rive sud de la Méditerranée, les Libyens seraient les premiers à vouloir s’en passer, pour en souffrir déjà suffisamment assez.


Tectonique des plaques

On ne peut qu’imaginer l’effet ‘choc et effroi’ dans les chancelleries des pays de la vieille Europe, face à une telle levée de boucliers des autorités marocaines.

L’aura des anciennes puissances coloniales s’est estompé, vu des hauteurs de l’Atlas.

La reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara a constitué un véritable séisme géopolitique avec des conséquences qui restent encore difficiles à mesurer.

Ce qui est d’ores et déjà évident, c’est le glissement (en empruntant la terminologie de la tectonique des plaques) des Etats-Unis vers l’Afrique, qui réduit de facto l’influence des moyennes puissances de la vieille Europe sur le continent noir.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Dimanche 9 Mai 2021




Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html






L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site